Voir la fiche complète du film : Le Monde fantastique d'Oz (Sam Raimi - 2013)

Monde fantastique d'Oz, Le

Le monde fantastique d'Oz est un rêve éveillé où se rencontrent des créatures aussi improbables que dissemblables. Véritable ode à la contemplation et l'émerveillement, on oublie les rares errances (principalement narratives) pour se laisser emporter par le voyage. Une perle visuelle qui flatte la rétine à chaque tour et détour du féérique pays d'Oz. À savourer sans modération.
Publié le 20 Mars 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Le Monde fantastique d'Oz
8
Primate
Oscar Diggs est un magicien sans envergure qui multiplie les tours de pacotilles pour impressionner une foule crédule. À la suite d'une altercation, il s'enfuit dans un ballon, mais échoue dans une tornade à la violence inouïe. À son réveil, il découvre le merveilleux pays d'Oz et ses habitants...

Inutile de présenter Sam Raimi, l'homme derrière une certaine saga culte horrifique et la trilogie Spiderman. Après avoir été remercié par les producteurs de ce dernier et nous avoir offert Jusqu'en enfer, film d'horreur qui semblait renouer avec ses racines au cinéma de genre, le réalisateur part pour l'univers magique de Disney, pardon d'Oz, pour se pencher sur une relecture du grand classique de Lyman Frank Baum. Non pas en dénaturant l'oeuvre originale, ni en nous infligeant une version « modernisée », mais en proposant une préquelle au roman.


Une petite excursion bucolique ?

On ne parlera pas de fidélité étant donné que Le monde fantastique d'Oz suit des événements antérieurs à la célèbre histoire. Pourtant, on aurait tendance à se demander si ce voyage au pays d'Oz demeure respectueux de ce que l'on peut connaître. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Disney ne lésine pas sur les moyens avec un spectacle à la hauteur (ou presque) de l'imaginaire du public (petits ou grands). Engranger près de 200 millions de dollars n'est pas sans conséquence, ni risque. Après la débandade de John Carter, Disney ne se décourage pas pour autant et récidive dans la grandiloquence, le démesuré et le somptueux. Qu'on se le dise, Oz est d'une finesse éclatante.

Tout commence par un générique et une introduction aux atours désuets. Une musique d'époque, une image 4/3 en noir et blanc qui n'est pas sans défaut. Cette remontée dans le temps offre à cette mise en place un aspect rétro sublime, mais pas seulement. Derrière ce splendide effet de style se cache la volonté de banaliser la réalité, la rendre fade et insipide avec des artifices ridicules pour tromper la morosité quotidienne. Comme si les codes de la société déteignaient sur les individus pour en faire des êtres vils et asservis. On le voit avec le personnage principal, mais nous y reviendrons plus tard.


On ne bouge plus, la petite sorcière va sortir...

La transition s'opère avec le réveil au pays d'Oz. L'image s'allonge progressivement, se colorise et nous offre un panorama à couper le souffle. Cette première incursion dans cet imaginaire fantasmagorique est représentative du film : d'une beauté incroyable où le mot féerique prend tout son sens. Qu'il s'agisse de la forêt sombre, du palais d'émeraude, de la cité bulle ou les contrées aux reliefs aléatoires, le cadre est prétexte à l'oubli et l'émerveillement devant un florilège d'effets spéciaux, mais pas seulement. Illusion parfaite entre décor réel et images de synthèse, les rétines s'écarquillent pour mieux appréhender cette effervescence de tous les instants.

Les couleurs sont vives, contrastées et animent des tableaux contemplatifs au design inspiré et recherché. On ne peut que s'extasier face à tant de variétés dans la faune, la flore et les architectures alambiquées. La mise en abîme de certains plans confère à l'onirisme. Les rayons du soleil à travers la cime des arbres, la lune éclatante, l'escapade en bulle... Si le scénario peut paraître prévisible en se contentant de suivre une trame assez classique, on ne peut s'empêcher de l'arpenter avec intérêt tant l'environnement flatte la rétine et les sens. C'est bien simple, on a l'impression de faire un rêve éveillé.


