Voir la fiche complète du film : Ginger Snaps : Resurrection (Brett Sullivan - 2003)

Ginger Snaps : Resurrection

Après la mort de sa sœur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature. Honnête suite, comportant quelques faits intéressants dans la saga Ginger Snaps, ce second volet de la trilogie peine à faire oublier son prédécesseur.
Publié le 14 Décembre 2009 par GORE MANIACVoir la fiche de Ginger Snaps : Resurrection
6
Loup-Garou Hôpital

Après la mort de sa soeur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature, tentant d'enrayer la progression de sa contamination en s'injectant régulièrement des doses d'aconit.
Cependant, elle est poursuivie depuis plusieurs jours par l'un de ses féroces congénères.

Donner une suite à un film n'est jamais chose aisée, surtout lorsque l'originel avait donné lieu à une relecture ingénieuse et intimiste du mythe lycanthropique.
Le second volet de cette trilogie peut se suivre comme une suite directe au premier opus. La sœur rescapée est désormais la nouvelle victime de la malédiction qui s'est abattue sur Ginger. Soulignons déjà que le scénario prend des risques.
Tout d'abord en modifiant complètement l'univers du précédent film, un centre de désintoxication remplaçant le collège. Ensuite, en ne donnant pas forcément le beau rôle à l'héroïne du métrage, Brigitte étant à l'image d'une junkie, décharnée, solitaire et perdue. Enfin, en délaissant donc tout, ou presque, du premier Ginger Snaps, pour confronter la survivante, Brigitte, à de nouveaux ennemis, même si sa sœur hante encore son esprit (Katharine Isabelle y fait ainsi quelques apparitions).
Néanmoins, le réalisateur conserve la principale qualité du premier film de la saga, à savoir éviter le grandiloquent pour se concentrer sur l'humanité de son personnage central.

Un peu éclipsée par Ginger précédemment, Brigitte prend une toute autre dimension ici. Emily Perkins campe avec une force prodigieuse cette adolescente envahie par un mal qui la ronge de l'intérieur, et l'isole encore davantage des gens, trouble qui entourait déjà sa vie avant les événements que l'on sait.
Cette sensation de vide et de solitude est accentuée par les lieux mêmes de ce duel qu'elle livrera contre le monstre rôdant à l'extérieur, et celui qui la ronge de l'intérieur, sa transformation physique n'étant rien par rapport aux ravages psychologiques qu'elle subit de plein fouet. Face à elle, les toxicomanes ne font qu'amplifier son sentiment d'isolement.

En effet, la terreur mentale est toujours mise en avant, de sorte que les admirateurs d'effets visuels s'ennuieront quelque peu devant cette vision intimiste du mythe du loup-garou. Car, au delà de la basique transformation, c'est le changement fondamental quotidien vécu par Brigitte qui est analysé dans ce film.

L'autre personnage clé de l'histoire se nomme Ghost, une petite fille victime des railleries des autres pensionnaires de l'institut, qui finira par se rapprocher de Brigitte, dans un cadre médical dépeint de manière glauque (les visites nocturnes du jeune interne auprès de pensionnaires en manque).
Ghost permet à Brigitte de conserver un lien étroit avec la réalité (ironique puisque la jeune fille est parfois déconnectée de la réalité, enfermée dans ses BD), et leur relation marquera de manière surprenante le dernier tiers du segment, qui se situe dans une cabane isolée dans les bois, emplacement idéal pour divers affrontements.

Toutefois, cette suite n'égale pas le film original, la faute à un rythme assez languissant. Une fois installé dans cet épisode, force est de constater que l'histoire manque parfois de relief ou de rebondissements, et que seul l'épilogue, original mais quelque peu déroutant, apporte une véritable identité à ce long-métrage, qui peine à renouer avec le souffle novateur du premier film, l'absence du tandem formé par les deux sœurs y étant sans doute pour beaucoup.

Honnête suite, comportant quelques faits intéressants dans la saga Ginger Snaps, ce second volet de la trilogie peine à faire oublier son prédécesseur, même s'il le prolonge non sans un certain talent, ne bénéficiant pas de réels moments d'effroi, ni de la profondeur nécessaire à ce genre d'exercice.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

My Soul to Take
Est-il besoin de vous faire l'injure d'encore vous présenter Wes Craven , le papa de Freddy Krueger, réalisateur des cultes Scream , La Colline a des Yeux et autre Dernière maison sur la Gauche , mais aussi responsable des tristement célèbres L'été de la peur , La Colline a des Yeux 2 et Cursed ? On le sait, l'ami Wes est capable du pire comme du meilleur, même si ses derniers...
Z nation
Si les zombies sont difficilement indissociables du domaine de l’horreur, ils le sont encore plus depuis quelques années avec un engouement populaire propre à les emporter au-delà d’une sphère de cinéphiles avertis. Les séries télévisées ne sont pas en reste avec quelques perles éphémères assez discrètes comme Dead set ou In the flesh . Mais c’est sans aucun doute The Walking Dead qui rafle la...
Ghost in the shell - Stand alone complex : Les 11 individuels
Après l'affaire du rieur et sa dissolution, la section 9 est reformée pour faire face à une nouvelle menace. Un groupe terroriste qui se nomme les onze individuels fait vaciller l'équilibre de l'actuel gouvernement japonais. Est-ce le début d'un autre Stand alone complex ou le danger est-il bien plus grand ? Dans la foulée du « film-résumé » Le rieur, Kenji Kamiyama...
La Morte-Vivante
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Chargés de se débarrasser de futs toxiques, trois hommes réveillent une jeune femme morte depuis deux ans, dans les catacombes d'un château. Unique cinéaste français pouvant se targuer d'être resté fidèle durant toute sa carrière au cinéma fantastique, dès la fin des années 60, Jean Rollin s'attaquait dès le début des années 80...
Sharknado 3 : Oh Hell No!
Si l’on ne change pas une équipe qui gagne, l’adage vaut apparemment pour les pires étrons cinématographiques. Tout est possible avec les producteurs déjantés d’Asylum, mais l’on reconnaîtra que Sharknado rencontre un certain succès sur les écrans américains. En partant de ce principe, pourquoi ne pas étirer un concept farfelu de base jusqu’à en obtenir le nectar de la bêtise humaine? Tel est le...