Dredd

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de DorianGray

Prozac Dredd

DorianGray (I am Legend - 2000 critiques)
3
 

Beaucoup ont du se palucher devant ce truc ... et critiquer, voire maudire, le film avec Stallone ... possible bien sur ... mais certainement pas pour moi ... si l'ancien film était édulcoré, comique au plus haut point, manquant singulièrement de finesse, d'effroi ... mais celui-ci ... hé bien, quant à moi je me suis emmerdé à n'en plus finir sur cette vision merdique accumulant des effets de genre gros bras, des effets de guérilleros fatigants, des dialogues creux et épuisants, un scénario somme toute limité et peu creusé ... alors si ça c'est la BD Judge Dredd ... j'aime autant ne jamais l'avoir lue ! Film gonfflé qu'on aurait voulu ériger en exemplarité et qui se révèle chiant, creux, vidé de toute substance, mal joué, mal monté et surtout peu virevoltant ...

publié le 23/11/2014 - 12:59
Portrait de Beast

Pfff...

Beast (Copycat Killer - 33 critiques)
6
 
Le juge dredd en video... mouais , d'ailleurs je ne l ai meme jamais lu... Pourtant il reste pour moi comme une icone de la bd a l`instar de Rank Xerox, normal pour les enfants des 80`... mais passons. Ce Dredd n'est ni bon ni mauvais, Karl urban detient un certain charisme en costard, le huit clos dans l'immeuble ça se tient, mais j'sais pas, c'est lent quoi... Y a de bonnes scenes mais c'est mou du genou et puis les trips slowmo ca casse les yeucou aussi. Donc j'dirais "à mater si y a moyen, mais pas de toute urgence".
publié le 04/02/2014 - 19:53
Portrait de Warhammer

Bourrin et bourreau

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)
8
 
Disons-le clairement,cette nouvelle version cinématographique de la BD n'a strictement rien à voir avec la version précédente de Stallone à l'affiche. C'est plus moderne, violent et réaliste. Certes plus moderne dans sa réalisation logique me direz-vous mais paradoxalement les décors sont moins futuristes,renforçant ainsi une approche plus sombre du récit. L'intrigue également se concentre essentiellement sur l'action pure et dure,beaucoup moins de dialogue et on va droit au but, voilà comment on pourrait résumer la différence entre les 2 films.

A noter que l'utilisation du ralenti confère à ce film une certaine originalité,d'autant que le méchant de service est une femme, c'est assez rare pour un film de ce genre et elle ne fait pas dans la dentelle la garce. Un excellent film d'action qui passe d'une traite, à tel point qu'on a parfois l'impression de voir un shoot'em up proche d'un jeu vidéo. Dans ce cas je me demande comment on pourrait trouver ce film ennuyeux comme j'ai pu le lire sur l'avis précédent. Seul petit hic selon moi,j'ai trouvé la fin très peu originale. Enfin ce n'est qu'une anicroche pour un film réussit que les fans d'actions devraient apprécier.

publié le 04/11/2013 - 13:27

Belle blague

Poppy (Newbie - 3 critiques)
Je me suis emmerdé comme pas possible, pensant ne pas le finir... Un juge sans charisme, sans charme, de l'électro de mauvais gout, le budget serré qui donne droit à un seul bâtiment comme scène d'action! Superbe film...

La mauvaise critique de la version Stallone était surtout le fait qu'il ne respectait pas le comic (dont je me fous d'ailleurs) mais en tant que film, il surpasse, ratatine et over méga kick celui ci!

publié le 31/08/2013 - 22:08
Portrait de Pffff

Mon avis

Pffff (Graine de psychopathe - 87 critiques)
8
 
Voila un bon film d'action avec un héros sans concessions. La loi c'est la loi, pas d'autre issue, la prison ou la mort. Pas d'humour comme la version de STALLONE. La 3D prend tout son sens avec cette drogue qui ralentit tous les mouvements, ce qui offre de superbes images. Un monde à la MAD MAX, 17000 agressions journalière, 96 pour cent de taux de chomage, une actrice qui joue la big boss MAMA dans un superbe role sans pitié, des criminelles à tous les coins de rues. Mais pas de panique LE JUGE est la. Des gunfight, des explosions, des pluies de cadavres et de l'hémoglobine. Un super héros sans humour, sans pitié, sans concessions ni sentiments. Bref: LE JUGE m'a botté le cul.
publié le 10/06/2013 - 20:41
Portrait de Lebreihz

