Life After Beth

6.0/10
Life After Beth

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Banshee Banshee
Newbie - 12 critiques
publié le 06/01/2015 - 00:20

Très bonne surprise !

Un premier long métrage de Jeff Baena qui ne semble pas encore avoir atteint les rivages français et que j'ai eu l'opportunité de regarder hier, un des avantages d’être expatrié ;)
Je n'en attendais pas grand-chose, pour être franc, tant je commence à être blasé par la "zombexploitation" (et ayant été quelque peu refroidi par le semi-échec Warm Bodies, qui ne m'a pas convaincu qu'un sous-genre comme la "zomromcom" a un quelconque intérêt ou avenir - si l'on exclut l'ovni Zombie Honeymoon).
Je dois reconnaitre qu'il s'agit d'un bon, voire très bon film qui mérite amplement sa nomination à Sundance (un festival à priori peu réputé pour valoriser les films de genre).
Par où commencer ? surement par l'interprétation... Je n'étais pas convaincu de la performance de Dane Dehaan dans Chronicle ou la franchise Amazing Spiderman, et bien, force est de constater qu'il s'avère bouleversant dans ce film, avec un jeu très nuancé et subtil. Face à lui, Aubrey Plaza (que je n'avais pas trouvé renversante non plus dans Scott Pilgrim) est très surprenante et n'a rien à lui envier. Tous les rôles secondaires sont tout aussi excellents (mention spéciale aux parents de Beth - John C. Reilly et Molly Shannon).
Mais la direction d'acteur n'est pas le seul point marquant du film, qui repose avant tout sur une réflexion douce-amère sur le deuil (et le rapport à la mort dans la société américaine) et l'éclatement de la cellule familiale.
Contrairement à de nombreux films qui se veule le relai au cinéma d'une certaine culture Geek (principalement jeux vidéo, mangas, animés, comics...), Life After Beth reste fidèle à son Adn de film indépendant américain et se rapproche plus stylistiquement de certaines œuvres de Jim Jarmusch, tel Only Lovers Left Alive ou encore Abel Ferrara (l’envoutant The Addiction).
Le film peut toutefois déstabiliser ou rebuter, à mon sens, car si le rire n’est pas vraiment au rendez-vous, l’absurde, teinté d’onirisme, l’est quant à lui. Le premier film qui m’est venu à l’esprit lors du visionnage est Ghost Dog de Jarmusch (le 2ème étant certainement John Dies at the end, dont je ferais certainement une critique un de ces 4, tant je l’ai aimé). Les quelques fulgurances gores que s’autorise le film sont plutôt réussies et contribue à en faire autre chose qu’une bluette pour midinettes (Twilight ?).
Bref, si vous avez l’occasion de le voir, ne le ratez surtout pas !

Dernières critiques spectateurs

Thématiques