Voir la fiche complète du film : Altitude (Kaare Andrews - 2010)

Altitude

Un postulat alléchant pour un film globalement décevant...
Publié le 19 Décembre 2010 par GeoffreyVoir la fiche de Altitude
6

"Toute ma vie, j'ai rêvé d'être une hôtesse de l'air. Toute ma vie, j'ai rêvé de voir le bas d'en haut" chantait Dutronc. Pas sûr qu'après avoir vu Altitude, il ait envie d'en rêver à nouveau.


I'm a poor lonesome plane...

Une jeune pilote et quatre de ses amis décident de partir en week-end à bord d’un petit avion. Un voyage qui brusquement se transforme en une expédition mortelle. Peu après le décollage, une défaillance inexpliquée rend l’appareil hors de contrôle, et celui-ci ne cesse de prendre de l’altitude, plongeant ainsi au coeur d’une mystérieuse tempête...


Screamin' in the Wind...

Altitude, c'est l'histoire du gars qui a une excellente idée pour commencer son scénario, mais qui peine ensuite à la développer afin de rendre son film intéressant. Le début est accrocheur et annonce un spectacle intéressant, tandis que le dernier quart d'heure est palpitant. Le problème, c'est ce qu'il y a entre les deux: c'est-à-dire des dialogues inintéressants, des personnages creux et antipathiques, ainsi que des situations abracadabrantesques. Heureusement que la mise en scène sauve les meubles.
Mais voyons tout ceci en détails.

Le film s'ouvre sur une séquence aérienne de bonne tenue et bien shootée, laquelle met l'eau à la bouche. La collision soudaine entre deux avions, suivie de la chute de ses passagers, constitue une mise en appétit des plus réussies.
Malheureusement, cette belle promesse va s'étioler et déboucher sur de nombreuses longueurs. La faute en revient à un scénario boiteux et bien trop étiré pour tenir la longueur. L'histoire d'Altitude aurait mieux convenu à un épisode de série télévisée de quarante minutes, voire à un segment de film à sketches, car il est évident qu'il ne contenait pas assez de matière pour s'étaler sur 1h30.
A ce propos, Altitude ne manquera pas de rappeler aux plus anciens le célèbre épisode Cauchemar à 20 000 pieds de la série La Quatrième dimension, dans lequel William Shatner était confronté à une créature détruisant les moteurs de son avion. Et c'est bien ce qu'est Altitude: un épisode de série fantastique au pitch accrocheur, mais trop faible pour supporter le poids d'un long métrage.


Le monstre a de la gueule (et des tentacules!).

Outre une histoire un peu vide, les personnages sont très énervants et souvent peu crédibles. Ils passent leur temps à se bouffer le nez et font penser à tout, sauf à une bande de potes. En fait, ce n'est pas tellement que les personnages ne soient pas crédibles (il existe certainement des gens ressemblant à ça), c'est juste qu'on n'arrive pas à croire qu'ils soient amis et encore moins que certains forment un couple. Ils n'ont aucun point commun et s'engueulent à la moindre occasion. Pour couronner le tout, ils sont tous plus antipathiques les uns que les autres.
Bref, on attend qu'une chose: qu'ils meurent et s'arrêtent de jacasser!
Du coup, leurs moments de bravoure, leurs interrogations et leurs relations passent au second plan, tant ils mettent les nerfs du spectateur à rude épreuve.

Concernant ces moments de bravoure, il convient de préciser qu'ils sont assez rares, et que le plus épique d'entre eux s'avère en même temps le moins crédible. Jugez plutôt: les ailerons de la queue de l'avion sont coincés. Un des jeunes décide donc de sortir de l'appareil et d'aller les décoincer. Le tout, évidemment, à très haute altitude.
Je dois dire que cette séquence constitue un spectacle étonnant. Le ton sérieux avec lequel elle est traitée tranche avec la situation en elle-même, laquelle est très peu crédible. On ne compte pas les incohérences (quid de l'oxygène, de la température, de la pression, etc...), mais malgré tout, la scène fonctionne grâce à une réalisation au poil.
C'est d'ailleurs le leitmotiv du film: ce qui l'empêche de sombrer complètement, c'est la réalisation de Kaare Andrews.
Pour son premier long, le bonhomme s'en sort assez et laisse entrevoir de belles choses, malgré les efforts de certains effets spéciaux douteux pour lui mettre des bâtons dans les roues. Gageons que l'on devrait le revoir très vite aux commandes d'un film un peu plus ambitieux en terme de budget.


Regardez bien ces gens: ils mettront vos nerfs à rude épreuve!

Au final, Altitude constitue donc une déception, et ce n'est pas son excellent dernier quart d'heure qui parvient à le hisser au rang de bon film. Trop de longueurs, trop d'incohérences, et des personnages antipathiques.
Altitude est à voir une fois tout de même, ne fut-ce que pour son monstre lovecraftien et sa fin sympa.
 

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...
Stranger things
Les années 1980 auront été particulièrement prolifiques et inventives dans le domaine cinématographique. Quelques-unes des plus grandes figures horrifiques y ont vu le jour (Freddy, Jason...) tandis que des réalisateurs comme Spielberg avaient les coudées franches pour les projets qu’ils estimaient particulièrement intéressants. En ce sens, cette décennie reflète une certaine insouciance que le...
Trailer Park of Terror
On a tous des références. Dire le contraire serait mentir, car on a tous en tête des histoires faisant références à des films, des livres, voir même à des musiques qui nous parlent. Et bien souvent, quand on réalise un film ou que l'on écrit un livre, on a plusieurs auteurs ou réalisateurs en mémoire, en référence, et parfois même quelques films dont on s'inspire plus ou moins librement...
St. Agatha
Portée par la franchise Saw , la carrière de Darren Lynn Bousman reste relativement inconstante au vu de ses différents projets. Si ceux-ci se succèdent et ne se ressemblent pas, ils soufflent le chaud et le froid si bien qu’il est difficile d’anticiper la qualité du suivant. En parallèle de films assez singuliers, comme Repo ou la saga The Devil’s Carnival , le réalisateur se...
Z nation
Si les zombies sont difficilement indissociables du domaine de l’horreur, ils le sont encore plus depuis quelques années avec un engouement populaire propre à les emporter au-delà d’une sphère de cinéphiles avertis. Les séries télévisées ne sont pas en reste avec quelques perles éphémères assez discrètes comme Dead set ou In the flesh . Mais c’est sans aucun doute The Walking Dead qui rafle la...