Naraka 19 - La 19ème porte de l'enfer

5.0/10
Naraka 19 - La 19ème porte de l'enfer

Critiques spectateurs

Réalisateur: Miu-suet Lai Avec Gillian Chung, Vincy Chan, Patrick Tam, Shaun Tam, Seli Xian

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Alol7 Alol7
America's Most Wanted - 505 critiques
publié le 25/04/2012 - 19:19
4
 

Un jeu au paradis, c'est peut être mieux

Naraka 19 est une production asiatique assez décevante. Le film présente un démarrage long et ennuyeux et un contenu manquant de scènes dites réellement horrifiques.

La première partie du film est pour moi catastrophique. L'histoire part dans tous les sens tout en rendant le film ennuyeux car finalement elle ne propose pas grand chose. Le sujet du jeu des enfers est assez mal abordé dans un premier temps. Les personnages sont plats et la manière de filmer fait téléfilm. Par contre, les décors de l'enfer sont agréables visuellement (et j'ai été surpris de voir la faucheuse).

La seconde partie est plus convaincante. Le film se pose et l’intrigue devient plus intéressante avec l'arrivée de quelques bonnes révélations. Les scènes correspondant à l'enfer du jeu se multiplient.

Cependant, le film ne présente ni de scènes gores ni de scènes angoissantes. Le film reste trop simple sur le plan horrifique malgré une petite ambiance réussie sur deux ou trois scènes.

Naraka 19 est donc un film très moyen que cela soit sur le plan scénaristique que visuel.

Portrait de Dante_1984 Dante_1984
I am Legend - 1124 critiques
publié le 08/04/2010 - 10:54
6
 

Bienvenue au Niveau 19 des Enfers

Après la mort suspecte d’une de ses amies, Rain découvre qu’elle jouait à un jeu moins étrange via son téléphone portable. Par inadvertance ou curiosité, elle débute une partie. Pendant ce temps, un inspecteur mène l’enquête. Au vu du pitch de départ, on est enclin à penser que l’on se retrouve devant un ersatz de La mort en ligne. L’introduction tend à nous donner raison par le biais d’une mise en place rappelant une ghost story classique. Néanmoins, Naraka 19 n’en est pas une. Malgré de nombreuses similitudes avec ce sous-genre des plus prolifiques, le film de Lai Miu-set s’apparente davantage à Re-cycle des frères Pang. Sans trop en dire, le jeu entraîne les protagonistes dans les enfers. A l’instar de l’enfer de Dante, ils se divisent en plusieurs strates (à la différence que les 9 cercles de Dante sont remplacés par 19 niveaux). Le concept a le mérite d’être original et intéressant sur plusieurs aspects. Néanmoins, l’idée est mal exploitée puisque les 98 minutes du métrage ne permettent nullement de développer chaque pan de l’histoire convenablement. Les niveaux s’enchaînent trop rapidement et le récit prend un rythme linéaire assez agaçant. Malheureusement, les défauts ne s’arrêtent pas là. Si Re-cycle proposait un voyage imaginaire aussi bien varié sur les situations que sur les décors, Naraka 19 propose des environnements ternes et peu engageant. La rivière du Niveau 1 en est un très bon exemple. Des roseaux hérissant un plan d’eau où une faucheuse attend patiemment les passagers sur un radeau de fortune. Les effets spéciaux ont une part importante dans ce constat pour le moins mitigé. A défaut de proposer un univers fouillé, Naraka 19 demeure une aventure intrigante. Un voyage psychologique sur la conscience humaine où l’on doit assumer nos fautes et expier nos pêchés. A noter, un dénouement prétexte laissant le spectateur perplexe tout comme l’utilisation du portable (un argument pour le moins douteux). En conclusion, Naraka 19 souffre d’un manque de moyens flagrant au vu de ses ambitions. Son plus grand défaut est d’aborder plusieurs thèmes sans les exploiter à leur juste valeur.

Thématiques