Django Unchained

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Nandrolone

Django

Nandrolone (Serial Killer - 693 critiques)
9
 

Bon petit western de Tarantino que j'ai regardé avec le sourire ! avec son style bien à lui, son lot de personnages bien barrés aux dialogues acerbes et ces situations farfelus qui finissent toujours dans un bain de sang, le scénario est couillu est bien ficelé, c'est un vrai plaisir de suivre les aventures vengeresses de nos deux acolytes au fin fond de l'Amérique profonde.. C'est pas un chef d'oeuvre faute à quelques longueurs mais c'est du lourd, un excellent divertissement ! Belles performances de Jamie Foxx, Leonardo DiCaprio, Samuel L. Jackson et surtout de Christoph Waltz, acteur que j'apprécie beaucoup.

publié le 07/12/2015 - 05:11
Portrait de Serial loser

De Sergio à Quentin.

Serial loser (Copycat Killer - 21 critiques)
10
 
Premier Western de Tarantino, c'est vrai qu'on peut se demander pourquoi ce film arrive si tard dans sa carrière, tant il est vrai que le réalisateur joue régulièrement avec les clichés du genre. Au final, le spectacle est complètement réussi, Tarantino revisite le western spaghetti en y ajoutant sa propre touche (bande son 70's, black power, attitudes "cool" et violence esthétisée). L'interprétation est excellente, Jamie foxx (tout en rage rentrée) et Christoph Waltz (en européen aussi élégant qu'expéditif) face à Leonardo Di Caprio (Négrier flamboyant) et Samuel L. Jackson (méconnaissable en infâme renégat). Le film est long, mais on ne s’ennuie pas Grâce aux dialogues ciselés et aux scènes d'action effrénées et admirablement rythmées. On peut reprocher à Tarantino de ne pas être original dans ce film car il use d'artifices qu'il nous a déjà servis auparavant, la seule nouveauté étant le message anti-raciste affiché et qui semble surtout un prétexte pour mettre en scène la "black attitude" du héros. Mais il serait dommage de bouder son plaisir, car si vous aimez le western spaghetti et le style Tarantino, c'est 2h30 de divertissement jouissif qui vous attendent.
publié le 28/05/2013 - 12:58
Portrait de VonRolling

Idées noires

VonRolling (America's Most Wanted - 369 critiques)
10
 
Après avoir fait plusieurs allusions au genre dans ces différents films, il m'a semblé tout naturel que Tarantino réalise son propre western. Je le savais capable de réussir brillamment ce projet et il ne m'a pas déçu !

Certes, Django Unchained n'atteint pas l'excellence d'un Sergio Leone avec "Eul'Clint", mais il combine astucieusement l'hommage et le style si particulier de son auteur. Le scénario est bon, même s'il peut sembler long pour le pitch. La réalisation est excellente: les plans sont inspirés et les décors sont magnifiques. Les acteurs son absolument géniaux, Christoph Waltz en tête. Quant à la musique, c'est aussi enivrant que surprenant.

En jouant dans un registre volontairement décalé, Tarantino ajoute à son histoire une touche d'humour du plus bel effet et une violence, suggérée ou non, qui choquera les non-initiés. La fusillade entre Django et les hommes de main de Calvin Candie est par exemple démesurée: jouissive pour les uns, dégueulasse pour les autres.

Je pourrais encore écrire quelques lignes d'éloges sur ce Western moderne comme j'aimerais en voir plus, mais comme d'autres l'ont déjà fait ci-dessous, je mettrai en avant ce pourquoi je n'ai pas mis la note maximum au métrage.

Pour commencer, je me suis plus attaché au Dr. King Schultz qu'à Django. Même si Jamie Foxx joue parfaitement son rôle, je n'ai pas éprouvé autant d'empathie pour lui que pour le vieux barbu. Voilà pourquoi j'ai trouvé leur "séparation" beaucoup trop brutale. J'aurais aimé ressentir une déchirure plus marquée chez Django.

Sinon, j'ai été surpris par le changement de rythme une fois l’hiver passé. Le film commence sur un ton humoristique très entraînant et plein de rebondissement. J'ai adoré ! Mais dès que les 2 chasseurs de prime partent à la recherche de Broomhilda, ça devient plus long, plus sérieux et même... plus prévisible. Enfin, le choix de Tarantino de faire une fin en 2 temps casse encore le rythme et l'intensité selon moi. J'aurais préféré un règlement de compte final grandiose façon Inglourious Basterds.

