Beyond the Limits (Olaf Ittenbach - 2003)

Beyond the Limits
0
Votre note : Aucun(e)
8.5
Moyenne : 8.5 (4 votes)
Titre original : Beyond the Limits
Genre : Gore
Réalisateur : Olaf Ittenbach
Durée : 100 min.
Année : 2003

Synopsis

Un gardien de cimetière raconte à une journaliste deux histoires terrifiantes, toutes les deux liées par l'existence d'un coeur aux pouvoirs surnaturels. Mais ce gardien est bien plus impliqué dans ces évènements qu'il ne veut bien le dire...

Anecdotes

Olaf Ittenbach a gagné le prix "Golden Glibb" en 2003, pour ce film.

La police d'écriture du générique à été reprise du jeu vidéo Diablo, bien que Olaf Ittenbach avait précédemment imaginé une scène des enfers dans The burning moon. Il n'est pas non plus impossible qu'il se soit aussi inspiré de l'esthétique de la salle du butcher (toujours dans Diablo) pour réaliser celle de Beyond the limits.

Images : Beyond the Limits Beyond the Limits Beyond the Limits

Derniers commentaires

Portrait de Dexter


par Dexter (Serial Killer - 825 avis)

10
 

Si depuis Premutos, Olaf Ittenbach avait déjà prouvé qu'il n'était pas qu'un simple cinéaste à la petite semaine, mais qu'il était aussi capable avec un budget adéquate de réaliser des films de qualités, c'est avec Beyond The Limits que viendra la consécration...

A l'instar de son deuxième long métrage The Burning Moon, le film nous proposera de suivre deux histoires différentes qui seront cette fois ci reliées par un fil conducteur. Dès la police d'écriture du générique repompé sur Diablo (l'occultement jouissif jeux vidéo de Blizzard) le ton est donné: satanisteries et déversement de gore aussi malsain que gratuit seront les leitmotivs de ce petit chef d'oeuvre pelliculaire...

Sur la première moitié du film, Ittenbach s'essaie aux histoires de gangster et force est de constater qu'il y réussi avec brio! Si la violence est ici très froide et a mille lieux de comédie bonne enfant comme Braindead, le premier segment de ce film n'en garde pas moins un rythme déjanté et explosif, n'hésitant pas à se finir dans un bain de sang devant un spectateur estomaqué. Le métrage laisse alors place à une seconde histoire qui cette fois ci se déroule au moyen-âge. Si ici la réalisation est irréprochable au niveau des costumes ou des décors, il faut cependant avouer que du côté des effets-spéciaux certains faux raccords trahissent beaucoup le fait que ce sont plus les mannequins en mousse que les acteurs qui dérouillent... De plus ce segment est plus faible scénaristiquement que le premier: pour l'histoire d'amour entre le héros et sa dulcinée certains clichés auraient pu nous être épargné! Mais que ceux qui me lise se rassurent, malgrès un scénario parfois un peu bancal cette seconde moitié du film ne sera pas avare en scènes gores bien crapsecs et fantaisistes, ce sera même un véritable festival!

Si Beyond The Limits est certes parfois un peu inégales, il n'en demeure pas moi LE grand film de Olaf Ittenbach qui ici s'en sort plus que honorablement. Aucun de ses métrages suivant n'arriveront à l'égaler, cependant à l'heure ou le maître du gore allemand à annoncé qu'il était en tournage sur un nouveau film,Legend of Hell, tout les regards sont désormais tourné vers celui-ci qui s'annonce ma foi très prometteur...

publié le 20/06/2008 - 18:40


par Sir Gore (America's Most Wanted - 553 avis)

6
 

Auteur d'une poignée de bandes ultra-gore à budget minuscule qui ont fait sa renommée durant les années quatre-vingt-dix, l'Allemand Olaf Ittenbach bénéficie désormais de moyens nettement plus conséquents, on en veut pour preuve ce Beyond the Limits, incluant ses dernières autres réalisations. Ce film propose deux sketches chronologiquement distincts, mais liés par un seul et même élément, une sorte de talisman maléfique, et racontés à une jeune journaliste curieuse par un vieux gardien de cimetière énigmatique.

Le premier récit se révèle un puissant huis-clos doté d'une tension dramatique étonnante, d'acteurs convaincants et impliqués dans leur rôle – malgré un jeu extrêmement théâtral – et versant ostensiblement dans une violence trash proche de l'insoutenable: crâne fracassé à coups de marteau, explosion d'artère carotide au sabre, égorgement au fil métallique, trois headshots dont deux au fusil à pompe (ce dernier permettra par ailleurs de réduire une carcasse en bouillie comme bouquet final) et hachoir planté en pleine face pour citer les atrocités les plus marquantes de ce sketch, toutes filmées en gros plan dans des effets spéciaux d'un réalisme impressionnant.

