Voir la fiche complète du film : Batman (Tim Burton - 1989)

Batman

Tim Burton nous livre sa version du Batman de Bob Kane : univers sombre, héros torturé et bad guy de service dément. A voir.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Batman
8
Clown
Le jeune Bruce Wayne (Michael Keaton) assiste, horrifié, au meurtre de ses parents par un individu qui prend la fuite. Des années plus tard, Bruce Wayne est un milliardaire a qui tout réussi. Pourtant, il vit reclus dans un sombre manoir, rongé par le souvenir tragique de la mort de ses parents. Afin que plus personne ne vive ce qu’il a vécu, il a décidé de consacrer son existence à la lutte contre le crime en devenant une ombre sur les toits de la ville de Gotham City : le justicier Batman, Il va bientôt se retrouver confronté à un ancien membre de la pègre qui, après être tombé dans une cuve de produits chimiques dans une usine, est devenu Le Joker (Jack Nicholson), un homme grimé en clown qui fait régner la terreur à Gotham City…

Tim Burton est un réalisateur « à univers », c’est-à-dire qui travaille beaucoup sur la création ou la transposition d’un univers, d’un monde, à l’écran. Sur Batman, Tim Burton nous offre des visuels impressionnants (il suffit de s’attarder sur les décors mais aussi sur la réalisation et les effets de caméra pour s’en rendre compte). Qu’il s’agisse de la ville de Gotham City, plongée dans une nuit noire (les scènes de jour sont rares) ou de la fameuse « Batcave » de notre héros, tout concourt pour offrir au spectateur un univers très sombre. Un univers qui est à l’image du personnage principal de l’histoire : Bruce Wayne/Batman. Un homme meurtri dans son âme et dans son cœur qui tente de chasser ses démons en combattant le crime. Un personnage au caractère complexe qui ne reflète pas vraiment d’une manière fidèle celui du comics de Bob Kane (dans le comics, il est plus question d’action que d’émotions). Le Bruce Wayne de Burton est en effet quelqu’un de très pessimiste, qui ne se fait plus d’illusions sur son existence et qui est conscient du monde dans lequel il vit, où règne la corruption et le crime…

A la beauté des décors (le manoir, Gotham City, l’église), s’ajoutent la très belle musique du fidèle compositeur de Burton, Danny Elfman. Le thème principal (audible dès l’ouverture du film, lorsque l’on parcours l’intérieur du sigle de batman) est réellement percutant et remarquablement orchestré (on en attendait pas moins de Danny Elfman). Tim Burton sait aussi manier une caméra et il le prouve en réalisant de très beaux plans comme celui, connu, de l’avion de Batman qui transperce littéralement les nuages pour s’aligner sur la lune. C’est beau, mais c’est totalement gratuit. La réalisation est un peu "Tape-à-l’œil" mais à le mérite de maintenir le spectateur scotché à son fauteuil.

Un film intéressant dans la carrière de Tim Burton et qui vaut surtout pour la beauté de ses décors et les prestations remarquables du trio Keaton/Nicholson/Basinger.

Autres critiques

Sucker Punch
Une jeune femme est internée dans un hôpital psychiatrique par son beau-père afin que ce dernier rafle l'héritage familial. Sans aucun moyen de s'enfuir, elle se créé une échappatoire par le biais de son imaginaire et explore autant d'univers différents que merveilleux. En l'espace de seulement trois longs-métrages, Zack Snyder s'est imposé comme un réalisateur incontournable...
Le mystère de la bête humaine
Au même titre que le vampire, le loup-garou est ancré dans l’imaginaire collectif avec une telle force que d’aucuns développent des hypothèses sur son existence, à tout le moins ce qui pourrait expliquer la lycanthropie. C’est donc tout naturellement que les films de loup-garou ont alimenté le cinéma de genre avec une certaine constance productive, mais pas forcément qualitative...
All the Creatures Were Stirring
Les films à sketches ont le mérite de mettre en scène des récits dont le contenu ne peut tenir sur la longueur. En ce sens, le principe reste similaire à un recueil de nouvelles. Le concept peut compiler des histoires qui ne présentent pas forcément de liens entre elles. Toutefois, la majeure partie des productions proposent un fil rouge et une thématique précise. Qu’il s’agisse de...
Raspoutine: le Moine Fou
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** En Russie, à la fin du XIX ème siècle et au début du XX ème, l'existence tumultueuse et troublante du moine fou Raspoutine. En 1966, la Hammer décide de s'attaquer au biopic de l'un des personnages les plus mystérieux et fascinants de l'Histoire, à qui l'on octroyait moults pouvoirs dans la Russie des tzars. Bonne idée, le nom de...
Jupiter : Le destin de l'univers
Certains réalisateurs ne cessent de se partager entre une communauté d’inconditionnels et les détracteurs de tout poil. Aussi chaque sortie de films est l’occasion de susciter une polémique plus ou moins vive et justifiée. À la fois décriés et encensés, les Wachowski ont multiplié les échecs commerciaux et parfois critiques depuis la conclusion de leur trilogie Matrix . Quel que soit...