Airport 80: Concorde

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Lebreihz Lebreihz
I am Legend - 2307 critiques
publié le 15/01/2018 - 20:53

concordesque

ce film vient compléter et terminer la série "des catastrophes aériennes" et aussi l'enterrer hélas !

En fait , le réalisateur a du se dire "bon ils commencent à nous faire chier avec leur Boeing 747, pourquoi pas faire un film avec le concorde et puis accessoirement rajouter une "french touche" en embauchant Alain delon !

Certes, pourquoi pas !. L'ennui c'est qu'il aurait fallut pondre un scénario a ,peu près plausible !. Je sais que le 747 a prouvé qu'il pouvait ramener ses passager à bon aéroport sains et saufs...que ce soit avec un trou énorme dans la carlingue ou un avion coulé au fond de l'océan , le zinc a fait ses preuves ! au fil des épisodes !

Seulement voilà ! pourquoi justifier cette tentative de destruction du concorde en plein ciel , parce que la femme , intègre journaliste du big boss , totalement corrompu d'une boîte qui fabrique des missiles, menace de tout dévoiler que son pourri de mari a vendu des missiles au Nord-vietnamiens !

Halte là ! déjà un tel rapport c'est contestable , d"e qui émane-t-il ?, des journaliste qui se font couillonner en beauté par de fausses informations , c'est déjà arrivé. et surtout Madame ne va pas se tirer une balle dans le pied en ruinant son milliardaire de mari !, après tout elle en croque elle aussi !Allons donc la déontologie journalistique irait-elle jusqu’à ce point.

Donc voilà , il s'agit d’abattre le concorde, dans le quel Madame a prit place avec un missile , et bien sur en cas de coup au but ! on se doute qu'il n'y aura pas d'enquête !

Tout ça pour vous dire que le scénario n'a de sens que pour justifier les prouesses de concorde en matière d’acrobatie et d’évitement de missiles sols-air , je ne suis pas pilote de mirage 2000 !, mais à mon avis même avec un avion de chasse vous n'évitez pas ce genre d'engin .
Plus haut j'ai évoqué "la french touche" avec la participation de Delon et escale à Paris ! qui n'a aucune justification , sin,on de montrer aux américains que Paris est décidément le lieux de toutes les perditions et de toutes les ruptures amoureuses !.

Alors ce stade, vous l'aurez compris , ce film, est un nanar de haut-vol, si j'ose dire ! desservit par des acteurs pourtant connu !. j'ai nommé Delon, mais aussi Georges Kennedy , Wagner E Wagner , et puis Sylvia Kristelle....dans un avion . Non non, elle ne nous refera pas le même coup que dans "Emmanuelle" et s'envoyer en l'air , si je puis me permettre avec le bel Alain. Son rôle sera au final très figuratif, se limitant à quelques tirades , des répliques ! qu'est ce que vous croyez bande de vicieux et, puis c'est tout

Portrait de Gory Freddy Gory Freddy
I am Legend - 1901 critiques
publié le 27/05/2010 - 11:31
4
 

Un film catastroph...ique!

Aaaaaaaaaaaaaahh, la vague des films catastrophe dans les 70's, dont le film "Airport" fut l'un des initiateurs, pour lui même souffrir de "séquelles" plus ou moins heureuses...

Le principe du film catastrophe est toujours le même: des gens comme vous et moi, que rien ne lie, vont se retrouver confrontés à une catastrophe sans précédent que personne n'avait prévu, MAIS... parmi les gens comme vous z'et moi, y'a un mec ou deux pas comme vous z'et moi, qu'à plus de courage que tout une armée et ferait passer MacGyver pour un aimable bricoleur du dimanche.

A cela vous rajoutez, de longues scènes d'exposition en début de métrage, d'au moins une bonne demi-heure, "censées" vous aider à vous attacher aux personnages secondaires qui ont tous leurs manies "censées" les rendre rigolos ou attachants (voire bien collants), et des histoires secondaires, qui font qu'en plus que vous angoissez comme c'est pas possible devant la terrrrrrrrrrrrrible catastrophe, en plus vous en pouvez plus de savoir si l'enfant blond aux yeux bleus va retrouver son papa, si le couple teeeeeeellement touchant et amoureux va pouvoir se marier, ou si la petite fille déjà nymphomane à 5 ans va pouvoir faire sauter son pucelage avec le commandant de bord sans que maman l'apprenne...

Bref, du convenu, vu et revu à tous les étages, films catastrophe, souvent films clichés avant même d'avoir été inventés, mais particulièrement divertissants quand les scénaristes sont imaginatifs, les acteurs de qualité et le metteur en scène derrière sa caméra et non parti aux toilettes...

Nous avons droit donc souvent au meilleur comme au pire... et ici, c'est le pire qui nous attend!

Notons aussi que la particularité de ce genre de film est de présenter non seulement des célébrités en tête d'affiche, mais aussi dans les rôles secondaires. Ça attire encore plus le public, pour faire encore plus de thune, car se donnant ainsi une crédibilité souvent trompeuse avec son casting "de prestige"...