L'inspecteur Harry du futur

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)
8
 
J'avais vu la version avec Stallone il y a quelque années, mais elle a pas du me marquer car je ne m'en souviens plus du tout. Ce film nous présente les choses sous un aspect assez glacial. Voilà la situation, nous somme dans un futur ou le taux de criminalité est dantesque, on parle de 17000 homicides par jours, dans une ville gigantesque de 800 millions d'habitants. Et alors on a créer un système juridique ou le criminel peut-être dans certains cas jugés, et executé sur-le-champs. Normal !, ça simplifie les procédures judicaires trop compliquées, et le risque d'erreurs est quasi-nul, car la technoilogie sans faille ne permet de ne pas se tromper, et tant pis pour la démocratie. Et là on se retrouve avec une espece de juge-executeur, qui une sorte de croisement entre robocop et l'inspecteur Harry. c'est bien simple, il est habillé d'une sorte d'armure (ça m'a fait rappeller, qu'un flic de la bac avait dit a la télé il ya quelques années, qu'un jour les forces de l'ordre serainet obligés d'effectuer leurs inteventions en tenue de robocop, tant la situation se dégradait), on ne voit jamais son visage, a part sa bouche, qui affiche en permanence une moue dédaigneuse. Il se contente d'appliquer jusquau bout ce que la loi lui permet de faire, c'est à dire d'executer sans jugement les criminels. alors ya -t-il dansz ce film une réflexion sur ce que pourrait être la notion de justice ?, pas exactement, mais n'oublions pas que le film est en partie d'origine Sud-Africaine, qui est un pays très connu pour sa criminalité très élevée, et mêm dans certains pays d'Amérique Latine très connu pour avoir les taux de criminalités de la planéte (Ce qui pourrait s'expliquer par le fait que ce sont en general des pays ou le taux de gini est le plus elevé, c'est quoi ? Tout simplement le coefficient d'inegalités sociales, qui est indépendant de la richesse ou non du pays) les flics ont la réputation d'avoir la gachette facile !. D'ailleurs n'a t-on pas tendance justement à "simplifier" les procédures judiciaires ?, surout pour les automobilites flashés par exemple, qui paient le pv d'abord et conteste ensuite, (ou pour les procédures devant les prud'homme, comme l'autre jour ou le juge a accepté une mesure "executoire" en ce qui nous concerne, non non ! rassurez-vous Hamon goethe n'a pas débarqué avec son luger pour faire répandre la cervelles de mes ex-patrons sur leurs godasses). Tout ça pour vous dire que le film est un exellent divertissement, ou les 2 juges sont pris au piège dans une tour remplis de criminels, totalement odieux qui dirigée par une cheftaine, n'hésoitent pas à tirer sur la population (qui elle même accepte ce joug mille fois pire que la loi de l'Etat). Et notre homme qui n'a pas d'état d'âme se fait accompagné par une jeune recrue médium de son état, qui elle, eh ben n'a pas le profil pour le job, car au final, elle "juge" que certains criminels sont plus des victimes que des criminels.
publié le 20/05/2013 - 03:26
Portrait de Satyr

Un justicier dans la ville

Satyr (America's Most Wanted - 494 critiques)
8
 
Nouvelle version pour Judge Dredd ou plutôt Dredd, l'ambiance est on ne peut plus contrastée en comparaison de la version avec Stallone, qui elle était plus tape à l'oeil, là le rendu est beaucoup plus sombre. Cette ambiance est incontestablement le point fort du film, ainsi que le nouveau Dredd incarné par Karl Urban, qui est d'une impassibilité à toute épreuve, un personnage finalement peu attachant d'où ressort également une grande force, dont il nous fait preuve tout le long du film. Si Karl Urban incarne parfaitement le juge Dredd, et qu'on pouvait attendre un rôle tout aussi marquant pour celui de son ennemi, là l'effet retombe quelque puisqu'il s'agit d'une ennemie jouée par Lena Headey, très voire trop caricaturale dans son personnage. Pour continuer sur les points négatifs, j'ai trouvé vraiment, chiant, c'est le mot, les ralentis qui gâchent l'avancée du film. Sinon côté histoire c'est du basique, un huit clos dans un immeuble haut de 200 étages, où se retrouve Dredd avec sa jeune recrue face à une armada de cinglés en tout genre. Mais la mise en scène aidant, le scénario basique se transforme rapidement en basique ultra efficace. Bref, cette nouvelle mouture de Dredd s'avère une bonne série B violente, même si certains détails laissent à désirer.
publié le 13/03/2013 - 20:07
Portrait de Gory Freddy

