Voir la fiche complète du film : Time Demon II : dans les Griffes du Samouraï (Richard J. Thomson - 2000)

Time Demon II : dans les Griffes du Samouraï

Pour les beaux yeux d'une scientifique, Jack Gomez va s'embarquer dans une croisade contre un malfrat mégalomane. <b>Time Demon 2</b> se révèle bien plus concis et sympathique que son prédécesseur.
Publié le 4 Février 2012 par GORE MANIACVoir la fiche de Time Demon II : dans les Griffes du Samouraï
6

Devenu une star du film d'action, Jack Gomez est pourtant inquiet. Aux prises avec un couple de maîtres chanteurs, il croise la route de Clara, une charmante scientifique devenue la cible de son employeur, Mitsuhirato.

 

Spécialiste du Z à budget inexistant depuis le début de sa carrière, R.J. Thomson s'est toutefois construit une petite réputation dans le milieu du Bis, soutenu notamment par le magazine Mad Movies. Sorte de Charles Band français, il survit par le marché de la VHS. L'émergence du DVD pourrait lui offrir davantage de reconnaissance dans les années à venir.

En proie à bien des turpitudes, le tournage de Time Demon 2 s'est avéré difficile. Dotée d'un budget de 7 500 euros environ, cette suite offre une seconde aventure rocambolesque à son héros, Jack Gomez.

Petit acteur de second plan dans le premier film, il est désormais un acteur de film d'action chevronné. Pour les beaux yeux d'une scientifique, il va s'embarquer dans une croisade contre un malfrat mégalomane, fasciné par l'univers du Japon féodal.

Du premier volet, Thomson n'a conservé que peu d'éléments. Hormis le désir d'immortalité cher au méchant de service, seul Jack relie les deux épisodes, assez différents.
Délaissant par exemple le thème du voyage dans le temps, le réalisateur offre surtout à son acteur fétiche une série B d'action, mêlant avec une belle énergie aventures, humour, fusillades et bagarres.

 

Laurent Dallias, souvent figurant, allie avec une certaine efficacité morceaux de bravoure, combats de kung-fu et second degré.
A ses côtés, on retiendra la performance savoureuse des méchants Bernard Di Amor, Dominick Breuil (déjà vu en catholique extrémiste dans Jurassic Trash) et Véronique Lefay, hardeuse plutôt crédible en sadique adjointe de Mitsuhirato, aussi sensuelle que névrosée. Enfin, Maxime Martel D'Albert interprète un extravagant paparazzi gay, Thomson en profitant ici pour égratigner gentiment le monde impitoyable du "Star System".

Mine de rien, en associant autant d'éléments différents, on pouvait craindre que l'équilibre du métrage s'en ressentirait. Il n'en est rien, Thomson parvenant à tenir la distance sur la quasi-totalité du film, offrant ici un divertissement agréable et dynamique.
On s'attachera aussi aisément au couple de héros, dans des ambiances insolites (cf la scène du supermarché ou du château en ruines), même si le scénario n'évite pas certaines lourdeurs (notamment les gags consistant à se débarasser des méchants).

 

Edité pour la première fois en DVD dans le coffret Bach sorti en 2011 (regroupant également Time Demon et Jurassic Trash), Time Demon 2 se révèle bien plus concis et sympathique que son prédécesseur.
Ce long-métrage est sans doute le film idéal pour découvrir la filmographie atypique de R.J. Thomson et prouve qu'il y a de la place en France pour des films de genre, à condition que les producteurs donnent leurs chances à de nouveaux visages, dont Thomson est l'un des principaux représentants.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Délivrance
Il fut un temps où le cinéma était innovant, et où les scénaristes, tout comme les réalisateurs avaient de grandes ambitions pour faire avancer le septième art. On se souvient encore de 2000 maniacs ! , premier film gore sorti en 1963 sous la direction de Herschell Gordon Lewis et qui a initié et inspiré un bon nombre de cinéastes aujourd'hui encore. John Boorman, le papa d' Excalibur et de...
Kill Dead Zombie!
Nous sommes tous influencés par les choses que l'on voit, que l'on vit ou que l'on écoute et lit. Il en ressort alors un conglomérat d'idées que l'on essaye de façonner, de défaire et de refaire pour être original ou sortir de cet amas une petite pépite totalement inédite et jamais vue. Mais en décortiquant cette petite pépite, on peut se rendre compte à quel auteur, quel réalisateur on a pris...
Resident Evil Damnation
En règle générale, les films d’animation issus de jeux vidéo tiennent davantage du fan service un rien opportuniste que d’une réelle nécessité à étendre un univers en dehors du format vidéoludique. Preuve en est avec Dead Space ou encore Devil May Cry pour ne citer que deux exemples. Cela vaut également pour les adaptations live, mais celles-ci coïncident moins avec la sortie «...
Death valley
Si l’on excepte l’incontournable Walking dead et les animes japonais, le zombie et la série TV sont un mélange plutôt rare. Cette créature en décomposition est davantage à l’aise sur grand écran. Pourtant, l’on a eu droit à Dead set , mini-série savoureuse tournant en dérision la télé-réalité de fort belle manière. Plus récemment, le projet avorté de Zombieland et son...
Les Vampires
*Attention, cette critique contient des spoilers* En 1956, à Paris, plusieurs femmes sont retrouvées mortes, vidées de leur sang. Lantin, journaliste, tente de percer le mystère autour de ce tueur surnommé Le Vampire . A une époque encore troublée par l'après-guerre, les films de veine fantastique se font rares en Europe. Se rapprochant également de l'esprit du roman-photo, du film...