Captain America : First Avenger (Joe Johnston - 2011)

Captain America : First Avenger
0
Votre note : Aucun(e)
7.52941
Moyenne : 7.5 (17 votes)
Titre original : Captain America: The First Avenger
Genre : Super-Héros
Réalisateur : Joe Johnston
Musique : Alan Silvestri
Pays : États-Unis
Durée : 124 min
Appartient à la série :
Captain America
Année : 2011
Sortie France :
Sortie US :
Sortie DVD Français :
Box-Office US : 368 608 363 $
Budget : 140 000 000 $

Synopsis

1942. Steve Rogers est un garçon chétif qui veut désespérément lutter contre les nazis pour le bien de son pays. Hélas, jugé inapte physiquement par l'armée, il ne peut pas réaliser son rêve. Son destin - et son physique - se transforme radicalement quand il s'inscrit au projet Renaissance, une opération militaire secrète qui transforme les mauviettes en héros. Il devient alors Captain America et partira affronter le Crâne Rouge, un perfide homme de main d'Hitler dont le plan de domination du monde implique un objet magique connu sous le nom de Tesseract...

Images : Captain America : First Avenger Captain America : First Avenger

X-Men: First Class - Trailer 1 (OFFICIAL)

Trailer VO

Derniers commentaires

Portrait de Thierry


par Thierry (America's Most Wanted - 425 avis)

6
 

Quand beaucoup de films de super-héros jouent la carte du tragique ou du mélodramatique, voire du cynisme patenté, ce Captain America préfère se placer dans un premier degré qui en fait sa force et sa limite.

On regrettera certes un scénario convenu, le manque d'émotion et de souffle mais on appréciera un divertissement bien rythmé, efficacement mis en scène et somme toute assez frais. Chris Evans fait le job mais ne colle pas à 100% au personnage, mais ne boudons pas notre plaisir de voir le super-héros étoilé dignement adapté au cinéma après une série épouvantable de nanars.

publié le 28/04/2014 - 12:11
Portrait de Beast


par Beast (Copycat Killer - 32 avis)

8
 

Tout d'abord : synchronisation des montres! ouais c vrai cap'(-tain america) et les envahisseurs soit : Bucky, Namor, la torche humaine (futur Vision) et Toro ont bel et bien éclatés les nazis de Crane rouge a Hitler en passant par l' Hydra et sans oublié ce pauv' Thor (ouais c vrai!) et ça dans le Marvel_verse... dans la réalité ce comics était autant un outil de propagande qu' un moment d'évasion pour ces pauv' soldats loin de chez eux...mais bon le sujet n'est pas là; ce first avenger n'est pas dégeu surtout les origines du super soldat ,passer d'un corps chétif à des possibilités sur_humaines: le pied! en tout cas ca me parait trés fidèle a Strange spécial origines(rip). J'ai bien aimé aussi le coté propagande des comédies musicales avec le héros en devenir... après c'est vrai qu'il y a un manque d'action quand même ou de bastons car pour le peu qu'on en voit le bouclier en vibranium est des plus efficaces! et pareil pour le dernier combat un peu bâclé...

sinon crane rouge est bien macabre ,punaise la fiole quoi! autrement adorateurs de comics (comme moi!) jetez vous dessus parce que c tout ce qu'on a voulu voir quand ça n’était pas possible d’être filmé et pis Cap c Cap : un chevalier blanc, un mentor, un code de conduite... même Thanos se méfie de lui! alors matez-le!

publié le 22/02/2014 - 12:38
Portrait de Warhammer


par Warhammer (Serial Killer - 890 avis)

6
 

Ces américains sont incroyables, à en croire ce film ils auraient gagnés la seconde guerre mondiale à eux tous seuls, pourtant l'histoire se passe bien dans cette période mais pas un mot sur les alliés qui ont deblayés le terrain avant que les ricains finissent le travail. En gros ce film c'est: les usa menés par captain america contre les nazis mené par un crâne rouge, une sorte d'Hitler de la magie noire. Autant dire que ce côté trés pro-américain m'a bien agacé mais je m'y attendais un peu,du reste l'ensemble du scénar est également sans surprise pour une histoire pleines d'explosions et sans saveur. Cela reste efficace malgré tout avec des acteurs de qualité,à part le personnage principal peut-etre,pas assez charismatique à mon goût. Mais la grosse déception vient du final,avec un manque total d'intensité et de suspens,le combat final entre le captain et le crane rouge tournera court. Puis vient l'épilogue un peu ridicule qui fait le lien direct avec le futur blockbuster AVENGERS, commercialement c'est bien joué mais moi cela m'a laissé de marbre.

publié le 02/01/2013 - 14:45
Portrait de AqME


par AqME (America's Most Wanted - 604 avis)

