Voir la fiche complète du film : Le Temple d'Or (Jack Lee Thompson - 1986)

Temple d'Or, Le

Deux aventuriers malchanceux sont contactés par une jeune femme désireuse de les engager pour retrouver un fabuleux trésor. Malgré de nombreux défauts, <b>le Temple d'Or</b> n'en demeure pas moins une série B d'aventures agréable à suivre.
Publié le 4 Avril 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de Le Temple d'Or
6
Deux aventuriers malchanceux, Max et Leo, sont contactés par une jeune femme désireuse de les engager pour retrouver un fabuleux trésor caché dans un temple au Mexique.

Dans les années 80, le succès populaire de la série des Indiana Jones relança les films d'aventures, en Europe (les Aventuriers du Cobra d'Or, Gwendoline), mais surtout aux Etats-Unis.
Au pays de l'Oncle Sam, on redonna par exemple des couleurs au poussiéreux Allan Quatermain (la première adaptation cinéma du roman de H. Rider Haggard datait de 1937). Malgré le capital sympathie de Richard Chamberlain, ces deux aventures des eighties ne marquèrent pas beaucoup de cinéphiles (malgré la présence d'une certaine Sharon Stone au générique).
Réalisateur du premier opus, l'expérimenté Jack Lee Thompson (les Nerfs à Vif, les Canons de Navarone) n'arrivait donc pas en terre inconnue lorsqu'on lui confia le Temple d'Or, en 1986, entre deux films d'action avec Charles Bronson, son acteur fétiche.

Censé valoriser le "produit" Chuck Norris, mis à mal par la concurrence des Stallone et autres Schwarzenegger, le Temple d'Or a le mérite de ne pas vouloir marcher sur les plates bandes d'Indy. Doté d'un scénario plutôt mince, ce film compte sur l'habileté de Thompson et sur un solide casting de série B pour se démarquer.
Aux côtés de l'ami Chuck, on retrouve donc avec plaisir quelques gueules du cinéma de genre, tels Louis Gossett Jr (Aigle de Fer), Will Sampson (l'épatant indien muet de Vol au dessus d'un Nid de Coucou), John Rhys Davies (un habitué du film d'aventures), la carte charme étant jouée par la jolie Melody Anderson (Manimal, Flash Gordon).

En fait, le cinéaste compte surtout sur l'effet buddy movie afin d'adoucir l'image d'un Norris jusqu'ici monolitique. Force est de constater que cet objectif est atteint, Norris trouvant ici un rôle d'aventurier loser qui le change de ses rôles habituels de baroudeur flegmatique (Portés Disparus, Delta Force). Son personnage va même jusqu'à se déguiser en prêtre pour les beaux yeux de Patricia. Toutefois, le septuple champion du monde de karaté s'offre quelques scènes de combat dont il a le secret (dont celle du bar).
L'autre point positif de ce métrage est l'évocation de certaines légendes indiennes apportant un souffle de mystère et d'exotisme à cette série B aux moyens limités mais qui s'offre tout de même quelques paysages dépaysants. Sonny Landham (Predator) s'en tire avec les honneurs dans le rôle du sempiternel ennemi indien et Will Sampson, dans un de ses derniers rôles, apporte sa malice à un film qui en manque indubitablement.

Produit par Menahem Golan et Yoram Globus, rois du film d'action dans les années 80, le Temple d'Or fleure bon les eighties. Ses détracteurs insisteront sur le manque d'ambition et le rythme inégal du film, tandis que les nostalgiques loueront le côté bricoleur amusant et la richesse des décors extérieurs, aujourd'hui remplacé par le déshumanisé fond bleu (ou vert).
Pour ma part, ayant grandi en suivant avec impatience les nouveaux exploits de Rambo et autres Terminator, sur grand et petit écran, c'est toujours avec un certain plaisir que je redécouvre aux détours de certaines brocantes les héros de notre enfance dans des oeuvres aujourd'hui quelque peu désuètes, mais qui au moins ne se prennent guère au sérieux, assumant parfaitement leur aspect Bis.

Véritable icône pour certains, faisant régulièrement le buzz sur internet avec ses célèbres "Chuck Norris Facts", l'ami Chuck ne sera certes jamais un fabuleux acteur, mais celui qui avait commencé sa carrière au cinéma aux côtés du légendaire Bruce Lee (la Fureur du Dragon) est parvenu à réussir une carrière honorable dans le film d'action.

Malgré de nombreux défauts, le Temple d'Or n'en demeure pas moins une série B d'aventures agréable à suivre, à réserver toutefois à ceux qui ont baigné dans cette époque bénie que sont les années 80 !

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...
Sutures
Pour la petite histoire, sachez que je travaille au Ministère de la Santé Publique belge et qu'une partie de mon boulot consiste à donner un coup de main aux personnes s'occupant de la campagne Beldonor , à savoir la campagne nationale en faveur du don d'organes. Quel rapport avec Sutures me direz-vous ? J'y viens, bougres d'impatients. Apprenez donc que le sous-titre qui s...
Priest
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion , Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest . Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en...
L&#039;Anthropophage
Attention, cette chronique contient des spoilers. Durant l'été, de riches étudiants font le tour des îles grecques et acceptent l'invitation d'une jeune photographe à séjourner quelques jours sur une île privée. Mais la totalité de la population semble avoir mystérieusement disparu. Directeur de photographie assez réputé en Italie, Joe d'Amato se lance dans la mise en scène de films d'aventures...
Last of the Living
Quand on s’attaque à un thème aussi exploité que les morts-vivants ou la comédie de zombies en l’occurrence, il faut avoir un minimum d’idées et un scénario potable pour se lancer dans l’aventure. Faire un film sans imagination et surtout sans apporter un petit quelque chose au genre, c’est un peu comme suivre le troupeau de moutons qui saute de la falaise. Autrement...