Voir la fiche complète du film : Les Démons du Maïs 4: La Moisson (Greg Spence - 1996)

Les Démons du Maïs 4: La Moisson

Un quatrième volet sympathique, dans la lignée de ses prédecesseurs, sans honte, mais sans éclat...
Publié le 12 Juillet 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Les Démons du Maïs 4: La Moisson
5
Diable et Démon Rêve et Cauchemar

La saga des Children of the Corn est un exemple, que dis-je, un cas d'école dans ce qu'on appelle généralement les films d'exploitation "direct-to-video". Si aujourd'hui, ces métrages bon marché garnissent généralement les bacs à soldes des grandes surfaces ou font le bonheur des chaînes câblées telles que SyFy (le remake du premier film de la saga a d'ailleurs été remaké par la chaîne), à l'époque déjà lointaine des années 80 et 90, les VHS poussaient comme des champignons sur les étagères poussièreuses de notre vidéoclub préféré et essayaient d'appâter le chaland via des jaquettes souvent plus réussies que le film en lui-même (nostalgie quand tu nous tiens...).

Dans ce contexte, les producteurs toujours à l'affût d'argent facile, lorsqu'ils avaient trouvé un bon filon, produisaient les métrages à la chaîne et ne lâchaient la poule aux oeufs d'or que quand elle avait été pressée jusqu'à la moëlle (notez que ça, ça n'a pas vraiment changé...).
Et à l'époque, la poule aux oeufs d'or s'appelait Stephen King. Chaque projet auquel le nom de l'écrivain pouvait être rattaché l'était sans hésiter, malgré des liens parfois ténus (qui a pensé Le Cobaye ?)
Dans le cas des Children of the Corn, si le premier film était une adaptation correcte de sa géniale nouvelle Les Enfants du maïs, ses différentes suites allaient se contenter de reprendre l'idée générale en ne la modifiant que légèrement. Un enfant-démon, une bande de jeunes effrayants, quelques épis de maïs pour légitimer le titre et hop, l'affaire était dans le sac.
Il faut dire aussi que le concept de base, aussi jouissif soit-il, était également très limité et peu propice aux déclinaisons innovantes. De fait, il fallait oser nous pondre une saga de 9 films (!) sur une trame aussi mince.


Prêts pour une quatrième plongée dans ce put*** de maïs?

L'épisode qui nous occupe aujourd'hui est donc le quatrième épisode des aventures de nos enfants assassins. Dans cet épisode, les enfants d'une petite ville tombent malade les uns après les autres et se retrouvent sous l'emprise d'un autre enfant démoniaque prénommé Josiah. Après Isaac, Micah et Eli, on continue donc dans les prénoms bibliques. Toutefois, la différence entre Josiah et ses prédécesseurs vient du fait... qu'il est mort et qu'il effraye la populace via leurs cauchemars. Mais à part ça, rien de neuf : les enfants continuent de tuer les adultes dans la joie et la bonne humeur. On ne saisit d'ailleurs pas toujours très bien leurs motivations (puisque l'objectif ici est de ressuciter Josiah), mais puisque les morts sont assez bien réussies, on ne va pas faire la fine bouche.
Personnellement, j'ai un faible pour la mort du docteur, à base de lit d'hôpital meurtrier (oui, je sais...).


Josiah est vraiment un enfoiré: il fait bouder les petites filles!

La réalisation met bien en valeur les effets spéciaux et parvient même à créer quelques moments de légère tension. Avouons que dans une production de ce type, cela tient presque du miracle. Greg Spence a fait son boulot correctement et propose plusieurs séquences bien troussées.
Dommage qu'il ne se soit pas montré aussi bon scénariste car son histoire, co-écrite avec Stephen Berger, présente des lacunes et des facilités parfois gênantes. Je pense notamment à une rapide résolution d'intrigue à base de merchurochrome, de même qu'à un final expédié en deux minutes chrono. Peut-être les contraintes du budget ont-elles réduit les ambitions des scénaristes, mais là où le final des Démons du Maïs 3 jouait la carte de la surenchère à outrance, celui des Démons du Maïs 4: La Moisson n'en fait étrangement pas assez.
Vous me direz qu'il vaut mieux frustrer son public au lieu de le lasser, mais tout de même, un brin de folie supplémentaire n'aurait pas été de trop.

Toutefois, là où le bâs blesse sérieusement, c'est au niveau des acteurs. Aucun d'entre eux ne dégage de sympathie ce qui rend difficile l'implication émotionnelle du spectateur.


Moi? Je joue mal?

Brent Jennings se montre peu crédible en père effrayé pour son fils tandis qu'à ses cotés, la jeune Noami Watts est encore loin de son futur niveau. Difficile de déceler dans ce rôle celle qui fera tourner la tête de King-Kong dix ans plus tard. A l'instar d'Hilary Swank dans Buffy, tueuse de vampires, ce rôle de Noami peut donner espoir à tous les acteurs évoluant dans des séries B ou Z: si vous avez du talent, il finira par éclater, tôt ou tard.
Au casting, nous avons également Karen Black, parfaite en vieille dame agoraphobe et hantée par ses cauchemars. Il est regrettable que son personnage ne soit pas plus exploité et soit expédié de l'intrigue sans ménagement. William Windom, qui ne s'était visiblement pas encore remis de son rôle du Dr. Seth Hazlitt dans la série Arabesque, complète le casting adulte.

Le casting enfant est par contre très crédible (même si la petite Jamie Renée Smith aurait pu utiliser une plus large palette d'émotions) et le leader est bien campé par un Brandon Kleyla parfaitement dans le ton.


Noami Watts dans un Children of the Corn. L'eusses-tu cru ?

En résumé, la saga Children of the Corn continue donc son petit bonhomme de chemin, sans génie, mais sans honte non plus si l'on fait abstraction de l'inepte second volet. Après, c'est certain que ce n'est pas du cinéma haut de gamme et ce sera à vous de voir si vous préférez considérer le verre à moitié vide ou à moitié plein. Par ma part, en ce qui concerne Les Démons du Maïs 4: La Moisson, il est à moitié plein...

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

En eaux troubles
Vouloir produire un film de requins à l’heure actuelle peut relever du suicide artistique si l’on souhaite s’engouffrer dans la brèche abyssale laissée par Asylum, SyFy et consorts. Hormis Instinct de survie et 47 Meters Down , peu de bobines se sont révélées intéressantes ces cinq dernières années. En ce sens, une sortie sur grand écran est tout aussi surprenante qu’...
The Thompsons
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Recherchés par la police suite à une sanglante altercation avec des voleurs dans une station service, les cinq membres de la famille Hamilton quittent le territoire américain. Suite à des recherches méticuleuses, ils entendent parler d'une famille de vampires habitant près de Londres et y envoient Francis en éclaireur. Révélation du...
La Stratégie Ender
Adapté du formidable roman d' Orson Scott Card , la Stratégie Ender narre la trajectoire peu commune d'un apprenti soldat malmené par ses camarades : le jeune et surdoué Ender Wiggin, considéré comme une mauviette à cause de sa frêle constitution alors qu'il a, en réalité, du mal à refréner ses accès de violence. On pouvait craindre qu'une telle histoire, passée à la moulinette...
Priest
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion , Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest . Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en...
Le scaphandrier
Le slasher est un genre extrêmement codifié dont les seules limites narratives peuvent suffire à l’enclaver à un public de connaisseurs. Il y a bien les modèles et les précurseurs qui peuvent toucher le grand public, mais l’aspect bis, voire Z, a tôt fait de décourager des spectateurs non avertis. En général, le boogeyman ou psychopathe se pare d’un masque ou d’un...