Voir la fiche complète du film : Lake Placid 3 (Griff Furst - 2010)

Lake Placid 3

Une nouvelle suite pathétique et nulle. Les défauts surgissent de tout bord pour faire un DTV mal fichu, absurde et sans le moindre intérêt. Lake placid 3 finit de miner la franchise par le fond.
Publié le 14 Mai 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Lake Placid 3
2
Crocodiles
Un zoologiste emménage aux abords de Lake placid avec sa famille pour trier les affaires de sa mère. Mais le lac est loin d'être aussi calme qu'il n'y paraît. En effet, des crocodiles géants sèment la terreur dans ses contrées...

Initié en 1999 par le sympathique film de Steve Miner, la saga Lake placid fait dorénavant la joie des producteurs avides de nanars vite faits, mal réalisés. En 2007, David Flores infligeait un coup bas à la franchise avec une suite lamentable et bas de gamme. Peu importe, puisque trois ans plus tard, c'est au tour de Griff Furst de remettre le couvert pour SyFy. Lorsque l'on jette un oeil sur le passif du « réalisateur » (Prehistoric, Les immortels de la nuit...), l'on se dit que cet opus est en de bien mauvaises mains. La question est de savoir s'il fera pire ou un petit peu mieux que son prédécesseur. À votre avis ?


Au secours ! Le croco me bouffe les doigts !

L'introduction tente d'ameuter un public masculin en s'accaparant de faux airs pornographiques au ras de... laissons votre imagination fonctionner. En effet, l'on voit un couple qui se dénude (complètement pour une fois et pas juste le haut) et se fait picorer aux abords du lac par nos petits crocodiliens en culottes courtes. O joie ! O bonheur ! L'unique avantage de ce type de production, c'est de résumer en quelques minutes, l'entièreté de l'outrage au bon goût. Ceux qui espèrent un regain d'intérêt (si minime soit-il) plus tard devront s'armer d'une patience infaillible étant donné qu'il n'y en aura aucun.

Dans le cas présent, on ne parlera même pas de scénario. Le seul lien avec les précédents films (hormis le lac et les crocos) est de voir arriver la famille de Delores Bickerman (la vieille folle qui a élevé et nourri ses chers reptiles). Chose amusante (ou consternante, c'est selon), Nathan se retrouve sur le débarcadère et se remémore la mort de Delores alors qu'il n'en a pas été témoin ! Comme s'il était traumatisé par ce qu'il n'avait pas vu ! Incroyable ! Absurde et complètement débile. Lake placid 3 est avant tout une succession de séquences idiotes et pas forcément cohérentes.


Je vous rassure, le film n'a pas l'air aussi fauché qu'il n'en a l'air, quoique...

Puisqu'il n'y a pas d'histoires, multiplions les inepties à vitesse grand V ou grâce à des remplissages complètement inutiles. Le fils reprend la relève de sa grand-mère et ne trouve rien de mieux que de piquer de la viande dans l'épicerie du coin. Résultat : sa mère s'interroge sur son rôle et le fait qu'elle ait mal nourri son gosse tout en craignant d'avoir enfanté un inadapté social ! Sans parler de la mentalité des parents, comment peut-on dériver à ce point dans des débilités aussi affligeantes ?! Et ne croyez pas qu'il s'agisse d'une exception. Le film multiplie trois points de vue principaux pour composer un récit brouillon et abrutissant au possible.

L'on a droit au zoologiste et sa famille, à l'habituel groupe de jeunes randonneurs benêts aux hormones dégoulinantes et à un trio de chasseurs paumés dans le coin. Tout comme l'absence d'histoire à proprement parler, il n'y a aucun personnage pour relever le niveau d'une bassesse qui n'est pas étrangère à SyFy. Ce n'est pas le bedonnant Michael Ironside (dans la peau du shérif), la baby-sitter délurée ou Yancy Butler (très, mais alors très nulle) qui changeront la donne. On sert encore et toujours des caricatures pénibles qui ne sont même pas drôles.


Instant bronzette de pervers.

Certes, ce joli monde peut être savoureux en guise de brochettes pour les crocos. En cela, il est vrai que le massacre est dilué sur toute la progression, mais de quelle manière ! Il n'y a aucune inventivité dans les meurtres. Les bestioles arrivent, croquent l'intéressé et s'en vont nager ailleurs lorsqu'il n'y a pas de hors-champ. Cela se passe tout le temps ainsi avec une inlassable nullité. Que dire des effets spéciaux ? Qu'ils ont 20 ans de retard, sans doute plus ? Les crocos sont très moches (mis à part la peluche et le type en carton) et les incrustations s'avèrent des plus aléatoires. En un mot : abominable.

Bref, ce troisième opus montre que Lake placid est devenu une franchise largement dispensable dans le domaine du survival animalier. Même si l'on ne nourrit pas de grandes attentes (un film divertissant sans avoir un scénario développé aurait été un bon point), il est évident que la mise en scène, le cabotinage permanent des acteurs, les trucages risibles au possible font de cette séquelle, un DTV navrant, pour ne pas dire lamentable. Même les amateurs d'hémoglobine resteront sur leur faim puisqu'elle se fait désirer sans jamais contenter le public. Du sirop sur le t-shirt du gosse, des pixels rouges ou des croûtes de sang séchées, voilà ce à quoi vous aurez droit.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Halloween 2
Il y a des choses qui sont difficiles à faire et à assumer. Par exemple, faire une suite à un film culte et qui a fait d'un personnage un emblème d'un genre. Rick Rosenthal était un petit inconnu en 1981 et pourtant c'est à lui que fut confié le projet de faire la suite de Halloween , le film intemporel de John Carpenter avec Michael Myers. Acte difficile et la tâche a de quoi être...
The creature below
Lorsqu’on évoque des créatures aquatiques monstrueuses, on songe immanquablement au survival animalier. Un genre déjà suffisamment fourni en aberrations cinématographiques. Issus d’imaginaires dérangés, d’époques reculées, voire d’une autre planète, les producteurs n’ont de cesse d’exploiter insidieusement les endroits les plus inhospitaliers et méconnus de la...
A Dangerous Method
« Ce qui frappe, dans l’oeuvre de Cronenberg, c’est la volonté de se démarquer de la vision traditionnelle du corps dans l’art. Si j’osais une comparaison avec les arts plastiques, je dirais que le corps, dans ses films, est celui qu’on voit chez Bacon », écrit Serge Grünberg, spécialiste de l’½uvre de Cronenberg. Le corps, dans l’oeuvre cinématographique du cinéaste canadien, est soumis à un...
Shark : Le monstre de l'apocalypse
Les années 1970 et 1980 ont vu pléthore d’étrons aquatiques qui ont tenté de surfer sur le succès des Dents de la mer . Une surexploitation qui a contribué à ce que le survival animalier sombre très vite dans les affres de la médiocrité. Le cinéma italien ne déroge pas à la règle avec des films peu marquants, voire à éviter comme Le tueur de monstres , La nuit des requins ou La mort au large qui...
La Maison au Bout de la Rue
Le foyer révèle l’intimité de chacun. Il est à la fois un refuge et un exutoire. Une fois les portes fermées, les rideaux tirés, les barrières sociales s’effondrent pour laisser entrevoir une vérité que l’on préfère ignorer. La maison est le catalyseur parfait pour les films de genre : fantômes, psychopathes, maltraitances ou persécutions. D’ailleurs, les titres de certains métrages plus ou moins...