Celui qu'aurait dû être Stallone

Gory Freddy (I am Legend - 1773 critiques)
8
 
Il y a plus de 15 ans, une adaptation très attendu de Judge Dredd pointait du nez. Stallone était au générique, donc ça sentait le bon film bien intellectuel qui allait sûrement la jouer tout en finesse au regard de certains films de son CV, dont la perle ultime restera toujours à mes yeux le miraculeux "Cobra". Je ne mets absolument pas en cause l'intelligence et le talent de ce comédien qui fait parti de mes préférés, bien au contraire, mais il faut avouer que certains de ses films sentaient bon le nanar hypra-facho, donc on pouvait au moins espérer une adaptation décomplexée... Ce ne fut pas le cas. Bien que divertissante, l'oeuvre était calibrée djeun's, formatage "politiquement correct" et sidekick foireux à l'appui. Enterré le Juge facho, en isolement, et pour longtemps...

2012, nouvelle tentative d'adaptation, avec Karl Urban dans le rôle du juge bienveillant. Et le résultat est vraiment culotté ! Il est ce que le film précédent aurait dû être: méchant, hargneux, stupide comme ses personnages, mais pas contre le public, méga-rythmé et méga-gore, et surtout... sans concession !!

On a donc là un film hautement violent et spectaculaire, totalement jusqu'auboutiste, qui souffre néanmoins d'un budget qui devait certainement être bien moindre que celui avec une star comme Stallone. Le film cède à la facilité du huis-clos, sûrement afin d'éviter toutes sortes de débauches visuelles en FX si tout se passait en pleine ville. C'est ce qui frustre et fait mal au coeur ! Que ce film contienne tout ce qu'il fallait pour le premier, sans le budget pour le concrétiser, et que cela force le réalisateur à tout contenir dans un seul lieu (à mon avis ce n'est pas uniquement un choix scénaristique) laisse un goût amer dans nos bouches de carnassiers.

Néanmoins, certaines séquences sont tellement fortes, Karl Urban tellement impeccable en gros con qui fait la tronche en se prenant grave au sérieux, certain d'être le représentant ultime du bien, l'ensemble tellement bien rythmé et jouissif, que l'on passe un super moment ! Super moment qui ne sera probablement malheureusement pas réitéré, vu l'injuste échec du film au Box-Office US...

Notons l'incroyable interprétation de Lena Headey, d'habitude abonnée aux rôles d'héroïnes, ici totalement méconnaissable, et qui campe une méchante d'anthologie qui fait réellement froid dans le dos. Vicieuse, odieuse, bestiale, balafrée, elle devient presque bandante à force de titiller nos plus bas instincts...

publié le 03/03/2013 - 23:40

Badass !

Captain Nono (America's Most Wanted - 327 critiques)
8
 
En 1995 sortait la première adaptation cinématographique des aventures du justicier sévèrement burné qu'est Dredd. C'est Sylvester Stallone, alors pas vraiment au mieux dans sa carrière, qui endossait pour l'occasion la tenue légèrement kitch du juge en armure affriolante. Le film n'a pas convaincu tout le monde à l'époque, certains n'hésitant pas à le classer dans la catégorie des nanars, ce qui de la part du réalisateur ne devait bien évidemment pas être le but recherché à l'origine... Je ne serai pas aussi cruel envers ce Judge Dredd des années 90, qui comportait à mon sens quelques qualités et demeure encore aujourd'hui un honorable divertissement.

Mais revenons à nos moutons, et donc à ce remake, enfin plutôt cette nouvelle adaptation, dans laquelle l'imperturbable Karl Urban reprend le rôle de Sly. Un justicier monolithique et dont l'équipement paraît ici plus crédible que dans le film de 1995, avouons-le. Dredd en impose et va droit au but, sorte de Harry Callahan bodybuildé du futur, si je puis me permettre la comparaison. Le bougre parle peu et n'enlève jamais son casque, mais sait se rendre convaincant à l'encontre de la racaille qui gangrène Méga-City One, modeste bourgade de 800 millions d'habitants, construite sur les ruines de la Côte-Est des États-Unis, après qu'un connard ait eu la lumineuse idée d'appuyer sur le bouton rouge...