Zim Zala Bim !

Certes, l'histoire reste traditionnelle entre conte et fantasy, mais ce n'est pas pour autant que les personnages sont lésés. Il existe une véritable évolution dans leur caractère. Oscar Diggs est bien entendu l'exemple type de l'individu antipathique qui révèle une part de générosité au fur et à mesure de sa découverte. On notera également un parallèle étonnant avec les protagonistes de l'introduction. Le fidèle comparse Frank transformé en singe volant, le bien nommé Finley, la petite fille en fauteuil roulant et celle en porcelaine ou plus évident (le physique est identique) Glinda et la gentille sorcière du Nord. Les acteurs ne sont pas en reste puisqu'ils paraissent aussi émerveillés que nous. Il n'est pourtant pas aisé de jouer face à un écran vert ou l'on devine des babouins volants hargneux, des fées d'eau aux dents de piranhas ou un voyage au-dessus des nuages...

La magie est donc au centre du monde fantastique d'Oz (pour une fois, le titre n'est pas usurpé). Tout d'abord maladroite et désuète, puis vraisemblable grâce à un univers démesuré où les limites à l'imagination n'existent pas. La magie que l'on voit à l'écran n'est pas forcément la plus importante. Certes, elle se trouve en premier plan et l'on en conservera un souvenir marqué. Toutefois, l'on ressent également la magie dans le coeur des gens. Qu'il s'agisse de la réalité ou du pays d'Oz, ils sont animés d'une croyance commune pour le rêve et l'impossible. Si les deux univers sont aux antipodes, la magie les réunit sur ce point.


Faut sauter le pas... et le bon !

Bref, le dernier film en date de Sam Raimi est un petit bijou cinématographique. Malgré un scénario assez sommaire, l'on préférera s'attarder sur une vision (le terme n'est pas exagéré) inspirée et respectueuse de l'oeuvre originale. Véritable réussite visuelle où le pays d'Oz fait montre d'une beauté stupéfiante, Le monde fantastique d'Oz est propice à la rêverie. Il vous laisse vaquer à travers son monde comme si c'était le vôtre. On s'approprie très vite l'univers et l'on arpente ces chemins plus ou moins tordus avec un bonheur non dissimulé. Si en plus vous voyagez en une très plaisante compagnie, alors...

Cette critique a été écrite avec la contribution de Christelle, Éléonore, Solène et Annie.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...
Lake Placid - L'héritage
Quand on se penche sur le passif de la saga Lake Placid , on retient surtout un premier métrage réjouissant au possible. D’ailleurs, on peut même le considérer comme l’un des meilleurs (et trop rare) films de crocodiliens de ces deux dernières décennies. Presque vingt ans après sa sortie, on en est à trois suites toutes plus abominables les unes que les autres et un crossover des plus...
La Mort au bout du fil
Je dois bien vous l'avouer: je n'attendais pas grand chose de ce film. A ma décharge, il faut reconnaître que les thrillers médiocres, sans envergure et plus efficaces qu'une boîte de somnifères sont aussi nombreux que les points noirs sur le front d'un adolescent. Donc, en mettant Mort au Bout du Fil dans le lecteur, je m'attendais à passer 1h30 devant une histoire mille fois...
The Last Sharknado : It's About Time
Depuis 2013, Sharknado est devenu un phénomène aussi inexplicable qu’incongru. Malgré sa débilité clairement affichée, une équipe au rabais et un concept fauché en rase-mottes, Anthony C. Ferrante a réussi le pari hautement improbable de rendre «culte» un étron du septième art. Comme évoqué dans les critiques des précédents volets, la nullité s’est avérée un standard de...
Messe Noire
Une académie militaire, une chapelle et sa crypte poussiéreuse, une jeune recrue persécutée par ses camarades, un mystérieux grimoire ayant le pouvoir d’invoquer l’esprit maudit d’un moine espagnol révoqué par l’inquisition : tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette Messe noire le parfait nanar que son titre laisse entendre. L'insuffisance du budget force la mise en scène à étoffer au...