5150 : Rue des Ormes (Eric Tessier - 2009)

5150 : Rue des Ormes
0
Votre note : Aucun(e)
6
Moyenne : 6 (3 votes)
Titre original : 5150, Rue des Ormes
Genre : Horreur
Réalisateur : Eric Tessier
Scénario : Patrick Senécal
Tags :
Direct to Video
Année : 2009
Sortie DVD Français :

Synopsis

Il s'appelle Yannick Bérubé, il a vingt-trois ans, il est séquestré au 5150, rue des Ormes, dans la ville de Montcharles, et c'est pourquoi il a décidé d'écrire son histoire.

Or, si son récit débute par une banale chute à bicyclette, la suite bascule rapidement dans l'horreur, car la famille qui le retient prisonnier est loin d'être normale : Jacques Beaulieu, le père, est un psychopathe qui ne jure que par le jeu d'échecs et qui se prend pour le dernier des Justes ; Michelle, l'adolescente, semble encore plus dangereuse que son père ; Maude, l'épouse et la mère, est obsédée par le Seigneur et elle obéit aveuglément à son mari. Quant à la petite Anne, elle est muette et ses grands yeux immobiles ressemblent à des puits de néant...

Pour Yannick Bérubé, l'enjeu est simple : il doit s'évader à tout prix de cette maison de fous, sinon il va y laisser sa peau ou sa raison !

Anecdotes

Ce film a reçu le prix du public au festival du film fantastique de Gérardmer 2010.

Images : 5150 : Rue des Ormes

Derniers commentaires

Portrait de PowerCorine


par PowerCorine (Graine de psychopathe - 94 avis)

8
 

Étant une fan invétérée de Patrick Sénécal, et ayant, bien sûr, lus ce livre, je peux dire que le film m'a déçue. Il est très bien filmé, mais le choix des personnages est, à mon humble avis, à côté de la track. J'avais beaucoup de difficulté à cerner les personnages du film vs ceux du livre. En particulier Michelle, la fille de Beaulieu (le tueur). Elle ne reflète en rien le personnage créé par P.Sénécal. C'est le point qui m'a le plus touché au point de vue négatif du film. Mais si je laisse de côté les comparaisons film-livre, c'est un bon divertissement. L'histoire a une bonne intrigue et est remplie de mystère, chose qui peut être intéressante, comme elle peu laisser perplexe à la fin du film. Attention: SPOILER C'est un des rares films où j'ai vu un enfant se faire tuer en gros plan de caméra. Chapeau pour cette audace, car je n'ai pas vu ça souvent! C'est ce qui m'a le plus surprise du film et je suis contente que le réalisateur ait décidé de faire abstraction de ça et de le mettre au final. Car oui, c'est une bonne partie dans le livre et il aurait été dommage de couper ce moment! J'ai le film à la maison et oui, je vais le réécouter sans hésitation. J'ai bien aimé!

publié le 24/05/2011 - 01:55
Portrait de Sardaukar


par Sardaukar (America's Most Wanted - 320 avis)

6
 

… les Beaulieu.

5150, Rue des Ormes est un film québécois de Éric Tessier, adapté du livre de Patrick Sénécal. Le livre à eu une belle réussite, mais contrairement au film, ce veut un roman de divertissement… Ne l’ayant pas lu, je ne me risquerai qu’à la critique du film dont il s’inspire.

Ce film est le parfait exemple des productions québécoises contemporaines. Il contient ses forces : une image parfaitement maîtrisée, un rythme sans heurt, des acteurs de talents. Mais aussi ses faiblesses : une interprétation souvent en deçà, une naïveté navrante, une intrigue foui et surtout une comparaison au cinéma nord américain « anglo » qui ne pardonne pas. Et oui, le propos est ambitieux, mais le résultat bien moindre.

Primé par le public au festival du film fantastique de Gérardmer 2010, l’on peu s’interroger ? A-t-on vraiment primé le film où retrouve-t-on ici, une nouvelle revendication du fait « Québécois » francophone ? Vaste sujet, que l’on n’abordera pas ici. Le problème « d’ici », c’est que les produits québécois, en terme de film de genre, sont supérieurs au cinéma français, mais bien moindre quand on les confronte au cinéma américain. Pourtant le Québec, dispose d’une culture lui permettant de mêler ses classiques anglos aux curiosités issues de la francophonie d’outre-Atlantique.

Donc je jugerai se film pour se qu’il est, à mon sens : « une grande déception. » Le mot est dit ! Le scénario est certes classique, mais soutenu par un casting prometteur. Pourtant on se rend compte très vite que l’interprétation est décevante (sauf dans le cas de Normand D’amour, vraiment génial dans ce rôle de « juste »). On ne croît pas une minute en Marc-André Grondin, pourtant magnifique dans CRASY. Très vite aussi, on se rend compte que notre ‘survival’ n’en est pas un et qu’on nous trompe sur la marchandise. Le scénario ce permet des facilités et des raccourcis qui sont une insulte au spectateur. On pourra aussi regretter le déploiement d’effets spéciaux totalement inutile et qui nuisent à l’intrigue. Non, c’est un gâchis et c’est tout. Vous vous surprendrez à plus être captivez par la résistance de la caméra et ses batteries increvables, que par l’histoire elle-même.

Bref, me voulant comme un « promoteur » voir un « défenseur » du cinéma québécois, je ne peux ici franchement vous conseiller ce film, qui déçoit. C’est donc un produit, très moyen, que je vous conseil de découvrir, comme moi, à la TV. L’acheter où le louer étant vraiment du cash mal investi.

publié le 15/05/2010 - 22:59

Actualites Liées

Deux films québécois en DVD en septembre

Deux films québécois en DVD en septembre

Le 21 Septembre prochain sortiront simultanément en DVD deux films québécois: 5150 rue des Ormes et Les 7 jours du Talion. Ces deux thrillers qui flirtent avec l’horreur sont des adaptations...

DVD
par Laurent le 20/07/2010
0

Dernieres Critiques

La Maison au Bout de la Rue
4
Sinbad
7
Délivrance
8
Colline a des Yeux, La
6
Dôme
8
Bates Motel
7

Acheter ce film sur PriceministerAcheter ce film sur Amazon