Voir la fiche complète du film : The Hunters (Chris Briant - 2011)

The Hunters

Le nombre de disparitions suspectes dans une région sans histoires interpelle un ancien militaire. Pour son premier métrage derrière la caméra, Briant manque sans doute d'expérience. Doté pourtant d'un casting de qualité, son film ne mérite pas plus d'une halte.
Publié le 12 Octobre 2012 par GORE MANIACVoir la fiche de The Hunters
4
Forêt

**Attention, cette chronique contient quelques spoilers.**

Le nombre de disparitions suspectes dans une région sans histoires interpelle un ancien militaire, muté récemment au sein de la police locale. Pendant ce temps, deux amis chasseurs s'interrogent sur le sens de leur quotidien, ennuyeux et fatigant.

Oscillant entre suspense, thriller psychologique, drame et film d'action, The Hunters nous propose de suivre le parcours de différents personnages, dont le destin se réunira le temps d'un week-end sanglant.
Assez rapidement, on s'aperçoit que les protagnistes sont tous des êtres désoeuvrés, acculés moralement par un travail avilissant et une solitude pesante. Du flic brisé physiquement et psychologiquement par la guerre à la jeune fille qui s'ennuie dans une ville qu'elle connait par coeur, en passant par ces chasseurs uniquement vivants durant leurs escapades dans la nature, tout indique que le pire ennemi de l'Homme moderne réside dans les obligations civiques que lui imposent notre société.
Dès lors, le retour à Mère Nature et à ses instincts les plus primitifs semble être la solution la plus rationnelle, à condition de ne pas tomber dans les pires extrémités.

La chasse à l'homme est le thème central exposé par le cinéaste, qui ne fait donc pas ici dans la nouveauté. En Effet, depuis la Chasse du Comte Zaroff (1932) jusqu'au sordide Cannibal Holocaust (1980), le cinéma a toujours capturé avec gourmandise le gibier ultime phantasmé par tout chasseur, lui offrant même un sous-genre en la personne du survival. Ainsi, Chris Briant avait fort à faire pour sortir son oeuvre du lot.

Il privilégie dans un premier temps l'étude de ses personnages. Toutefois, les terreurs et pulsions de chacun ne sont qu'effleurées, même si le personnage du policier, un peu pitoyable, est assez attachant. On aurait aimé en savoir plus sur Alice, par exemple, délaissée au détriment de chasseurs assez conventionnels.
Si Briant souhaitait viriliser au maximum son film, il aurait été alors logique d'éviter un démarrage si languissant. Force est de constater que les 45 premières minutes du métrage manquent de rythme et de percussion.

Une fois l'action lancée, on apprécie le lieu du massacre : Fort-Goben. Ancien camp fortifié transformé en parc naturel, il représente plutôt bien l'animalité de l'homme mis en cage par la société. Le film se mue alors en film d'action plutôt banal, plus proche d'une énième série C de Steven Seagal qu'à Rambo. Les chasseurs, une fois le premier des leurs éliminé, ressemblent davantage à des animaux effarouchés qu'à des tueurs en série psychopathes.
Passée la "surprise" de la découverte des restes des corps décapités et mutilés, il faut avouer qu'il ne se passe rien de vertigineux au sein de ce long-métrage qui peine en fait à se démarquer, faute d'une réelle folie, nécessaire dans ce type d'exercice.

On peut entre autres regretter le manque de caractère octroyé au chef de police Bernard. Terence Knox avait en effet les épaules suffisamment larges pour porter le rôle du monstre caché derrière une façade respectueuse.
Le point faible majeur du film réside dans cette incapacité à exalter les qualités de chaque protagoniste et de se contenter de soulever quelques points pour en oublier d'autres tout aussi judicieux.
Le comportement des personnages peut parfois laisser perplexe. Ainsi, le héros laissera partir son amie sans protection alors qu'il pouvait l'accompagner jusqu'à la sortie et ainsi aller chercher du renfort. Au lieu de cela, il la laisse à la merci d'un des chasseurs, devenu fou suite au décès de son meilleur ami, tandis que la mort de Bernard relève de l'anecdote là où elle aurait été un épilogue digne d'intérêt, entre un flic corrompu et son collègue devant condamner ses actes odieux.

Pour son premier métrage derrière la caméra, Briant manque sans doute d'expérience.
Doté pourtant d'un casting de qualité, son film ne mérite pas plus d'une halte durant une longue soirée automnale, à l'instar de bon nombre de série B dont The Hunters fait partie intégrante.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Vampire University
Le film de vampires a souvent été maltraité. Figure de proue du cinéma horrifique et créature légendaire maléfique, le vampire a connu moult changements, autant morphologiques que psychiques. Bête déchue dans Nosferatu , monstre sanguinaire dans 30 Jours de Nuit , être machiavélique dans Dracula , amoureux transi dans Twilight , le vampire a pris cher depuis quelques années, devenant un phénomène...
Ginger Snaps : Aux origines du mal
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Au début du XIX ème siècle, au Canada, deux jeunes soeurs, rescapées du naufrage d'un navire, trouvent refuge dans un fort assiégé la nuit par d'étranges créatures. Le dernier volet de la trilogie des Ginger Snaps peut se définir comme une préquelle revenant aux origines de la malédiction frappant les deux soeurs, Ginger et Brigitte. Cet...
Mississippi River Sharks
Quand on aborde le domaine de la sharkploitation, des noms récurrents reviennent avec plus ou moins de régularité, comme Mark Atkins, Anthony C. Ferrante ou encore Christopher Ray. Des patronymes qui ont de quoi faire frémir, car s’ils démontrent une constance, c’est bien dans la qualité nullissime de leurs réalisations respectives. Depuis peu, une autre «trublionne» s...
Dracula 3D
L'adaptation entreprise par Dario Argento pour le grand écran du célèbre roman de Bram Stoker est un ratage quasi complet. C'est un constat qu'il faut faire d'emblé si l'on veut pouvoir en tirer un peu de satisfaction, refusant d'accepter totalement le bourbier progressif dans lequel, celui que l'on nomma autrefois "le maître de l'horreur", s'empêtre plus profondément avec chacun de ses derniers...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...