Voir la fiche complète du film : The Vigil (Keith Thomas - 2019)

The Vigil

Avec une idée de base originale à exploiter, The Vigil s’avance comme un huis clos qui profite d’une ambiance soignée. Privilégiant l’immersion au sensationnalisme, le film de Keith Thomas se distingue par sa mise en condition et la qualité de sa réalisation pour explorer un espace restreint avec des moyens modestes. Bien que l’ensemble ne soit pas dénué de maladresses, l’initiative demeure louable et globalement convaincante si tant est que l’on ne soit pas rebuté par un rythme lent et des lignes de dialogue circonspectes.
Publié le 14 Mars 2021 par Dante_1984Voir la fiche de The Vigil
7

Auréolé du succès de Paranormal Activity à la fin des années 2000, Blumhouse Productions est devenu l’une des figures incontournables de la scène horrifique hollywoodienne. Responsable, entre autres, de Sinister et Insidious, la société de production s’est également perdue dans des ratages complets, comme l’atteste Area 51 ou Projet 666. La découverte de ces métrages est donc à double tranchant. En fonction des cinéastes sollicités, on peut profiter d’une atmosphère glauque et délétère, comme se vautrer dans l’ennui et la complaisance. Première réalisation de Keith Thomas, The Vigil s’insinue dans une thématique peu usitée en matière de hantise : la religion juive.

 

Ces dernières années, l’une des rares incursions en la matière est survenue avec Possédée d’Ole Bornedal. En règle générale, ce type de phénomènes est souvent l’apanage du christianisme où la confrontation du bien et du mal révèle des velléités manichéennes de circonstances. Avec The Vigil, le postulat de départ fait preuve d’originalité. À savoir, les traditions judaïques imposent de veiller le corps d’un défunt pour l’accompagner et le protéger contre certaines « menaces » provenant de l’au-delà. À défaut d’un membre de la famille, le shomer peut être un étranger, rémunéré en contrepartie de sa présence. Le concept permet donc d’explorer la tonalité paranormale (et non spirituelle) que suggère cette pratique.

Le traitement du film s’inscrit dans une tendance mesurée où la mise en condition et l’ambiance prévalent sur le rythme. Le métrage a beau ne pas dépasser les 90 minutes, l’entame pose les jalons de son intrigue avec circonspection. Ce n’est pas tant la présentation des personnages qui s’impose, mais cette découverte progressive de cette maison où chaque pièce dégage un parfum malsain. On a donc droit à des silences pesants qui tiennent autant au mutisme du protagoniste qu’à l’absence de son au sein de la demeure. De fait, le moindre craquement ou bruit quelconque devient suspect. Cela vaut aussi pour le cadrage avec des angles excentrés où des zones nimbées de ténèbres.

 

À ce titre, la photographie joue sur plusieurs tableaux. Outre la pénombre omniprésente qui renvoie au travail de deuil, on apprécie l’alternance des teintes verdâtres et écarlates. Ces dernières confèrent une véritable singularité au film. Certes, l’idée n’est pas nouvelle, mais elle est bien amenée et correctement exploitée. Sans pour autant en atteindre le degré d’excellence, le procédé est similaire à ce qu’a effectué Dario Argento pour certains de ses projets, comme Suspiria ou Inferno. Le tout s’agrémente d’influences assez évidentes en matière d’histoires de fantômes et de malédiction, notamment ce qui a trait au courant de la J-Horror.

Il s’agit là de références faciles à identifier, mais celles-ci ne supplantent guère un traitement contemporain qui, en contrepartie, pèche par une approche conventionnelle. On songe à ces furtives apparitions qui s’évaporent à l’angle d’un couloir ou ces ombres qui surviennent à des moments inopportuns. Il aurait été plus judicieux de jouer sur la folie latente qui guette le protagoniste afin d’instiller le doute chez le spectateur ; a fortiori lorsqu’on considère les fréquences discordantes de la bande-son et le background de l’intéressé. Bien que soigné et assez méticuleux dans son évolution, l’ensemble n’est guère effrayant pour peu que l’on soit versé dans ce style d’exercices.

 

Au final, The Vigil constitue une incursion appréciable dans le registre horrifique de la hantise. On ne parle pas à proprement parler de fantômes ou de possessions, mais d’une entité démoniaque qui s’attache à une personne et non un lieu. Sous couvert de traditions judaïques, le film de Keith Thomas joue surtout sur son atmosphère et l’empathie que le public est susceptible d’éprouver. On regrette néanmoins certains phénomènes, somme toute convenus, qui atténuent sensiblement l’aspect psychologique qui en découle. Il en ressort une production réussie qui n’échappe pas à quelques scories du genre, sans doute la résultante d’un manque d’expérience. Cependant, un bel effort pour une première incursion dans le domaine.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

En eaux troubles
Vouloir produire un film de requins à l’heure actuelle peut relever du suicide artistique si l’on souhaite s’engouffrer dans la brèche abyssale laissée par Asylum, SyFy et consorts. Hormis Instinct de survie et 47 Meters Down , peu de bobines se sont révélées intéressantes ces cinq dernières années. En ce sens, une sortie sur grand écran est tout aussi surprenante qu’...
Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
Le sémillant professeur Indiana Jones (Harrison Ford) est contacté par un jeune homme qui souhaite partir à la recherche d'un vieil ami d'Indy, disparu dans de troublantes circonstances en Amérique du Sud. Près de vingt ans après sa dernière aventure ( Indiana Jones et la Dernière Croisade ), le plus célèbre aventurier du Septième Art sort donc de sa retraite. Mais, entre le plaisir de retrouver...
Lavalantula
Au même titre que les requins, les crocodiles ou les serpents, les araignées sont une espèce particulièrement prisée par le survival animalier. Malgré de nombreuses déconvenues ( Creepies , Arachnid , Ice Spiders ...), le genre nous a tout de même servi quelques sursauts d’orgueil avec Arachnophobie ou le très fun Arac Attack . Il persiste néanmoins un ton bis plus ou moins assumé au fil des ans...
Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...
Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...
The Vigil
Réalisateur:
Sortie France:
Durée:
88 min
7
Moyenne : 7 (3 votes)

THE VIGIL Bande Annonce VF (Horreur, 2020)

Dernières critiques spectateurs

Thématiques