La Rose Ecorchée (Claude Mulot - 1970)

La Rose Ecorchée
0
Votre note : Aucun(e)
10
Moyenne : 10 (1 vote)
Titre original : Devil's Maniac
Genre : Fantastique
Réalisateur : Claude Mulot
Scénario : Jean Carriaga , Claude Mulot
Musique : Jean-Pierre Dorsay
Pays : France
Durée : 92 min
Année : 1970
Sortie DVD Français :

Synopsis

Après avoir mené une vie dissolue, le peintre Frederic Lansac s'eprend de la jeune Anne et l'épouse. Anne est cependant victime d'un accident provoqué par une ancienne maîtresse de Lansac. Défigurée par le feu, Anne se fait passer pour morte. Son mari croit avoir trouvé le moyen de lui rendre la beauté, grace à une greffe pratiquée par un chiurgien rayé des cadres. Le tissu du visage doit cependant être prélevé sur une personne vivante...

Images : La Rose Ecorchée La Rose Ecorchée La Rose Ecorchée La Rose Ecorchée La Rose Ecorchée

Derniers commentaires

Portrait de Dr Freudstein


par Dr Freudstein (Graine de psychopathe - 87 avis)

10
 

Deuxième film de Claude Mulot après un "Sexyrella" semble-t-il fort sympathique, "La rose écorchée" est une perle rare du cinéma fantastique français. En effet, si les "Yeux sans visages" de George Franju a considérablement influencé le cinéma d'épouvante gothique européen de l'époque ( notamment "L'horrible Dr Orloff" de Jess Franco, qui signera même un remake officiel du film de Franju dans les 80's avec "Les prédateurs de la nuit" ), "La rose écorchée" reste l'un des ses plus prestigieux enfants, Mulot se révélant particulièrement inspiré et tout à fait bien entouré ( la lumière et la musique bénéficient d'un soin particulier, sans parler de l'interprétation habitée des acteurs ).

Ainsi, cette histoire d'amour fou qui se mue en odyssée macabre suite au tragique accident qui cloue la magnifique et innocente Anne ( Anny Duperey ) dans un fauteuil roulant, atrocement défigurée, est savamment mise en scène par Claude Mulot, qui s'appuie sur des éclairages bavaesques qui ressortent d'une brume omniprésente et sur un score aussi inquiétant que mélancolique, ainsi que sur une narration dynamique qui rend la vision du film particulièrement exaltante ( on est loin du rythme particulièrement lent des films de Franco ou Jean Rollin ). Les acteurs, quant à eux, donnent corps à des personnages broyés par le destin, qui voient alors leur morale mise à mal ( mention au grand Howard Vernon qui intéprète un chirurgien brisé, radié de l'ordre des medecins à cause d'une erreur mortelle générée par son obsession pour les visages, et incapable de se sortir d'une spirale infernale qui le lie fatalement à cette discipline singulière ). Enfin, le métrage est également hanté par les corps angéliques et incontournablement nus de toutes les magnifiques actrices amenées à évoluer en ses cadres, hélas trop souvant destinées à être sacrifiées à la colère ou aux espoirs de guérisons de Anne, devenue un monstre à plus d'un titre, ou bien aux instints libidineux des deux nains, gardiens du château.

Une oeuvre atmosphérique et tragique tout à fait fascinante, réalisée avec talent et inventivité par l'un des futurs pillier du porno français.

publié le 29/06/2008 - 13:56

Dernieres Critiques

La Maison au Bout de la Rue
4
Sinbad
7
Délivrance
8
Colline a des Yeux, La
6
Dôme
8
Bates Motel
7

Acheter ce film sur PriceministerAcheter ce film sur Amazon