Voir la fiche complète du film : Greenland - le dernier refuge (Ric Roman Waugh - 2020)

Greenland - Le dernier refuge

S’appuyant sur un récit où le drame humain prévaut sur l’inéluctabilité de l’Apocalypse, Greenland est un film catastrophe qui n’en est pas vraiment un. Davantage orienté vers le drame, le film de Ric Roman Waugh se distingue par son approche réaliste et la qualité de sa caractérisation. Une incursion convaincante qui joue sur la fibre émotionnelle, autrement que par le truchement du patriotisme.
Publié le 21 Mars 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Greenland - le dernier refuge
7
Catastrophe naturelle

S’il est désormais admis que le film catastrophe s’est majoritairement cantonné à des productions de seconde zone, certaines incursions nous rappellent que le genre peut aussi éclairer les salles obscures. Pour peu que l’on y mette les moyens, l’aspect spectaculaire d’un tel exercice cinématographique procure des divertissements d’un bel acabit ; ce que l’on nomme communément un plaisir coupable. C’est notamment le cas de 2012, Le Jour d’après ou, plus récemment de San Andreas et Geostorm. Ce dernier métrage avait d’ailleurs pour tête d’affiche Gerard Butler qui semble réitérer sa prestation grandiloquente pour sauver la planète.

 

Seulement, le ton donné de Greenland met rapidement un terme à toute comparaison avec le film de Dean Devlin. Pour offrir un parallèle pertinent, Geostorm évoquait l’exubérance d’Armageddon avec un florilège de péripéties, d’effets spéciaux et d’héroïsme en tout genre. Il en ressortait un divertissement percutant qui répondait aux standards des blockbusters américains. Greenland peut être considéré comme son antithèse. Il se rapproche du traitement timoré de Deep Impact. Le film de Ric Roman Waugh prône un réalisme de circonstances en développant la dramaturgie de son contexte. À savoir : l’inéluctabilité de la fin du monde.

En l’occurrence, on ne se retrouve pas dans une situation où une équipe d’experts tente de remédier au « problème ». On écarte également la trame politique qui vise à maintenir les masses dans l’ignorance le plus longtemps possible. L’intrigue s’avance sous prisme d’une famille issue de la classe moyenne américaine ; si tant est que ce terme ait encore un sens. Toujours est-il que l’on s’affranchit d’un esprit patriotique et d’un sentiment d’appartenance nationaliste pour se focaliser sur le drame humain, les dilemmes et les épreuves qui en découlent. Preuve en est avec ce départ du domicile ou les ingérences administratives qui pèsent sur des critères de sélection obscurs.

 

De fait, la trame prend une tonalité presque intimiste. La caméra, comme la narration, se concentre sur le parcours presque désespéré des protagonistes. Certes, les éléments scénaristiques n’ont rien de foncièrement novateur à offrir, mais ils demeurent maîtrisés et bien amenés pour suggérer la tension, l’appréhension ou toute autre émotion chez le public. Les confrontations ne sont pas forcément celles attendues, mais elles mettent en avant la veulerie de notre espèce et l’incohérence des comportements qui découlent de la panique. Une quête de survie vaine et nihiliste qui révèle autant l’altruisme que les pires penchants de l’homme.

En ce qui concerne le côté spectaculaire du genre, on restera néanmoins sur sa faim. Les effets spéciaux sont irréprochables, notamment ce qui a trait à la pyrotechnie. Cela vaut aussi pour les panoramas larges qui présagent du pire, ainsi que de la destruction de l’environnement et de lieux emblématiques. Cependant, la menace initiale survient essentiellement dans la dernière demi-heure, eu égard aux multiples dangers que traversent les protagonistes. Finalement, ce qui est la cause de l’effondrement de la civilisation se traduit à travers la résultante du chaos. Il en émane un parfum apocalyptique délétère et particulièrement anxiogène tant le réalisateur fait preuve de modération dans l’expression de la catastrophe.

 

En partant d’un postulat conventionnel et maintes fois exploité, Greenland crée la surprise en abordant son sujet sous l’angle du drame. Le scénario a beau être attendu dans l’enchaînement des péripéties, il s’écarte de l’aspect élitiste d’autres productions pour privilégier une histoire à échelle humaine. La multiplication des points de vue reste minimale et facilite l’identification aux protagonistes dont les préoccupations sont plus terre à terre qu’un nouveau mandat présidentiel ou la perspective d’un prix Nobel. Dans un rôle à contre-emploi, Gerard Butler délaisse sa figure de héros américain au profit de celle d’un père de famille. Une incursion étonnante qui, malgré un côté spectaculaire en retrait, s’avance comme une réussite.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Bloody Waters : Eaux Sanglantes
Kevin O'Neill semblait avoir oublié la réalisation depuis son misérable Dinocroc en 2004. On se souvient d'un téléfilm bas de gamme où une bestiole préhistorique semait la terreur dans son entourage. Aussi, l'on aurait pu croire que cette pathétique aventure n'aurait pas de suite tant pour Dinocroc que pour le cinéaste. Six ans plus tard, les deux nous reviennent en grande forme...
Smash Cut
Attention, cette critique contient des spoilers. Able Whitman, cinéaste de film d'horreur dénué du moindre talent, est anéanti après la première, catastrophique, de son dernier film en date : Terror Toy. Eméché, il est victime d'un accident de la route le soir même, tuant sur le coup sa muse, strip-teaseuse. Le lendemain, agacé par le manque de réalisme de ses effets-spéciaux, il utilise le corps...
Vampire University
Le film de vampires a souvent été maltraité. Figure de proue du cinéma horrifique et créature légendaire maléfique, le vampire a connu moult changements, autant morphologiques que psychiques. Bête déchue dans Nosferatu , monstre sanguinaire dans 30 Jours de Nuit , être machiavélique dans Dracula , amoureux transi dans Twilight , le vampire a pris cher depuis quelques années, devenant un phénomène...
Alone in the Dark 2
Quand on reçoit le DVD d' Alone in the Dark 2 pour en effectuer la critique, on ne peut s'empêcher de penser aux atroces 90 minutes qu'avait constitué le visionnage d' Alone in The Dark premier du nom, adaptation complètement foirée du célèbre jeu-vidéo et réalisée par le "maître" Uwe Boll . Ce même Uwe Boll qui avait déjà commis un autre forfait devenu célèbre dans le...
Kong - Skull Island
Depuis le chef d’œuvre de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, King Kong est devenu une figure emblématique du septième art. Au fil des époques, le gorille géant s’est initié dans des remakes tout à fait convenables, mais aussi dans des séries B et des nanars pour le moins discutables. Preuve en est avec King Kong 2 de John Guillermin, un métrage de sinistre mémoire. Malgré ces...
Greenland - le dernier refuge
Réalisateur:
Sortie France:
Durée:
7
Moyenne : 7 (4 votes)

Greenland | Official Trailer [HD] | Coming Soon to Theaters

Dernières critiques spectateurs

Thématiques