Voir la fiche complète du film : Frankenweenie (Tim Burton - 2012)

Frankenweenie

Frankenweenie renoue avec les premiers amours de Tim Burton. Si l'on ne remet pas en cause l'ambiance, l'histoire aurait gagné à s'affranchir des exigences made in Disney. Toutefois, l'on est en présence d'un film d'animation aux qualités évidentes et injustement boudé par le public.
Publié le 18 Novembre 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Frankenweenie
8
Canidé
Avec Alice au pays des merveilles, Tim Burton avait refroidi bon nombre de ses fans et des amateurs de l'histoire originale. Le film n'était pas forcément mauvais, mais l'association de l'illustre cinéaste à celui de Lewis Carroll avait de quoi faire rêver. Mais les plus grandes attentes sont parfois synonymes de déconvenues magistrales. La déception était au rendez-vous devant un produit léché, mais aseptisé et surtout en deçà de nos espérances. Après un Dark shadows tout aussi inconstant (comprenez grand public et moins axé sur la poésie macabre), Tim Burton semblait sur la pente descendante.


Wouf !

À l'instar de l'année 2005 où il sortit consécutivement Charlie & la chocolaterie et Les noces funèbres, l'année 2012 voit donc se profiler deux métrages du type responsable de certains des plus beaux chefs d'½uvre du septième art. Personne ne l'ignore, Frankenweenie est à la base un court-métrage qui a lancé la carrière de Tim Burton avec Vincent. Déjà, l'on contemplait le potentiel de son univers macabre et son talent pour narrer les plus sombres poésies. On pourrait croire que cette transposition en film d'animation trahit clairement un manque d'inspiration de son géniteur. Toutefois se serait un préjugé malvenu, surtout avant d'avoir vu Frankenweenie.

La qualité des films d'animation de Tim Burton n'a jamais faibli. Pourvu d'un cachet singulier et unique, tant dans la technique que l'histoire ou l'atmosphère, on a toujours eu droit à des oeuvres de haute volée. Les premières minutes posent les bases d'un travail exemplaire. La technique du stop motion ne vieillit absolument pas et dispose d'un charme tout particulier. Il ne s'agit peut-être que d'un détail, mais ce choix permet un rendu moins froid et austère que les images de synthèse. Le côté artisanal s'en retrouve grandement valorisé et communique avec une fluidité accrue les émotions présentes.


Je vois l'avenir dans les crottes de mon chat.

Le scénario est similaire à celui de 1984 en y ajoutant moult péripéties en sus. En cela, la trame se veut assez convenue (surtout si l'on est familier du court-métrage), mais recèle quelques brillants hommages aux références cinématographiques et littéraires qui ont inspiré Tim Burton tout au long de sa carrière. On retiendra principalement les films de Vincent Price, Dracula ou, bien entendu, Frankenstein. Une palette de clin d'½il toujours bien intégrée et jamais opportuniste. Mais Frankenweenie est pour son metteur en scène, l'occasion d'une petite rétrospective sur l'ensemble de sa filmographie.

L'on retrouve les thèmes chers à son auteur tels que la différence, la mort ou le rejet. De fait, on y décèle un peu d'Edward aux mains d'argent (autre chef d'½uvre qui évoque le roman de Mary Shelley) dans ce Frankenweenie. Son héros, les mœurs du quartier enclavées dans un carcan de bienséance. Qui plus est, l'aspect gothique renforcé par le noir et blanc est, à mon sens, un choix des plus judicieux pour servir les propos avancés et conférer au film une identité marquée. L'atmosphère sépulcrale est donc au rendez-vous avec son lot de facéties macabres (le poisson invisible, monsieur Moustache...).


Une fiancée qui a du chien.

À cela, on ne peut que s'extasier face aux protagonistes. Pour une fois se sont les seconds rôles qui ont la part belle avec des physiques, certes disgracieux, mais qui accentue le côté bizarroïde et inquiétant de l'½uvre. Entre le petit obèse, le bossu, la jeune fille au chat avec ses yeux en boule de billard ou le costaud aux faux airs du monstre de Frankenstein, on les retient aisément. Les protagonistes sont, quant à eux, un peu plus « banals ». Victor et Elsa restent intéressants dans leur caractère, mais ils sont moins marqués (et marquants) de par leur place de héros au sens propre du terme.

Au final, Frankenweenie est un retour aux sources salvateur pour son créateur. Nanti d'une ambiance gothique sombre à souhait, d'une animation appuyée par un contraste de noir et blanc soigné, la version 2012 du célèbre court-métrage montre que Tim Burton n'a rien perdu de son talent. Même si on est loin d'un incontournable, on ne comprend pas le flop du film au niveau commercial. Certes, production Disney oblige, le Happy-end est de circonstance (ce que l'on regrettera), le scénario aurait peut-être pu s'affranchir d'une certaine prévisibilité, mais le résultat général est plus que satisfaisant. Il en ressort un moment poético-macabre délectable.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Scary Stories
Sous forme d’histoires courtes ou de pulps, de nombreux récits horrifiques ont pu voir le jour dans le domaine des nouvelles ou de la bande dessinée. Au fil du XXe siècle, le format a été particulièrement bien accueilli outre-Atlantique, parfois jusqu’à fournir des adaptations classiques, comme Les Contes de la crypte . En France, Scary Stories to Tell in the Dark , l’œuvre d...
Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire
Déjà portée à l’écran en 2004 par Brad Silberling ( Casper , La cité des anges ...), Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire est une série de romans jeunesse qui compte treize tomes. Malgré toutes ses qualités et son incontestable originalité, le film ne laissait entrevoir qu’une partie des pérégrinations des enfants Baudelaire, principalement les trois premiers ouvrages...
Halloween 2
En 2007, Rob Zombie nous avait proposé sa vision du grand classique de John Carpenter , Halloween: La nuit des masques . L'exercice n'avait rien de facile puisque le film de Big John est un classique pour une grande majorité des amateurs de films d'horreur. Pourtant, le "jeune" réalisateur qui n'avait alors que deux longs métrages à son actif s'en était sorti avec...
Ça - Partie 1
Partageant avec Alien: Covenant le podium des films de genre les plus attendus de 2017, la nouvelle adaptation du classique de Stephen King a fait beaucoup parler d’elle. La bombe horrifique de l’année ou juste un pétard mouillé surestimé ? La ville de Derry, théâtre des aventures d’une bande - aussi appelée le « Club des Ratés » - de sympathiques prépubères, est...
Les Dossiers Secrets du Vatican
Alors qu'elle fête son anniversaire en compagnie de son père et de son petit-ami, Angela s'entaille le doigt avec un couteau. Emmenée aux urgences, son comportement change subitement. Depuis l'Exorciste , le film de possession a toujours fait recette au cinéma. Il n'est donc jamais rare de découvrir chaque année de nouvelles bobines censées apporter un second souffle à ce sous-genre horrifique...