Voir la fiche complète du film : Universal Soldier : Le Jour du Jugement (John Hyams - 2012)

Universal Soldier : Le Jour du Jugement

Un Universal Soldier très étrange, sauvage et psychédélique...
Publié le 22 Mars 2013 par GeoffreyVoir la fiche de Universal Soldier : Le Jour du Jugement
6
Après avoir réalisé un Universal Soldier : Regeneration qui tranchait déjà drastiquement avec ses prédécesseurs et surprenait par ses combats brutaux et son atmosphère sombre, John Hyams (le fils de...) va encore plus loin avec un nouvel Universal Soldier qui n'a quasiment que son titre pour le rattacher au reste de la saga. Car avec sa noirceur encore plus prononcée, ses bastons toujours plus brutes de décoffrage et ses délires visuels expérimentaux, Universal Soldier: Le Jour du Jugement se présente comme un métrage clairement à part dans la franchise.
Un métrage autre.


Amis de la barbaque, bonsoir...

Après avoir été plongé dans le coma, John se réveille et découvre que sa famille a été massacrée. Hanté par les images de ce meurtre, il va se lancer à la poursuite du bourreau : Luc Deveraux, ancien soldat devenu leader d'une secte terroriste...


JCVD transpire la joie dans ce nouvel opus...

Ecrit par John Hyams et Moshe Diamant, ce quatrième Universal Soldier reprend nombre de personnages déjà vu dans la saga et s'autorise même à "réutiliser" le casting que Universal Soldier: Regeneration. Pourtant, Le Jour du Jugement n'est pas vraiment une suite ni une préquelle. Le terme UniSol y est à peine évoqué, tandis que Jean-Claude Van Damme et Dolph Lundgren campent des personnages complètement différents d'auparavant.

De fait, l'histoire de ce nouvel opus détonne en s'aventurant sur des territoires glauques et dépressifs assez inattendus dans un direct-to-dvd tel que celui-ci, et en délaissant l'action débridée qui avait fait le succès du film de Roland Emmerich. Une audace certaine, mais qui risque clairement de déplaire à de nombreux spectateurs. Aux fans aussi ? Pour ma part, j'aurais tendance à répondre que oui, car même si Universal Soldier: Le Jour du Jugement n'est pas dénué de qualités, loin de là, il risque fort de déstabiliser la plupart des amateurs d'action.


Première qualité : des plans-nichons à foison

Universal Soldier: Le Jour du Jugement s'ouvre sur un plan-séquence en caméra subjective qui fleure bon le home invasion movie et scotche d'emblée le spectateur à son siège. Terrifiante à souhait, cette entrée en matière présente un Van Damme inquiétant avec ses airs de mec désabusé prêt à toutes les bassesses et laisse augurer du meilleur pour la suite. L'ambiance est lourde, pesante et complètement dénuée d'humour. On se dit qu'on va assister à un film tendu, qui va prendre aux tripes.

Malheureusement, ces belles promesses ne seront que partiellement tenues, et le rythme relativement lent n'aidera pas le spectateur à rester scotché jusqu'à la fin. Car le plus gros problème d'Universal Soldier : Le Jour du Jugement, c'est qu'il ne parvient jamais à décoller vraiment. Les scènes de grande classe (le gunfight dans le bordel, la course-poursuite en voiture, le dernier quart d'heure énormissime...) côtoient des phases de dialogues languissantes et des séquences expérimentales menées à grand renfort d'effets épileptiques.
De plus, l'intrigue alambiquée agace alors qu'elle est au final relativement simple. Forcément, l'aspect énigmatique en pâtit, à tel point que l'attrait du départ laisse place à un ennui poli en attendant de comprendre enfin le fin mot de l'histoire.

Cette descente en enfer quasi-psychédélique n'est heureusement pas exempte de qualités. JCVD est énorme en méchant froid et charismatique, de même que Scott Adkins impressionne toujours par ses compétences physiques. Les bastons sont crédibles, dures et réalistes avec les os qui craquent et le sang qui gicle. Et puis, il faut reconnaître que c'est tout de même fichtrement bien filmé, malgré des décors assez pauvres (sans doute par manque de budget). John Hymans sait manier une caméra et se montrer inventif quand il le faut. A ce titre, le climax final, qui s'étale sur le dernier quart d'heure, est énorme et mérite à lui seul qu'on se tape l'entièreté du film.
Quel dommage que l'écriture ne parvienne jamais à atteindre ce niveau d'excellence...


Le corps-à-corps, il n'y a que ça de vrai...

Très étrange, sauvage et psychédélique, ce Universal Soldier 4 est déstabilisant à plus d'un titre. L'histoire, même si elle est truffée de longueurs et mal construite, n'en demeure pas moins intéressante et mérite que l'on s'y attarde car elle fustige l'idée et le système d'endoctrinement des combattants quels qu'ils soient (il y a ici autant d'allusions aux sectes qu'à l'Armée et aux terroristes) et la fin achève de faire de Universal Soldier : Le Jour du Jugement un film bien plus subversif et politiquement incorrect que la série B basique à laquelle on s'attendait. Et ça, c'est plutôt plaisant.
Seulement, pour en arriver là, vous devrez supporter un trip bordélique et déprimant traversé par quelques fulgurances géniales qui, elles, méritent franchement le détour.
Si l'aventure vous tente, vous savez ce qu'il vous reste à faire...
Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Sphère
Le psychologue Norman Goodman (Dustin Hoffman) est conduit en hélicoptère au beau milieu de l’océan pacifique pour ce qu’il croit être un accident d’avion. Lorsqu’il arrive sur place, il constate qu’il n’y a non seulement aucune trace d’un accident d’avion quelconque mais que plusieurs navires de guerre sont présents sur le même site. Il est rapidement conduit auprès d’Harold C. Barnes (Peter...
Megalodon
En parallèle de ses métrages vite faits mal fignolés, Asylum n’a pas son pareil pour produire des mockbusters au moment opportun. Le principe tient à surfer sur le succès d’un blockbuster tout en sortant son téléfilm fauché dans le même intervalle de temps; le plus souvent d’une bêtise affligeante. Bien entendu, un tel procédé flirte avec les frontières du plagiat et de la...
Hemlock grove
Tout comme les vampires et autres créatures de la nuit, les loups-garous disposent d'un capital sympathie indéniable et ont depuis longtemps inspiré la culture populaire. Le cinéma n'échappe pas à la règle, la télévision non plus. En général, les séries laissent notre bon vieux lycanthrope au second plan, notamment dans les adaptations de la bit-lit ( Vampire diaries , True blood ...). On...
Tron : L'Héritage
Sam Flynn découvre l’ancienne cachette de son père, brillant informaticien disparu il y a de cela une vingtaine d’années. Il réussit à entrer dans le programme créé par Kevin, mais il va se rendre compte que ce monde virtuel est sous le joug d’un dénommé Clu qui n’a d’autre aspirations que de parvenir à rejoindre la réalité. Il aura fallu presque trente ans pour qu’une suite du cultissime Tron...
Fairy in a cage
On connaît le cinéma japonais pour son originalité, sa folie et, parfois, sa violence graphique exacerbée au possible. Loin des fondamentaux occidentaux, on y découvre la plupart du temps une singulière mise en scène, une culture traditionaliste prégnante à travers une histoire farfelue et incongrue au possible. Dans certains cas, les films sont plus posés, mais il ressort toujours une volonté...