6
 

En général, j'apprécie le travail de Joe Johnston. Il faut que son dernier coup d'éclat est Wolfman, un film fantastique gothique foutrement bien foutu et réellement immersif. De plus, le bonhomme a été superviseur des effets spéciaux sur les trois premiers Star Wars (les épisodes 4, 5 et 6) et sur les aventuriers de l'arche perdue. On le connait également pour l'excellent Jumanji. Le fait qu'on lui donne la réalisation de Captain America, le dernier des héros pour sortir enfin les Avengers n'est donc pas un hasard. Comics patriotique à souhaits, il ne doit pas être aisé de faire un métrage à partir d'un matériau aussi engagé et aussi "bien dans son temps", c'est-à-dire durant la seconde guerre mondiale. Le pari est-il réussi? Le film donne-t-il un élan d'espoir pour aller voir les Avengers? Pour ma part je dirai non, mais encore faut-il que j'argumente un peu.

Le scénario est on ne peut plus simple. On va suivre un jeune homme frêle, malade, timide, petit, maigre mais foutrement décidé à partir en guerre pour sauver sa patrie et son immense pays. Il essaye par tous les moyens de s'engager jusqu'à ce qu'il trouve un médecin de l'armée voulant faire des tests sur lui. Il l'engage donc et il en chie avec les autres soldats plus costauds. Mais comme il est patriotique, courageux, véhicule de bonne valeur et surtout est intelligent (pas comme George W. Bush), le médecin va faire le test sur lui et va le transformer en super soldat qui deviendra par la suite Captain America. Après un coup d'éclat, il va devenir l'égérie de l'armée, adulé dans son pays et moqué par ses congénères. C'est alors qu'iil décide de partir sauver des soldats dans une base reculée en Italie sans les ordres de son chef. Mais comme il est américain, nourri au boeuf bien gras et juteux, qu'il est courageux et qu'il est aussi fort que son pays grand, il va sauver tout le monde et mener des raids contre l'Hydra, une branche nazi menée par Red Skull, le coté sombre de Captain America, qui a une fâcheuse tendance à l'occulte. Rien de bien neuf dans ce film... le patriotisme, il suffit de regarder les films du gros thon Emmerich (comme Independance Day) et pour les nazis qui aiment l'occulte, il vaut mieux se taper un Hellboy, bien plus efficace et imaginatif. Bref, vous l'aurez compris, le scénario est une ode aux États-Unis, le pays le plus imbécile de la galaxie. Mais comme Joe Johnston n'est pas un manche, la réalisation reste impeccable, avec des angles de caméra bien trouvé, devant lesquels notre héros, pardon le héros des bovidés, prend des poses assez sympathiques dans des des scènes d'action bien rythmées.

Mais Chris Evans tient-il la route en tant que Captain America? Il faut dire que le bonhomme connait les super-héros puisqu'il a déjà joué la torche humaine dans les quatre fantastiques. Notre beau gosse de service reste malgré tout assez convaincant dans le costume étoilé. Il faut dire qu'il respire le hamburger et les stéroïdes, donc en ce sens, il ne peut que bien représenter les états-unis d'Amérique. Le problème vient des personnes qu'il y a à coté de lui. la jeune première Hayley Atwell n'a que sa poitrine pour nous satisfaire car elle joue très mal. Tommy Lee Jones se demande encore pourquoi il a accepté un tel rôle. Et Hugo Weaving, notre Elrond, incarne ici un méchant sans saveur et sans personnalité. Il faut dire que Red Skull n'est guère impressionnant et que niveau méchant, j'ai largement préféré Whiplash de Iron man. Un des problèmes principaux du film, c'est que les relations entre les personnages sont très artificiels, et pas du tout crédibles. Captain America qui tombe amoureux de miss gros nichon en deux minutes, les personnages secondaires qui ne sont pas du tout exploités, le médecin qui voit en Steve Rogers le héros de la nation dans un dialogue de trente secondes dans un couloir. Bref, tout cela semble bien superficiel. Heureusement que le film se rattrape sur les scènes d'action et les effets spéciaux. Ça pète à tout va, les explosions s'enchaînent, les scènes de combat sont assez convaincantes et les vaisseaux de Red Skull sont assez impressionnants. Je passerai sur le Happy End, complètement prévisible et qui ne fera plaisir qu'aux gosses de 5 ans dont des parents inconscients ont acheté le DVD ou ont amené au cinoche.