Mais bon. Comparé au plaisir que j'ai eu à suivre les aventures de ce black Django, ces petits regrets ne sont finalement pas grand chose. Tarantino a fait un très bon western à sa sauce ! Espérons que nous aurons le plaisir de voir prochainement de fines gâchettes de ce niveau sur nos écrans !

publié le 24/05/2013 - 13:48
Portrait de Thierry

Mitigé

Thierry (America's Most Wanted - 394 critiques)
8
 
J'ai visionné le nouveau Tarantino hier au soir, et je suis sorti de la salle avec des impressions mitigées.

Le film possède de nombreuses qualités mais se dégrade dans son dernier tiers. Tarantino se regarde filmer et accumule les redondances et les plans inutiles. Le film en perd en force et en unité.

Les acteurs sont plutôt bons dans l'ensemble mais sont mal dirigés et tombent parfois dans le sur-jeu. En fait, leur prestation est à l'image du film en général; tantôt brillant, tantôt à côté de la plaque. Les personnages, toujours à l'instar du film dans sa globalité, s'avèrent travaillés mais étrangement pas assez aboutis... Il manque à tout cela de la fraîcheur, de l'authenticité...

L'ensemble laisse au final un sentiment de gâchis: mieux dirigé, mieux monté, moins complaisant, plus resserré, il aurait pu être beaucoup plus fort...Et puis Tarantino n'invente plus, ne cherche plus de nouvelles façons de raconter des histoires, il semble être passé en mode automatique, tourner talentueusement en rond.

Le film est loin d'être un naufrage pour autant: j'insiste sur les côtés négatifs mais je pourrais aussi parler des moments forts, de la bande-son, de certaines subtilités mais, comme j'attendais beaucoup de ce film, je suis déçu qu'il ne soit que bon, et surtout qu'une partie de ce qu'il aurait pu, de ce qu'il aurait dû être, si Tarantino travaillait avec des personnes capables de le remettre en question.

publié le 31/03/2013 - 15:54

Django, the "D" is silent.

HorrorV (Copycat Killer - 25 critiques)
10
 
WAHOU ! Ce film est une pur merveille cinématographique. En même temps, c'est du Tarantino. Du grand Tarantino, dois-je dire ! Je vais pas épiloguer car les précédentes critiques ont résumé mon point de vue. Il a touché, comme peu de films que l'on peut compter sur une ou peut-être deux mains) l'excellence. Oui, l'excellence et je ne pèse pas mes mots. Bravo à Tarantino pour ce chef d'oeuvre, bravo pour ses scènes d'action et de violence parfaites, bravo pour ce scénario sans faille. BRAVO ! Mais je ne pouvais pas finir ma critique sans féliciter l'incroyable performance de Chritoph Waltz dans le rôle du docteur Schultz et souligner le fait que le choix des musiques est parfait !
publié le 03/02/2013 - 00:51
Portrait de Vivahorror

Mon avis

Vivahorror (America's Most Wanted - 326 critiques)
10
 
En général, j'adore le travail de Quentin Tarantino. Et ce film ne fait pas exception. Le style de Tarantino est bel et bien présent, son hommage aux westerns spaghettis est présent et évident. La musique est assez entraînante bien que j'aurais laissé le rap de côté. Malgré tout, la musique du début m'a pognée jusqu'aux tripes surtout avec les noirs qui sont enchaînés et qui se promènent dos nu, les cicatrices bien en évidence. Il y a vraiment de quoi choquer. Ensuite, les acteurs sont tout simplement excellents. J'ai toujours trouvé que Tarantino a un don pour choisir ses acteurs. Il le prouve à nouveau. Après tout, je ne peux m'imaginer quelqu'un d'autre à la place de Jamie Foxx ou Christopher Waltz. Une autre chose que j'aime, c'est qu'il accentue le côté vieillot. Que ce soit visuellement ou musicalement (je ne sais pas si vous l'avez remarqué mais on peut entendre quelque chose comme l'aiguille d'un tourne-disque sauter légèrement). Le scénario est correct bien qu'assez simple, la violence est très présente et certaines scènes risquent de choquer plusieurs. Ceux qui sont trop sensibles à la violence ou au sang, tenez« vous à l'écart. Le autres, allez-y
publié le 29/01/2013 - 07:14
Portrait de Cushing

Mon avis

Cushing (Copycat Killer - 18 critiques)
10
 
Souvent dit-on que les bandes annonces dévoilent trop d'un film où donnent de fausses illusions, ici ce fut l'inverse. Tantôt le trailer me donnait l'impression d'un énième film d'un Tarantino en perte de vitesse, loin des débuts fastes de sa carrière de réalisateur, tantôt la vue du film prouva que j'avais tout faux !