La seconde histoire nous emmène en pleine époque médiévale où un prêtre catholique est torturé puis brûlé vif par un fou hérétique au pouvoir assisté d'un « élégant » psychopathe qui mutile, viole et assassine comme il respire. Après une séquence de massacre massive, à coups de hache plantée dans la tête, de décapitation, d'éventrations à l'épée et où même les gosses ne sont guère épargnés, ce deuxième segment s'avère un peu poussif et bavard malgré une très bonne reconstitution (décors et costumes parfaits), des comédiens dotés d'un certain professionnalisme et la présence – toute relative, cela dit – d'humour noir. La punition des Enfers réservée au monarque sadique et adepte de satanisme donne dans le gore numérique très graphique, tout en rappelant l'apothéose finale de The Burning Moon; hélas, alors que cette dernière marquait son empreinte parmi les moments gore les plus mythiques et jusqu'au-boutistes de l'histoire du cinéma, celle de Beyond the Limits, malgré son efficacité, ne dure que quelques secondes.

Au niveau de la mise en scène, le film s'en tire honorablement, en dépit d'une esthétique plus proche du téléfilm de luxe que de la véritable production grand écran, avec certains effets clipesques un peu datés et malvenus. Mais à l'aune des précédents métrages d'Ittenbach tournés au moyen d'un caméscope familial qui leur imposait un rendu visuel dégueulasse et parfaitement amateur, on nage ici dans le grand professionnalisme. Il en va de même pour l'interprétation, où enfin le choix des acteurs semble plus ou moins sérieux (plus de pote qui vient prêter main forte en s'improvisant comédien et de réciter son texte comme un manche devant la caméra).

À l'arrivée, Beyond the Limits atteint le niveau global d'une bonne petite série B, ce qui somme toute permet de faire d'autant mieux passer la pilule du gros gore qui tache et de l'ultra-violence maladive chers à Ittenbach. Le premier sketch tient carrément d'une certaine maestria lorsqu'il s'agit de mettre nos nerfs à vifs et d'en rajouter des couches dans la cruauté premier degré, tandis que le second se laisse regarder avant tout pour ses débordements graphiques. À voir assurément, mais à réserver à un public particulièrement averti.

publié le 25/05/2008 - 15:30
Portrait de Guill


par Guill (Serial Killer - 854 avis)

8
 

Une jeune journaliste interview le propriétaire du cimetière ou que plusieurs mafioso on été enterré récemment. Ce même propriétaire lui raconte deux histoires ignobles qui ce sont bel et bien passé. Olaf Ittenbach, réalisateur Allemand qui a une forte réputation dans le monde de l’horreur trash revient droit à sont ancien style pour recréé un genre de The Burning Moon. Dès les premiers instants de Beyond the Limits on sent que Ittenbach a eu beaucoup plus de budget et par la même occasion le film demeure beaucoup plus professionnel. Tout comme The Burning Moon, on a droit a des effets gores époustouflants de la part d’Ittenbach, rappelons nous qu’il est entièrement responsable des effets spéciaux et que ce film a été strictement interdit de diffusion dans plusieurs pays du monde et même encore aujourd’hui. Bref un bon retour du réalisateur Allemand après plusieurs tentative raté dans le gore comme Legion of the Dead.

publié le 01/01/2007 - 00:00
Portrait de Gory Freddy


par Gory Freddy (I am Legend - 2787 avis)

10
 

Vous savez la différence entre Olaf Ittenbach et Andreas Schass, les 2 "références" du gore allemand? C'est que le 1er a du talent, tandis que le second est un exécrable tacheron trop stupide pour insuffler la moindre cohérence à ses "oeuvres". Meme dans ses tous 1ers films, bordéliques et amateurs au possible, on sentait que Olaf Ittenbach possédait un style, un savoir-faire qui pouvait aller plus loin que du simple gore filmé au vas-te-faire-foutre! Ce film en est la meilleure preuve. Nanti d'un budget de tout évidence plus important que d'habitude, il parvient à créer une véritable atmosphère, avec une mise en scène dynamique et inspirée (malgré certaines fautes de gout, comme des abus clippesques, notamment en 1ère partie). Bien sur le gore ne manque pas, il est meme franchement spectaculaire, renversant, mais ce film en plus a l'avantage d'avoir un relativement bon scénario, de vraiment très bons acteurs, et des accès de perversité non seulement visuels, mais aussi psychologiques assez étonnants!!! Un excellent film d'horreur, qui a l'avantage de ne pas s'arreter à la facilité du gore pour le gore, au détriment de tout le reste!

publié le 01/01/2007 - 00:00

Acheter ce film sur PriceministerAcheter ce film sur Amazon

Dernieres Critiques

The Following
7
Douce nuit - sanglante nuit 4: l'initiation
2
Paranormal Diaries
2
Cruel Jaws
0
Once upon a time
8
Aux Yeux des Vivants
8