Voir la fiche complète du film : A Christmas Horror Story (Grant Harvey, Steven Hoban, Brett Sullivan - 2015)

A Christmas horror story

Un film à sketches qui n’en est pas vraiment un. « A christmas horror story » souffre d’une narration alambiquée et confuse où les histoires se révèlent trop superficielles au vu des mythes évoqués.
Publié le 11 Janvier 2016 par Dante_1984Voir la fiche de A Christmas Horror Story
4
Noël Zombie

Quand Noël approche, les rues s’illuminent, les chaumières se remplissent de cadeaux plus ou moins utiles et quelques métrages tendent à raviver l’esprit de Noël par le biais d’histoires niaises et/ou larmoyantes. Enfin presque, puisque le genre horrifique ne déroge pas à la règle et nous offre son lot d’atrocités qui se déroulent pendant les fêtes de fin d’année. Dans cette veine, la dernière fournée en date nous apporte «A christmas horror story» qui fait s’entrecouper différents mythes et légendes; particulièrement ceux qui concernent le gros type en rouge à la barbe bien fournie. Cette série B propose-t-elle un agréable moment ou est-elle des plus pénibles?

Papa Noël qui dézingue du zombie...

Musique de générique détournée habilement, approche cinglante de Noël, premières images léchées, A christmas horror story démarre sur d’excellentes bases pour entremêler l’ambiance caractéristique de cette période de l’année avec un traitement des plus novateurs. Certes, le film va surprendre, mais pas pour son originalité. En effet, l’on se rend bien vite compte qu’il n’existe pas d’intrigue principale. Malgré une structure typique d’un métrage «classique», on remarquera la présence de quatre arcs narratifs (cinq avec les interventions de William Shatner) ou, si l’on préfère, il s’agit d’un film à sketches à moitié assumé.

Pourquoi? D’une part, les histoires ne possèdent pas de titres. D’autres parts, elles ne se succèdent pas les unes après les autres, mais se décompose en une multitude de segments épars et brouillon qui peinent à générer un intérêt quelconque à cause d’une quadruple exposition des faits et des personnages. Le montage s’avère pour le moins inégal tant dans la durée, la chronologie et l’importance des événements présentés. Si l’ensemble ne suscite pas forcément l’ennui, il se révèle inconstant et frustrant de par une mauvaise gestion des transitions et des coupures mal amenées.

Apparemment, son cadeau ne lui plaît pas.

Lorsqu’on décèle quelques éléments notables (déroulement de l’intrigue ou idée de mise en scène), on passe à autre chose. D’habitude, ce procédé a tendance à entretenir le suspense. Ici, il se montre agaçant au possible en faisant régresser le rythme. D’ailleurs, il sera à l’origine de nombreuses errances narratives où certaines séquences faciles succèdent à une trop longue attente. Trois des histoires se penchent sur des légendes qui entourent Noël (Krampus, les trolls, le père Noël et ses lutins). La quatrième sombre dans le hors-sujet en plongeant un trio de jeunes éberlués dans les couloirs de leur lycée où un fantôme sévit aux alentours d’une scène de crime peu ragoûtante.

Il est vrai qu’on devine quelques liens ténus entre les différentes mini-intrigues, mais aucun fil rouge ne viendra apporter un semblant de cohérence pour justifier l’ensemble. D’ailleurs, ce ne sont pas les commentaires inutiles du présentateur radio qui contrediront ce triste constat. Entre une famille aux prises avec le krampus, une autre qui vole un sapin et ramène un changeling à la place de leur fils, le lycée hanté cité plus haut et surtout le père Noël contraint de décimer ses elfes devenus des morts-vivants, on souffle le chaud et le froid pour un résultat décevant et passable dans son appréciation générale.

Rien de tel que passer Noël avec la famille.

À ce titre, les protagonistes ressassent les clichés dus à leur rang ou à leur implication dans un récit horrifique. Malgré l’abondance de dialogues ou de séquences propices à développer leur caractère, ils demeurent basiques au possible avec peu ou pas de motivations clairement établies (tout comme le film). S’ils ne sont pas agaçants ou détestables, ils laissent le spectateur indifférent face au triste sort qui les attend. En ce sens, le casting reste dans la moyenne sans faire d’étincelles, même William Shatner fait office de guest-star sans vraiment tirer son épingle du jeu. Autrement dit, les acteurs, comme les personnages qu’ils interprètent, sont d’une rare banalité.

Au final, A christmas horror story accuse trop d’écueils et de maladresses pour être un bon film. La faute incombe principalement à une structure anarchique où s’entrecroisent quatre récits bancals. Ceux-ci peinent à s’approprier l’atmosphère des fêtes de fin d’années ou des légendes évoquées pour se démarquer. Malgré quelques idées notables (une photographie honnête et l’atelier du père Noël comme vous ne le verrez jamais), le conventionnel, le ridicule et l’inutile se succèdent à un rythme très irrégulier. Il en ressort un pot-pourri aux limites de l’absurde (le dénouement en est la preuve) qui, en d’autres mains, aurait pu donner lieu à une approche novatrice de Noël développé sous le prisme de l’horreur. Une tentative manquée.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Skinwalkers
Selon une ancienne légende navajo, un enfant fêtant son treizième anniversaire durant une lune rouge pourrait rompre la malédiction des Skinwalkers , créatures humaines se changeant en lycanthropes les nuits de pleine lune. Après une période de vache maigre, le loup-garou est revenu sur le devant de la scène par le biais de la saga Underworld . Depuis, le lycan tente tant bien que mal de suivre...
Bangkok Haunted
Dès que l'on me parle de film à sketches, je pense immédiatement à l'excellent Creepshow . Mais d'un autre coté, cela me fait aussi penser à 3 histoires de l'au-delà , film à sketches asiatiques qui m'avait laissé perplexe, suscitant plus mon ennui que mon adhésion. Il faut dire que les films de fantômes essayant d'instaurer une ambiance sont assez difficile à mettre en...
The Haunting of Borley Rectory
Quelle que soit la localité géographique, les cas de hantises sont innombrables. Amityville, Enfield, le manoir Winchester… Les exemples ne manquent pas et ceux-ci ont fait l’objet d’une ou de plusieurs adaptations cinématographiques. Bien moins médiatisé, mais tout aussi connu par les spécialistes et les amateurs d’intrigues paranormales, le presbytère de Borley était...
Halloween 2
INTRODUCTION « Le cheval blanc symbolise l’instinct, la pureté et la propension du corps physique à libérer des forces émotionnelles puissantes telles que la colère génératrice de chaos et de destruction… » -Extrait de l’inconscient psychique des rêves En 2007 sortait sur les écrans le remake d’ Halloween par Rob Zombie . Attendu avec ferveur, le film ne...
Scarce
C'est écrit en gros sur la jaquette et sur le DVD: "Par le réalisateur de Saw 2, 3 et 4 ". Etrange... puisque les réalisateurs répondent aux noms de Jesse T. Cook et John Geddes . Quel est donc le lien avec Darren Lynn Bousman ? La réponse est plutôt étonnante et nous est donnée par la pochette Canadienne du film. Sur cette dernière figure la mention "avec commentaire de Darren Lynn Bousman" et...