Voir la fiche complète du film : L'Ile Du Docteur Moreau (Erle C. Kenton - 1932)

L'Ile Du Docteur Moreau

Unique rescapé d'un naufrage, le jeune Parker est recueilli sur un paquebot qui doit faire une escale sur une île mystérieuse, propriété d'un certain Docteur Moreau. Une belle occasion de se replonger dans la meilleure et la plus fidèle version cinématographique du roman de Wells, qui n'a pas pris une ride, 85 ans après sa sortie en salles.
Publié le 30 Janvier 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de L'Ile Du Docteur Moreau
7

Unique rescapé d'un naufrage, le jeune Edward Parker est recueilli sur un paquebot qui doit faire une escale sur une île mystérieuse, propriété d'un certain Docteur Moreau. Suite à une dispute, Parker est abandonné sur cette île, et découvre les sinistres expériences de son hôte.

Première adaptation du célèbre roman d'H.G. Wells, cette Ile du Docteur Moreau bénéficie aujourd'hui d'une sortie DVD et Blu-Ray française. L'occasion de décrypter ce classique des années 30.

Au début des années 30, le cinéma fantastique connaît son premier âge d'or à Hollywood, avec les premières adaptations parlantes de Dracula et autres Frankenstein. En parallèle à ces monuments gothiques, les producteurs cherchent à varier les plaisirs en proposant des métrages plus exotiques, censés apporter un dépaysement au public, en développant de nouveaux monstres.

Ainsi, en 1932 et 1933, trois films proposeront un savant mélange d'aventures et de fantastique : le mythique King Kong, la Chasse du Comte Zaroff et cette première version de l'Ile du Docteur Moreau.

Moins connu que les oeuvres S-F de son auteur (la Guerre des Mondes, la Machine à Explorer le Temps, l'Homme Invisible), l'Ile du Docteur Moreau reste pourtant un roman moderne et marquant, dont les thèmes exploités (le savant fou, l'île mystérieuse, les étranges indigènes) sont propices au Septième Art.


D'emblée, le cinéaste Erle Kenton, habitué du genre (le Spectre de Frankenstein, la Maison de Dracula), nous immerge en pleine mer, avant de nous faire découvrir l'antre du savant fou, dans un prologue qui évoquera aux cinéphiles les prémices du King Kong, réalisé un an plus tard. Ici, le danger est multiple, le gorille géant faisant place à des indigènes monstrueux, objets des expériences d'un Moreau maniant le fouet avec dextérité.

Dans le rôle titre, l'excellent Charles Laughton, entre malice et folie destructrice, campe un Moreau fort inquiétant mais également joueur, dirigeant ses proies à la manière d'un chef d'orchestre dépravé, dont la fin sera à la hauteur de sa démesure. A ses côtés, le casting est soigné avec l'élégante Leila Hyams (Freaks) et le mythique Bela Lugosi, en chef des monstres.

Pas de temps mort tout au long d'un film qui, derrière l'habituel film de monstres, cache plusieurs angles de réflexion savoureux. Ainsi, Moreau, à l'instar de Victor Frankenstein, représente une nouvelle forme de terreur, celle qui est générée par l'homme plutôt que par Mère Nature. La manipulation génétique, annonçant les futures atrocités d'un Mengele, figure ici en pièce centrale d'un drame dont l'épilogue, sans être aussi poignant que le cultissime Freaks, mérite amplement le coup d'oeil, le savant fou achevant la boucle qu'il avait lui même initié.


Augmentant considérablement son catalogue fantastique ces derniers temps, l'éditeur français Elephant Films propose fin janvier de (re)découvrir quatre films des années 30, dont trois en combo DVD & Blu-Ray. Parmi eux, l'Ile du Docteur Moreau bénéficie donc d'un transfert HD pour son édition Blu-Ray, permettant d'avoir une qualité picturale et sonore de très bonne facture, le DVD seul permettant de conserver le plein écran à un prix plus modeste. Côté bonus, une présentation du film d'une dizaine de minutes par l'inégalable Jean-Pierre Dionnet, qui ravira les nostalgiques du Cinéma de Quartier de Canal + et quelques bandes-annonces des autres sorties récentes d'Elephant.

Une belle occasion de se replonger dans la meilleure et la plus fidèle version cinématographique du roman de Wells, qui n'a pas pris une ride, 85 ans après sa sortie en salles.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

The Haunting of Borley Rectory
Quelle que soit la localité géographique, les cas de hantises sont innombrables. Amityville, Enfield, le manoir Winchester… Les exemples ne manquent pas et ceux-ci ont fait l’objet d’une ou de plusieurs adaptations cinématographiques. Bien moins médiatisé, mais tout aussi connu par les spécialistes et les amateurs d’intrigues paranormales, le presbytère de Borley était...
La Guerre des mondes
Certaines œuvres sont ancrées dans l’imaginaire collectif si bien qu’elles font l’objet de variations et révisions à des intervalles plus ou moins réguliers. Hasard des plannings télévisuels, La Guerre des mondes a bénéficié de deux nouvelles adaptations sorties quasi simultanément à la fin 2019. La version de la BBC se voulait assez proche de son modèle littéraire avec une...
I Spit on Your Grave
Avant de commencer cette critique, je me dois de vous dire que je n'ai pas vu l'original, Day of the woman , et que mon jugement ne va donc porter que sur cette adaptation, ce remake. Alors oui, il s'agit d'un remake, mais celui-ci est porteur d'un sujet presque tabou. En effet, il s'agit d'un Rape and Revenge, c'est-à-dire d'un viol, souvent collectif, suivi d...
The Traveler: le Justicier des Ténèbres
La déchéance, c'est vraiment quelque chose de moche. Prenez Val Kilmer , par exemple. Son talent est indéniable et reconnu par tous. Du moins, il l'était au temps de sa splendeur. Top Gun , Willow , Les Doors , Heat , L'ombre et la Proie , et j'en passe, tous témoignent de sa qualité d'interprétation. Malheureusement, si son talent est connu de tous, il en va de même pour son...
Saw 5
Après un quatrième volet assez dispensable, les producteurs continuent de faire marcher la machine à dollars que représente la désormais célèbre série Saw . John Kramer (Tobin Bell) a beau être mort à la fin du troisième film, il n’a jamais été aussi présent à l’écran que dans les derniers opus et ce cinquième film ne change pas la donne… Malheureusement, force est de constater...