Voir la fiche complète du film : Nurse 3-D (Douglas Aarniokoski - 2012)

Nurse

Une jeune infirmière, épaulée par une supérieure dévouée et attentive, comprend rapidement que celle-ci cache en réalité un lourd secret. Nurse s'avère être une excellente série B, sexy et assez originale.
Publié le 25 Juillet 2014 par GORE MANIACVoir la fiche de Nurse 3-D
7
Hôpital

Attention, cette critique contient des spoilers.

Une jeune infirmière, épaulée par une supérieure dévouée et attentive, comprend rapidement que celle-ci cache en réalité un lourd secret.

Depuis plusieurs décennies, l'hôpital sert de repaire à bon nombre de praticiens dégénérés ayant offert quelques sueurs froides aux amateurs de sensations fortes. La 3D pouvant permettre de prolonger le plaisir en s'appuyant sur de nouvelles technologies numériques, Nurse s'apparente donc comme le possible chef de file de la nouvelle génération. A tort ou à raison ?

Le prologue nous dévoile les caractéristiques ainsi que les atouts charmes de notre tueuse. Le visuel, léché, diverge radicalement de dialogues racoleurs et bas de gamme. La découverte du lieu de travail d'Abigail Russell oriente davantage le film vers l'érotisme, voire le X, tant par son angle voyeuriste primaire que par une vision caricaturale des métiers hospitaliers (docteurs aux moeurs légères et infirmières victimes de leur sensualité provocante). Ainsi, l'horreur est laissée de côté, le scénario privilégiant la relation se nouant entre Abigail et Danni, sa jeune collègue qu'elle prend sous son aile.

Force est de constater que le climat mis en place par Douglas Aarniokoski (The Day, Highlander Endgame) fonctionne plutôt bien, surtout pour un public masculin. En effet, entre une scène dans les vestiaires et celle de la boite de nuit, le spectateur aura de quoi admirer les plastiques parfaites de Paz de la Huerta et de Katrina Bowden, tandis que le piège semble se resserrer autour de Danni. Toutefois, la jeune femme enquête sur sa supérieure, et mettra à jour le passé trouble d'Abigail, lié à l'adultère de son père, dont elle été témoin à l'âge de huit ans.

Abonné aux séries B, Aarniokoski sait y faire pour apporter rythme et suspense à son métrage. Concernant la psychologie de ses personnages, il ne fait qu'effleurer la double personnalité de son bourreau. On le regrette pour Paz de la Huerta, énigmatique à souhait, à l'aise dans son côté sombre, mais qui n'a pas eu le loisir d'exploiter la fragilité d'un personnage borderline plutôt riche. Idem pour Katrina Bowden, qui parfois ne joue que les utilités, alors que l'objet de la convoitise d'Abby est rusé et n'a rien de l'habituelle scream Queen (à l'instar de sa prestation remarquée dans Tucker et Dale fightent le Mal).

ci le beau rôle au sexe faible (une forme de négation d'un prologue assurément machiste). Le temps d'une courte séquence (l'impression de recevoir un scalpel en plein visage), le scénario tente de valider l'intérêt de l'usage des lunettes 3D. Néanmoins, comme pour beaucoup d'autres métrages, la version 3D est ici aussi dispensable que contestable (l'éditeur du DVD propose d'ailleurs un choix initial, salutaire, entre 2D et 3D). En offrant une porte de sortie à son héroïne (dont les meurtres sauvages partent en fait d'une intention fort louable), le réalisateur évite l'ennuyeux happy end, tout en laissant ouverte une possible suite.

Comme pour Sick Nurses, Nurse se sert de l'imagerie de fantasme masculin véhiculé par le métier d'infirmière pour hisser celle-ci au rang d'émasculatrice de l'homme infidèle. Fort d'une interprétation de qualité, d'un bon rythme et de quelques meurtres savamment orchestrés (ceux du psychiatre et du médecin, notamment), Nurse s'avère être une excellente série B, sexy et assez originale. De la part du modeste Aarniokoski, il s'agit d'une agréable surprise !

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Fairy in a cage
On connaît le cinéma japonais pour son originalité, sa folie et, parfois, sa violence graphique exacerbée au possible. Loin des fondamentaux occidentaux, on y découvre la plupart du temps une singulière mise en scène, une culture traditionaliste prégnante à travers une histoire farfelue et incongrue au possible. Dans certains cas, les films sont plus posés, mais il ressort toujours une volonté...
Flesh for the Beast
Le cinéma horrifique est un cinéma novateur, bourré d'idées plus ou moins bonnes. Parfois, il y a des films qui sortent du lot amlgré un manque de budget flagrant, parce qu'ils sont juste maîtrisés ou parce que le scénario est vraiment extraordinaire. Mais parfois, on tombe sur des immondices réalisés avec trois sous et une caméra de chez Lidl. C'est le cas de ce Flesh for the beast (de la chair...
Les Démons du maïs 5 : la Secte des Damnés
Y a vraiment pas à dire : le maïs, c'est une belle saloperie. Encore pire que la pire des mauvaises herbes. T'as beau le couper, l'arracher ou le crâmer, il revient toujours... Vous êtes prêts pour une cinquième incursion dans ces champs dégénérés où les plantes sont nourries au sang et où les enfants portent des prénoms bibliques ? Si oui, suivez-moi, c'est par ici que ça se...
Raiders of the Lost Shark
Plus que n’importe quelle autre décennie, les années2010 auront été le prétexte à un florilège de navets et autres nanars en puissance dans le domaine de la sharksploitation. Des étrons cinématographiques tout droit sortis d’un imaginaire aussi limité que dérangé, le survival animalier s’est vu infliger de terribles exactions. En marge des frasques de SyFy et Asylum, de...
Dead Space Aftermath
Dans le domaine vidéoludique, la saga Dead Space est encore aujourd’hui une véritable référence en matière de survival horror. Adaptés à un cadre spatial, les mécanismes de la peur sont parfaitement huilés pour susciter l’effroi à chaque recoin ou détour de couloir. Pour accompagner le premier volet, un film d’animation a vu le jour: Dead Space Downfall . Il en ressortait une...