Voir la fiche complète du film : L'Emprise du mal (Miguel Ángel Toledo - 2012)

L'Emprise du mal

Un thriller psychologique fastidieux doté d’une histoire ennuyeuse, d’une narration bancale et à l’atmosphère inexistante. Point d’angoisse ni de paranoïa dans un métrage pénible et terriblement long.
Publié le 18 Mai 2014 par Dante_1984Voir la fiche de L'Emprise du mal
2

Dans les années 2000, l’Espagne nous avait offert des talents et des films qui font à présent partie des plus belles perles du cinéma de genre. Depuis, ce déferlement d’excellence semble s’être amoindri. La vague se retire et laisse dans son sillage des productions plus ou moins passables, voire carrément dispensables. Qu’il s’agisse de l’horreur, du fantastique, de l’épouvante ou même du thriller, les Hispaniques sont capables du meilleur, comme du pire. Avec le thriller psychologique L'emprise du mal, avons-nous droit à un DTV qui gagne à être connu ou un navet pédant qui ne suscite que la frustration et l’ennui ?


On va la jouer à la Shining.

Premier long-métrage dont la gestation aura nécessité six ans, L’emprise du mal choisit de se baser sur la vie d’un couple en perdition qui tente de se donner une seconde chance. Pour cela, partir en vacances semble être la seule solution. Première impression : pitch banal, mais facilement exploitable si l’on expose correctement les faits tout en maîtrisant sa progression. Bizarrement, l’entame évoque Shining : deux époux et leur enfant qui se retirent dans un lieu isolé dans les montagnes en plein hiver, les histoires de famille (sans secret honteux)… Pour tout dire, on est même persuadé que le mari est alcoolique et que l’on ne tardera pas à voir surgir quelques phénomènes paranormaux.

Mais non, on reste dans un domaine assez rationnel (du moins 95 % du temps) qui va vite se révéler ennuyeux et répétitif. De longs, trop longs, silences ponctuent l’intrigue rendant l’atmosphère lourde et pesante (dans le mauvais sens du terme). Des regards de bovins, des plans sans inventivité et une succession de séquences à l’intérêt minime. Il n’existe aucune tension, aucune angoisse dans un scénario mal maîtrisé et ronflant. D’ailleurs, l’intervention de l’élément « perturbateur » principal n’apporte rien étant donné que l’on devine rapidement sa place et qu’il ne communique aucune ambiguïté sur ses motivations.


Un petit chalet bien tranquille.

L’aspect psychologique est peut-être présent, mais reste abstrait, un peu comme les intentions du cinéaste qui multiplie les propos purement théoriques sur les messages véhiculés tout au long du récit. Au même titre que son histoire sans imagination, la réalisation ne recèle aucune fulgurance et se montre aussi plate qu’une limande. On retiendra une photographie aux teintes glaciales assez remarquables compte tenu de la médiocrité générale. L’exposition des images se veut parfaitement dans le ton et procure une excellente impression de froideur, notamment grâce à un cadre somptueux, mais finalement peu exploité.

Le huis clos qui s’annonçait comme tel n’en est pas un. L’environnement est relégué au second plan (au sens propre, comme au figuré) pour donner lieu à une belle scène de ménage où jalousie et manque de confiance sont les maîtres mots. Les personnages sont tellement peu loquaces et pas du tout attachants, avec une évolution quasi inexistante, qu’on les croit muets. Les acteurs se contentent du minimum syndical sans jamais communiquer la détresse, le doute, le dégoût ou l’empathie que suscitent leurs rôles. En somme, une interprétation sans relief à l’image des autres aspects du récit : pénible.


Ce n’est pas le seul à avoir perdu la tête...

Au final, L’emprise du mal est un thriller psychologique ennuyeux au possible. L’histoire se targue de dénoncer les problèmes familiaux en jouant sur la paranoïa et les apparences. Toutefois, le traitement lénifiant confère au métrage un rythme laborieux, plat et capricieux dans sa progression. Prévisible et doté d’une approche maladroite de son sujet, ce premier film ne véhicule aucune émotion tout en multipliant les silences rarement évocateurs de tension. À l’instar de sa très belle photographie (unique atout), il laisse froid et indifférent. L’on remarquera un final à double-tranchant, à la fois attendu et doté d’un élément pseudo fantastique totalement hors de propos et surtout ridicule dans ses implications. Long et prétentieux.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Resident Evil Degeneration
Au cinéma, la saga Resident Evil est loin de faire l’unanimité. Hormis un premier opus passable et un troisième volet intéressant dans sa déclinaison post-apocalyptique, la genèse initiée par Paul W.S. Anderson a progressivement sombré. En parallèle, le spectateur a eu droit à des films d’animation coproduits par Capcom. Ce qui laisse sous-entendre une bonne maîtrise de l’...
Scar 3D
Les producteurs et les gérants des salles de cinéma ont eu il y a quelques décennies la bonne idée de vouloir faire des films en 3D, dans l'espoir mensonger de faire vivre de nouvelles sensations aux spectateurs et dans l'espoir véritable de faire des rentrées d'argent conséquentes. Ce sketch a commencé dans les années 80 avec des films comme Vendredi 13 Meurtres en 3D ou encore Les Dents de la...
Comportements Troublants
Suite au suicide du frère aîné de la famille, les Clark emménagent sur l'île de Cradle Bay, afin de démarrer une nouvelle vie. Steve, qui se remet difficilement de ce drame, tente de s'intégrer dans son nouveau collège, dirigé par une bande d'élèves d'apparence calme et amicale, les Rubans Bleus. Mais d'étranges comportements et certaines rumeurs inquiètent Steve et ses...
Super Shark
S’il est quelques occurrences notables dans le domaine du survival animalier, le film de requins-tueurs est surtout prétexte à une débauche de médiocrité et d’imbécillités en tout genre. Inutile de citer quelques effroyables exemples tout droit sortis des limbes d’Asylum ou SyFy. Le (trop) prolifique Fred Olen Ray, grand amateur de jeunes donzelles dénudées devant l’...
Le scaphandrier
Le slasher est un genre extrêmement codifié dont les seules limites narratives peuvent suffire à l’enclaver à un public de connaisseurs. Il y a bien les modèles et les précurseurs qui peuvent toucher le grand public, mais l’aspect bis, voire Z, a tôt fait de décourager des spectateurs non avertis. En général, le boogeyman ou psychopathe se pare d’un masque ou d’un...