Liste des Critiques pour Devil Monster

Devil Monster
Titre: Devil Monster
Genre: Animalier
Année: 1946
Réalisateur: S. Edwin Graham
Durée: 63 min
Pays: États-Unis
Appartient à la série:

Il n'y a aucune critique enregistrée pour ce film. Vous pouvez aussi ajouter votre critique !

Reeker
En 2005, date de la sortie de Reeker , le réalisateur Dave Payne n'était connu comme réalisateur que grâce à des "oeuvres" telles que Alien Terminator ou La famille Addams: Les Retrouvailles (Ouch!). C'est dire si le voir aux commandes d'un slasher mâtiné de survival n'avait rien d'excitant. Et pourtant, Reeker créa la sensation dans les divers festivals où il fut présenté et c'est donc nanti d'...
Il Gatto Dal Viso d'Uomo
Tandis que la ville est la proie de meurtres sanglants commis par un mystérieux tueur masqué surnommé "Il Gatto" (le chat), un homme solitaire et désabusé rencontre une auto-stoppeuse avec qui il passe la nuit. Depuis quelques années, le giallo renaît de ses cendres. De manière paradoxale, ce retour en force de ce sous-genre cinématographique bien particulier a lieu en dehors de l'Italie. En...
Véritable Histoire de Blanche-Neige, La
Sincères félicitations, mon gars. Tu as fait du bon boulot et j'espère que tu as été rémunéré en conséquence. Je te souhaite également de travailler un jour à un niveau plus élevé de production, car tu as du talent, et ce serait gâcher que de le laisser moisir dans les tréfonds du cinéma de série Z. Non, je ne m'adresse pas à l'inénarrable David DeCoteau (D.D. pour les intimes). Ces compliments...
Rendez-vous avec la peur
Considéré à juste titre comme un cinéaste de grand talent, Jacques Tourneur s’est un temps détourné du fantastique. Fervent défenseur du paranormal et de l’occultisme, il fournit à la fin des années1950 l’un de ses longs-métrages les plus emblématiques, et ce, pour de nombreuses raisons. Le contexte de l’époque n’étant guère enclin à exploiter certains sujets (...
Sharknado 5 - Global Swarming
En seulement cinq ans, Sharknado est devenu le porte-étendard de l’absurdité made in Asylum. Au fil d’épisodes tous plus catastrophiques et idiots les uns que les autres, la franchise revient annuellement pour nous gratifier d’un nouveau lot de situations pleines de non-sens, d’acteurs en fin de course, sans oublier des squales délurés. On ne change rien ou presque à la...