Voir la fiche complète du film : Communion sanglante / Alice, Sweet Alice (Alfred Sole - 1976)

Alice Sweet Alice

Alice, Sweet Alice, c’est du bon ! Du slasher qui ne reste pas dans les clous balisés du genre, et donc qui se doit d’être vu par les amateurs qui en ont marre de manger toujours la même soupe.
Publié le 7 Décembre 2022 par Punisher84Voir la fiche de Communion sanglante / Alice, Sweet Alice
8
Tueur en série

Préparez-vous car aujourd’hui, c’est communion. Et en attendant que vous récitiez vos prières par cœur, je vais vous parler d’Alice, Sweet Alice.

Grâce à Rimini, une maison d’édition déguisée en père Noël toute l’année, vous allez découvrir un slasher un peu particulier, et sorti quelque temps avant le maître-étalon du genre, à savoir le Halloween de John Carpenter.

 

« Dites Sweet, Alice. Allez ! »

 

Alice Spages (Paula Sheppard), âgée de 12 ans, vit avec sa mère divorcée et sa sœur Karen (Brooke Shields). Tandis que celle‑ci s’apprête à faire sa première communion, on retrouve son cadavre mutilé dans l’Église. Les soupçons se tournent bientôt vers Alice…

Deux ans avant le chef-d’œuvre de Carpenter, Alfred Sole (chef décorateur pour la série Castle ou encore le récent reboot de MacGyver) réalisait cette petite pépite à l’atmosphère diaboliquement anxiogène. Nous y suivons le désarroi de parents dont une des filles fut assassinée le jour de sa communion dans des circonstances plus que troublantes.

Je commencerai par ce qui m’a le plus frappé, c’est-à-dire le désarroi cité plus haut. Dans sa première partie le film se concentre sur cet aspect, sans négliger celui du slasher. Il le collera ensuite de très prêt dans la seconde. Le basculement se fait dans un crescendo maitrisé par une mise en scène subtile : slasher, drame, thriller et re-slasher. Décidément, j’aime les petits budgets. Car ils poussent à se surpasser ! En gros, Alice… est l’antithèse du « cul entre deux chaises ».

 

alice-sweet-alice-main.jpg

« Vous voyez bien qu’il ne faut pas grand-chose. »

 

J’ai toutefois quelques réserves concernant le casting. J’avoue qu’il me parait trop… statique. Est-ce dû à la facture télévisuelle de l’époque ? Certainement. Mais j’ai préféré me concentrer d’abord sur le principal, car combien de films imparfaits aimons-nous ? Quand bien même je suis d’avis que pour apprécier les qualités d’un film il faut non seulement rester ouvert sur ses qualités mais aussi sur ses défauts.

J’ai rapidement vu venir « la couleur », mais cela ne m’a pas empêché d’être déstabilisé par plusieurs passages. Et quand j’y réfléchis, il s’agit de TOUS ceux où l’on voyait le tueur ! Un exploit. Je ne savais pas qui, ni comment et encore moins pourquoi. Des incertitudes qui me donnèrent un froid dans le dos constant depuis la très dérangeante première scène de meurtre. Un passage impensable aujourd’hui ! Alice, Sweet Alice n’hésite pas à érafler l’image conventionnelle du gamin innocent, en plus de proposer une véritable réflexion autour du poids de la religion.

Bref, Alice, Sweet Alice, c’est du bon ! Du slasher qui ne reste pas dans les clous balisés du genre, et donc qui se doit d’être vu par les amateurs qui en ont marre de manger toujours la même soupe.

 

Alice-Sweet-Alice-Edition-Collector-Limitee-Combo-Blu-ray-DVD.jpg

 

Comme d’habitude, le combo Rimini se présente sous la forme d’un Digipack à trois volets, glissé dans un fourreau cartonné. Vous y trouverez l’indispensable livret signé Marc Toullec et intitulé Le Bon Dieu sans confession (20 pages), mais aussi une présentation du film (24’) par Gilles Gressard, écrivain et historien, qui revient très largement sur le casting, sur la place d’Alice, Sweet Alice dans le registre du slasher, les thèmes du film (l’enfance vénéneuse, une réflexion sur l’influence de la religion sur la famille et sur les cas psychanalytiques que la religion peut engendrer), la carrière du réalisateur Alfred Sole, ses inspirations et ses problèmes de financement, sans oublier son statut désormais culte. Du travail d’orfèvre, une fois encore.

Autres critiques

Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
Intelligence
Depuis les années 2000 et avec la série 24 , on assiste à la glorification des autorités, particulièrement des services secrets des Etats-Unis. L’une des nombreuses conséquences du 11 septembre? Toujours est-il qu’il en ressort une volonté évidente à raviver la flamme patriotique et à redorer le blason de certaines institutions telles que la CIA. Si 24 parvenait à échafauder des intrigues...
Paranormal Activity : The Marked Ones
À l’instar de la franchise Saw , Paranormal activity semble avoir trouvé le filon juteux pour nous offrir (presque) tous les ans un épisode aux qualités déclinantes. Après un premier volet qui valait relativement le coup d’œil, la suite ne mérite clairement pas le succès commercial dont elle a bénéficié. En marge de la saga, l’on a eu droit à un spin off made in Japan des plus dispensables et, en...
Cloud atlas
Il est parfois des œuvres indéfinissables qui, après les avoir parcourues, marquent un grand point d’interrogation dans notre esprit. Sans être particulièrement mauvaises, elles ont tous les apparats d’OVNI dans le monde culturel, tellement leur histoire laisse perplexe. Parmi celles-ci, le roman de David Mitchell trouve une place de choix avec sa profusion d’intrigues et de personnages qui s’...
Regression
Avec le très éculé «inspiré d’une histoire vraie», nombre de longs-métrages suscitent à juste titre (ou pas) le buzz autour de leur histoire. Cette approche est surtout prisée par les faux documentaires, dont le format permet mieux d’entretenir le doute si la forme demeure crédible. Or, cet argument marketing peut, de temps à autre, réellement s’appuyer sur un ou plusieurs faits divers. Avec...
Communion sanglante / Alice, Sweet Alice
Réalisateur:
Durée:
98 min. / 108 min.
7.625
Moyenne : 7.6 (16 votes)

Alice, Sweet Alice (1976) - Trailer

Thématiques