Ici, Alain Delon assure le show, avec son regard bleu azur et ses airs de mâle dominant. Autour de lui tout le monde sait déjà qu'il assure avant même qu'il se soit présenté, il a déjà sa réputation l'animal! Pilote émérite, homme à femmes, narcissique notoire... non pardon ça c'est Delon dans la vraie vie, pas à l'écran...

Quatrième et dernier film de la saga des Airport (enfin... en attendant un remake tout pourri... (!)), le budget star-de-mes-deux a dû baisser sensiblement, car pas vraiment de gens connus (en tout cas de part chez nous) parmi les pleurnicheurs censés nous émouvoir, et qui attendent que quelqu'un les sauve et fasse tout à leur place tandis qu'ils font la seule chose qu'ils savent faire correctement sans se tromper: se plaindre!

Ce film est vraiment un film catastrophe, mais pas dans le sens voulu. D'ailleurs, si on veut être vraiment précis, on parlerait plus de film catastrophique! Succession non-stop des pires poncifs du genre, les dialogues sont idiots, les situations improbables, et les personnages secondaires "censés" être attachants, sont pires qu'une merde collée à vos chaussures. Les scénaristes croient connaître leurs classiques pour susciter l'intérêt. Alors on a droit à la petite fille sourde et muette; le papa gros, con comme ses pieds, avec une moustache et un accent à couper au couteau, donc rigolo; le noir un peu déjanté qui sort des vannes nulles, se marre tout le temps, dès que y'a une mouche qui pète, un peu beaucoup grave con, mais tellement rigolo; la diva sur le retour, encore plus vieille que ta Mamie qu'on a enterré l'an dernier, qui se préoccupe de sa carrière, mais qui a teeeeeeeeeeeeeellement de talent et teeeeeeeeeeeeeeeeeellement d'humilité qu'on lui souhaite tout le bonheur du monde; le vieux débris qui passe son temps aux chiottes et c'est rigolo; la maman désespérée qui doit rapporter un nouveau coeur à sa petite fille qui doit être transplantée d'urgence sinon c'est sa vie qui est en péril et sa maman sera anéantie car c'est toute sa vie la chair de sa chair son amour et c'est une petite fille symbole de la pureté et l'innocence et Dieu est pas sympa du tout de nous faire des misères comme ça nous qui sommes des gens si bien et si gentils et si croyants et si pleurnicheurs et si et si...

BREF, ON SE FAIT CHIER!

Les personnages sont tous grave cons, pas attachants pour un sous, terriblement mal joués, et les histoires qui concernent chacun d'entre eux, sont extrêmement mal développées dans le scénario, bâclées, voire oubliées, ce qui fait que l'on se demande vraiment à quoi ils servent en fait, à part nous faire chier en grimaçant pour nous montrer qu'ils n'ont pas de chance...

Je savais que ce film était terriblement nul, et je m'en réjouissais avec perversité, l'ayant vu chroniqué sur nanarland.com, donc ce que j'en attendais, c'était un divertissement jouissif au 36e degré, tellement ringard, que paradoxalement génial. Ce qu'on appelle dans les hautes sphères scientifiques, un nanar!

Que nenni ma bonne Dame, point de nanar en vue, mais un gros navet qu'on n'aurait jamais dû déterrer du jardin! On s'emmerde souvent, c'est complètement stupide, blindé de scènes de remplissages (amourettes à deux balles, psychologie de poivrots, etc...), mal écrit, mal joué, mal filmé. On se fout vraiment de la gueule du monde en croyant imaginer ne serait-ce qu'un instant, que le public va s'intéresser à ce fatras de conneries, et à des personnages aussi bêtes et inconsistants!

Robert Wagner, dans le rôle du méchant, et acteur excellentissime et charismatique d'habitude, est étonnamment nul ici! A tel point, qu'on se demande presque si il n'y pas quelqu'un d'autre à l'écran qui lui aurait piqué sa gueule en cachette... Il dors debout! Que dire d'autre? Tire la tronche du début à la fin, semble penser à tout autre chose... ou tout simplement regretter amèrement d'être dans cette merde, étant le seul à s'être rendu compte qu'il tournait effectivement une catastrophe...

Si j'ai quand même octroyé grâcieusement un joli 4/10, c'est parce qu'il reste quand même quelques belles scènes nanardes du plus bel effet, ce que j'attendais du film: les soi-disantes scènes d'action: transparences foireuses, acteurs qui font semblant de ne pas être en studio, action débile donnant un nouveau sens au portnawak, 2nd rôles qui jouent à qui sera le plus nul, situations "dramatiques" dramatiquement risibles... du tout bon là! Arf!!!

Alain Delon est toujours aussi majestueux, impérial et gentleman: son pote est en manque d'amour, il perdu sa femme et aimerait bien avoir une poupée gonflable qui parle entre deux films de la série (il s'agit de Joe Patroni personnage récurrent des 4 films), alors Delon grand seigneur lui paye sans lui dire... une pute, en lui faisant croire sur le moment qu'elle est vraiment amoureuse de lui... Sympa Alain, t'as tout compris! Et bien sûr, après ils en rigolent comme des vieux potes couillus. C'est pas beau ça? Lui qui recherchait le grand amour... Alain Delon est Beau, Alain Delon est Grand, les scénaristes sont cons, et les gens comme moi qui ont pu arriver jusqu'à la fin du film, bien courageux...

Thématiques