Karl Urban fait ici équipe avec une jeune pucelle aux dons psychiques intéressants, puisqu'elle peut lire dans la tête des gens qu'elle a en face d'elle. Plutôt pratique quand un type louche vous demande de le suivre en tenant un flingue à la main... Cette jeune donzelle est interprétée par une certaine Olivia Thirlby, actrice que je ne connaissais pas, mais qui s'avère très appétissante et apporte une petite touche de douceur dans ce monde de brutes. Quant au côté obscur de la Force, il est incarné à l'écran par la toujours très sexy Lena Headey, aussi crédible que vicieuse dans un rôle de garce sans pitié. J'adore !

Côté scénario, on frise avec le minimum syndical. Sorte de mélange entre Banlieue 13 pour le pire, et The Raid pour le meilleur. Un huit-clos musclé au sein d'un gigantesque building de 200 étages, condamné par des volets anti-atomiques et rempli de branleurs armés avec deux mains gauches. Dredd s'en donne à c½ur joie, pour notre plus grande jouissance ! Quelques bonnes scènes d'action contre-balancent ainsi une intrigue tout de même très limitée, rehaussée par la présence de personnages charismatiques mais peu développés. Davantage de personnalité dans la réalisation aurait été appréciable

Dredd ne fait pas dans la dentelle et assume pleinement son orientation "100% action". Un bon divertissement, certes, mais insuffisant pour en faire une référence. Un bon complément au film de 1995, mais je ne pense pas que Sly ait à rougir tant que ça...

publié le 23/01/2013 - 17:45
Portrait de Crowdead

Il est la loi

Crowdead (Graine de psychopathe - 231 critiques)
8
 
Le premier Dredd, il faut bien l'admettre, sentait bon le nanar bien con. Il était sauvé par un budget des plus corrects, une BO assez épique et surtout un acteur, le grand, le vrai Sylvester Stallone. Alors quand, presque 20 ans après, on nous sort un nouveau Dredd au budget assez rikiki, sans Sly, on est en droit de baliser. Mais quelle ne fut pas ma surprise, ce métrage se défend incroyablement bien.

L'histoire est basique, très basique, mais le réalisateur a compris ce qu'on demandait. Un juge froid et impitoyable, butant la racaille à chaque minute. Ca gicle, ça saigne, pas de quartier, aps de pitié, que ce soit du côté des gentils ou des méchants, on ne compte plus les morts pour ne plus grand plaisir. L'ambiance sombre, très adulte, majore ce côté un peu post-apocalyptique qu'il n'y avait pas dans le premier, faute a un humour débilos et des personnages secondaires lorgnant plus du côté de la comédie que de la SF bourrine. Ici, point de rire, notre Dredd et son élève ne font qu'un seul cadeau, ils refont des trous de balle.

Le rythme soutenu, les ennemis presque infinis permettent au spectateur de s'amuser sans gros temps mort. L'histoire (un vilain trafiquant de drogue enferme nos 2 juges dans une tour pour les buter, point) suffit à elle même et permet au réal de se concentrer sur la violence et l'action.

Tout n'est pas parfait pour autant. Le gros point noir, c'est Dredd, le personnage. Ok, il est la loi mais ses répliques manquent parfois de piquant (ce que Stallone avait réussi à faire). Karl Urban (Eomer dans le seigneur des anneaux, le heros de Pathfinder ou encore un faux vilain dans un des Jason Bournes) ne s'en sort pas du tout. On ne voit que sa bouche, mais il passe son temps à faire une grimace tellement grossière qu'on y croit pas une seconde. Son doublage n'arrange rien avec une voix tellement grave qu'il en ferait trembler les murs. Too much.

Mis à part ce souci, à partir du moment ou l'on s'y fait, Dredd offre un spectacle de grande qualité. Mono-neuronal, primaire et donc forcément jouissif. Vivement une suite.

publié le 08/01/2013 - 13:05

Pages

Derniers commentaires