Voir la fiche complète du film : Robocroc (Arthur Sinclair - 2013)

Robocroc

Sous couvert d’un propos farfelu, Robocroc s’inscrit dans la mouvance des productions Asylum ou SyFy où l’on se contente d’exposer une bestiole mal fichue devant un parterre de protagonistes décérébrés. Affublé d’un scénario incohérent et sans fond, un survival animalier fauché, prévisible, redondant et pénible à tous égards.
Publié le 6 Juin 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Robocroc
2
Crocodiles

Si les requins demeurent l’espèce dominante dans le survival animalier, les crocodiles et autres alligators ont également eu droit à leur lot de productions plus ou moins déplorables. À l’image de Black Water, Primeval ou Rogue, on a pu apprécier de sympathiques et efficaces incursions. C’est sans compter sur une myriade d’élucubrations cinématographiques où les producteurs fauchés rivalisent de bêtises et d’invraisemblances pour interpeller le chaland. On songe, entre autres, à Alligator Alley, Dinocroc Vs Supergator ou encore Supercroc. Autant de raisons de rester méfiant à l’égard de ce genre d’itérations, surtout lorsqu’elles proviennent des studios UFO, qui n’ont rien à envier à SyFy ou Asylum.

 

Le bon prédateur ?

Avec une traque de l’animal somme toute classique dans ses fondamentaux, Robocroc aurait pu s’inscrire dans une démarche « réaliste » pour étayer son propos. Seulement, producteurs et scénariste confondent vraisemblablement originalité et absurdité. Mise au point par le gouvernement américain, une arme nanotechnologique s’écrase dans un zoo et infeste le malheureux quidam qui se trouve sur les lieux. En l’occurrence, un crocodile particulièrement massif. L’organisme évolue pour faire du reptile une machine à tuer ; au sens littéral, pour une fois. Un concept saugrenu qui aura néanmoins trouvé un écho dans le domaine de la sharksploitation en la présence du tout aussi méphitique Roboshark.

Au sortir de cette considération, l’intrigue enchaîne les clichés à un rythme effréné. Cela vaut tout d’abord par une brochette d’intervenants caricaturés au possible. Les rôles sont définis de telle manière à occuper un statut prétexte pour veiller au mauvais déroulement du récit. À savoir, une chasse au croco qui se contente d’aligner deux ou trois lieux d’action pour confronter l’animal aux humains. L’ensemble a beau se montrer énergique, l’ennui découle d’une prévisibilité extrême dans l’enchaînement des péripéties. Le semblant d’histoire est structuré de telle sorte à justifier une attaque opportune ou un danger mal suggéré, tant les séquences et le cadre sont compartimentés. À l’image des enjeux, cela dit.

 

On ouvre grand la gueule...

L’évolution progressive du crocodile en arme cybernétique prête à sourire et donne le ton quant au « sérieux » de l’initiative. On a beau rester ancré dans un premier degré global, les frasques de Corin Nemec et de ses comparses rendent l’ensemble rocambolesque. Cela concerne aussi les justifications avancées pour prendre une décision ou privilégier une approche plutôt qu’une autre. D’incohérences en imbécillités manifestes, le scénario ne parvient même pas à conserver la linéarité qui semble pourtant le définir de prime abord. Il en émane un traitement comique qui se moque autant du spectateur que du genre lui-même.

Quant aux attaques dudit crocodile, on persiste dans une brutalité à peine esquissée. L’animal en question pâtit d’une modélisation immonde, ainsi que de problèmes d’échelle et de perspectives. D’un plan au suivant, l’appréhension de son gabarit peut être trompeuse, voire contradictoire. En ce qui concerne les incrustations, on demeure dans la moyenne médiocre de ce type de productions avec des décalages spatiaux flagrants ou des raccords bricolés avec trois bouts de ficelles pour « faire illusion » entre ce qui est filmé et synthétisé. À noter que les aptitudes robotiques du crocodile ne sont jamais exploitées à bon escient. Tout juste doit-on se contenter d’une vision à la Terminator.

 

... Et on gobe tout ce qui passe à portée de crocs !

Au final, Robocroc est une énième infamie cinématographique. Véritable affront au genre, l’unique métrage d’Arthur Sinclair s’avance comme une aberration sur bobine, incapable de fournir un minimum de rigueur et de cohérence. Cela vaut aussi bien pour la narration percluse de contradictions que pour la mise en scène méphitique. Malgré un nombre honorable d’amuse-gueules humains, la principale victime demeure le crocodile. À ce titre, la modélisation et l’animation de cette savonnette sur pattes sont les seules occurrences véritablement effrayantes du film. Ajoutons une tonalité pseudo-comique inutile et mal avancée pour se retrouver avec une production mauvaise et ridicule dans tout ce qu’elle entreprend.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Livre de Sang
« La chair et le sang » La mort et la souffrance sont les sujets les plus répandus à travers le cinéma d’horreur. Certains s’en sont fait des jouets pécuniers mais rare sont ceux qui en ont fait leur spécialité au-delà de l’appât du gain. Et qui mieux pour illustrer cet exemple que Clive Barker ? Son premier film Hellraiser est un monument et je n’ai pas de...
Star Trek
Des années que les fans l’attendaient et il est enfin là, sept ans après Némésis , le dixième film de la saga. Avec à la barre J.J. Abrams , auteur d’un incroyable Mission impossible 3 et créateur des séries que sont LOST, Alias et la toute récente Fringe , Star Trek 11 a finalement débarqué sur nos écrans. Onzième film ? Pas tout à fait car le métrage est intitulé Star Trek , un...
Haunter
En dépit des années et de plusieurs échecs commerciaux, Vincenzo Natali demeure un réalisateur à part, fidèle à ses principes, car au lieu de tomber dans la facilité et le commercial à l'instar de bon nombre de ses collègues, il continue sans relâche à se creuser la tête pour trouver LE concept fort capable de fournir un film original, quitte à déstabiliser le public. Le mémorable Cube et ses...
Dolan's Cadillac
Stephen King et le cinéma c'est une longue histoire d'amour, néanmoins pavée d'innombrables échecs. Pour quelques réussites ( Shining , Misery , La Ligne Verte ,...), combien de navets/nanards ont-ils été réalisés à partir des écrits du maître de l'horreur? Le problème, c'est que ses romans sont trop denses pour être bien retranscrits tandis que ses nouvelles sont souvent trop...
House II : la Deuxième Histoire
Le premier film tourné par Sean S. Cunningham avait le mérite d'être des plus symathiques, et l'affiche de cette Seconde Histoire avait le mérite d'être réussie et dans l'esprit du premier film. Hélas, le film se révèle très moyen et plusieurs éléments fâcheux en font un spectacle à peine divertissant. Voyons cela plus en détail dans les lignes qui suivent... Premier élément...