Au final, Captain America relève plus du divertissement décérébré qu'à un vrai film de super-héros. Pas de prises de risques et un final attendu, pas de doute, la machine à sous est lancée et elle ne s'arrêtera qu'à la fin des Avengers, s'ils nous sortent pas une suite! Maintenant que j'ai vu tous les films participant aux avengers, je peux affirmer que les meilleurs sont bien les Iron Man et que Thor et Captain America sont les moins bons. Bref, un film de super-héros comme tant d'autres, la toile de fond reste sympathique, mais n'est qu'un prétexte car on ne sent aucunement l'horreur de cette guerre. Un film qui se laisse regarder grâce à un rythme soutenu et des scènes d'action assez impressionnantes, mais rien de plus et rien de moins. Je pense que les fans du comics ont du être déçus.

publié le 12/03/2012 - 21:17
Portrait de DorianGray


par DorianGray (I am Legend - 2206 avis)

6
 

Il faut toujours que ces gens ramènent leurs gueules partout dans le monde quand ça va et même quand ça va pas. Le tempérament outrancier qui les conduit à une vision très "John Wayne" du reste de la planète indique aussi clairement le manque d'intellect de ces bovidés élevés au bon grain génétiquement modifié dans des campagnes verdoyantes (New York, Santa Fe, Dallas) peuplées de ranchs où des mecs (des vrais avec des grosses couilles) rêvent de conquérir le monde !!!! Rien ne sera pardonné à quiconque n'a pas l'idéal de la ruche ... ce sont les Borgs annoncés par StarTrek !

Que cette BD ait vu le jour aux moments où la culture risaine était émergente se comprend et peut même s'applaudir ... qu'elle ait été adaptée deux fois de manière calamiteuse se comprend aussi ... qu'on en vienne à nous la rechier maintenant avec des affiches énormes sur tout les cinoches de la capitale (le camé en haut des Champs Elysées me faisait peur, je vous l'assure, j'ai cru à une invasion), je suis largement moins compréhensif ! De fait, l'idée de base me laisse froid et même nerveux ! Cette auto-proclamation de la toute puissance de la nation la plus bête, la moins cultivée, la moins historique de cette foutue race humaine ... ça me fait peur ! Le fait que cela se passe durant la seconde guerre aurait du me faire mouiller ma culotte mais que nenni, Masque Rouge (le représentant des nazis, pas de Red Market) est effacé, somme toute, ignoré, les quelques personnages secondaires servant juste de faire-valoir au glorieux, au baraqué, à l'élitiste Chris Evans à la carrière si fabuleuse (attendez, rien que des films éclatants : les 4 fantastiques et le pisseur d'argent, SEX acadamy d'mes couilles, le journal d'une branleuse-sitter, Scott qui trime contre tout le monde ... et bientôt dans ... tadzaaaaaam The Avengers !!! rien que ça ... ça va testostéroner à mort dans les chambres de pucelles en rut qui se la touche pendant le film !!! Allez, touche ta tante et suce ton chien, ouaiiiiiiiis ... paron, je m'éloigne du sujet). Pourtant, par moments, on dirait bien que le scénariste et le réalisateur, ils ont voulu se moquer gentiment de leur pays ... mais non, ce fut trop fort, trop puissant, ils se sont laissés prendre (laisse-toi prendre aux mots des chansons tendres, chantait Sardou, autrement dit, laisse-toi défoncer la rondelle en écoutant mes ritournelles).

Un scénario de la mort qui tue embarque tout le joli monde pour sauver le monde ... pardon ... SAUVER LE MONDE !!!! (ndlr : Ne pas écrire qu'en MAJUSCULE. Vos lecteurs auront tendance à penser que vous criez!) et embrocher du sale boche (tous ces métèques d'allemands étaient des saloperies de nazis) à grands coups de lattes dans la gueule !!! On va pas en cheir une pendule, plus c'est simple, plus ça plait ... et ça, malheureusement, c'est souvent vrai !

Les acteurs sont formidables : Chris Evans, je l'ai dit, qui confond jeu d'acteur et défilé de mode, Hugo Weaving qui s'était trompé de plateau avec Bilbo le Hobbit et à qui on a foutu un masque comique, Dominic Cooper très différent de Mamma Mia !, Toby Jones que vous ne devrez pas confondre avec l'écrivain Zola qui était mal vu des boches parce qu'écrivain de gauche, Tommy Lee Jones qui doit beaucoup souffrir pour accepter de pareils rôles, Stanley Tucci et même JJ Field ...

Les scènes d'actions ne manqueront pas ... elles vont donneront le vertige (surtout celle du train) et des nausées à n'en plus finir ... et vous sortirez de là ricain à mort, fier et bovidé ! Souffrez à présent que me retire dans mon bunker souterrain d'où je dirige des opérations pour les Forces de la Belgique Libre ... Ici Paris, un Belge parle aux Belges ...

publié le 19/01/2012 - 12:59

Dernieres Critiques

La Maison au Bout de la Rue
4
Sinbad
7
Délivrance
8
Colline a des Yeux, La
6
Dôme
8
Bates Motel
7

Acheter ce film sur PriceministerAcheter ce film sur Amazon