Transplantation

8.0/10
Transplantation

Critiques spectateurs

Réalisateur: Michael Cuesta Avec Josh Lucas, Lena Headey, Brian Cox, Beatrice Miller, Jamie Harrold

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Nandrolone Nandrolone
Serial Killer - 735 critiques
publié le 24/07/2015 - 17:48
8
 

Transplantation

Etonnant thriller psychologique que ce Tell Tale, une histoire de vengeance et de trahison bien pensée, un scénario bien ficelé, un film court et efficace qui ne se perd pas dans des scènes inutiles, jusqu'au dénouement final inattendu qui remet toute l'histoire en question, on ne connaît jamais assez ceux que l'on cotoie..

Sur Horreur.net il est répertorié en "Transplantation", moi sur mon DVD c'est "Tell Tale"; beaucoup moins efficace comme titre je trouve.

Portrait de Lebreihz Lebreihz
I am Legend - 2308 critiques
publié le 27/02/2011 - 18:57
8
 

Le coeur révelateur

Il paraît que c'est adapé de la nouvelle d'edgar poe, "le coeur révelateur". Ayant lu la nouvelle je trouve assez peu de ressemblance en fait, déja ce n'est pas le même contexte, bref je dirais que d'affirmer toute ressemblance, c'est pousser le bouchon un peu loin. Mais ceci-dit, le film est loin d"être ininteressant bie au cotraire. On prend trés vite sympathie pour le principal personnage de l'histoire face à son terrible épreuve. Et on se demae bien ce qui lui arrive par la suite. C'est là que le film gagne en efficacité, car il va droit au but sans laisser aucun temps mort. Il reste le final assez inattendu.
Portrait de Dante_1984 Dante_1984
I am Legend - 1124 critiques
publié le 26/12/2010 - 10:38
8
 

Un sacré coeur !

Après une transplantation cardiaque, un paisible père de famille voit son quotidien bouleversé par de troublantes visions. Il ne peut l’expliquer, mais il connaît les meurtriers du donneur d’organe. Rapidement, lesdites personnes vont mourir dans d’étranges circonstances. Davantage cantonné aux productions télévisées (Six feet under…), Michael Cuesta décide d’adapter une nouvelle d’Edgar Poe avec pas mal de modifications pour la remettre au goût du jour. Ne connaissant la nouvelle que de nom, je ne peux me prononcer sur le respect de l’œuvre originale ou si, à sa manière, Tell Tale lui fait honneur.

Toujours est-il que l’on retrouve une personnalité à double-tranchant en la personne de Terry. D’un côté un père de famille attentionné et soucieux de sa fille. De l’autre, un assassin impitoyable. Plus qu’à la nouvelle d’Edgar Poe, on songe à Docteur Jekyll et Mr Hyde de Stevenson où la nuit éclaire les ténèbres qui sommeillent en chacun de nous. Tell tale joue avant tout sur l’aspect psychologique du sujet en octroyant au cœur une volonté propre, pour ne pas dire une conscience individuelle. Qui est maître de l’autre ? Comment réagir lorsque le cœur qui nous anime n’est pas le nôtre ?

Autant d’interrogations que l’on se pose face à un traitement lancinant, parfois mélodramatique, mais toujours fascinant tant sur la « vengeance » du receveur que sur un quotidien bien plus morose et impitoyable où la véritable force réside à surmonter chaque journée écoulée. Bien sûr, Tell tale n’est pas exempt de tout reproche. On peut déceler une certaine redondance dans la succession jour/nuit ; la monotonie quotidienne laissant la place à des meurtres tout aussi répétitifs. Notons également que le « cerveau » (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) de l’histoire manque cruellement de charisme. Un anonyme qui se prend pour Dieu.

Bref, Tell tale jouit d’une histoire qui sort de l’ordinaire. Si l’originalité n’est pas omniprésente, il faut reconnaître que le récit parvient à nous happer sans trop de difficultés dans les méandres obscures de l’âme humaine. Mis à part quelques menus écueils, le film de Michael Cuesta se révèle une production sombre et intéressante sur bon nombre d’aspects. On aurait aimé que la réflexion et l’aspect psychologique soit encore davantage poussé, même si il se révèle déjà assez développé dans son ensemble. N’oublions pas un final qui en surprendra plus d’un et ira jusqu’au bout du concept… ou peut-être pas.

Dernières critiques spectateurs

Thématiques