Django Unchained se penche sur le parcours sanglant (qui l'eut cru de la part de Tarantino) d'un esclave, Django (Jamie Foxx), affranchi par un chasseur de prime, le Dr Shwartz (Christoph Waltz). Rapidement les deux hommes se lient d'une amitié forte alors que Django se révèle être un brillant tireur et un très bon chasseur de prime. Au nom de cette amitié, Shwartz accepte d'aider l'ancien esclave à affranchir son épouse (Kerry Washington) au main de Candy (Leonardo DiCaprio), un riche planteur du Mississipi retranché dans sa plantation gargantuesque surnommée Candyland.

C'est donc pendant 2h50 que l'on découvre cette fantastique épopée sur fond de traite des nègres. Dans ce long métrage, Tarantino rend un vibrant hommage aux westerns spaghettis. Le point d'orgue de cet hommage est sans conteste le nom Django, patronyme du héros de Sergio Corbucci incarné par Marco Nero. Le cinéaste le soulignera d'ailleurs dans les quelques lignes qu'échangent Foxx (nouveau Django) et Nero (premier des Django) accoudés à un comptoir, l'un expliquant comment son nom se prononce et l'autre soulignant qu'il le savait déjà. On notera aussi la reprise de la magnifique chanson du film de 1966 (cf ci-dessous). C'est d'ailleurs là que je pourrais chipoter un peu en critiquant la BO, bien qu'il y ait de très bons titres, j'avoue que le rap m'a un tant soit peu consterné dans ce type d'histoire qui se veut un héritier du passé glorieux du 7ème Art. Néanmoins, le film serait bien limité s'il se contentait d'être un simple hommage, aussi ce serait méconnaître Tarantino que de se borner à ce simple constat.

En effet, comme je le soulignais l'histoire est très bonne. On pourrait peut être reprocher une narration un peu décousue, comme sur Death Proof (2007), mais arrivé à la fin, on se rend compte que l'ensemble forme en réalité, un tout parfait et incessible. Aussi, la construction du personnage de Django et sa relation avec Shültz font vraiment la force de ce long métrage. Long métrage appuyé par des dialogues comme seul Tarantino sait en écrire, mais pas le Tarantino de Inglorious Basterds (2009), non je parle du Tarantino de Pulp Fiction (1994) ! Il y a de véritables répliques d'anthologie dans ce film et Spike Lee pourra bougonner comme il veut dans son coin, '' nega '' n'est en aucun cas utilisé à outrance. Au contraire, il me semble normal qu'un film qui traite des esclaves dans le Sud profond des années 1850 emploie ce terme et présente tant de cruauté envers les noirs. Ce n'est en aucun cas un manque de respect envers les ancêtres de cette communauté et encore moins une marque de racisme.

Pour achever ce petit tour d'horizon, il faut évidemment se pencher sur les performances des acteurs. Christoph Waltz s'impose incontestablement. Après avoir joué un officier SS dans Inglorious Basterds, le voici de retour dans celui du partenaire de Django, et il se révèle encore meilleur que dans le précédent film. Son jeu s'allie à merveille à la patte Tarantino et le duo Django / Shültz est sans aucun doute renforcé par l'alchimie entre Waltz et Foxx. Citons de même, DiCaprio qui ne finit plus de nous montrer ses talents d'acteur depuis quelques années, après avoir excellé dans Shutter Island (2010) et J. Edgar (2012), il était tout normal de le voir jouer du Tarantino dans un rôle sur mesure. Achevons, par le rôle de Stephen incarné par Samuel Jackson, acteur incontournable pour le cinéaste qui lui créé ici un sacré personnage haut en couleur aux répliques percutantes et mémorables.

Au final, Django Unchained est un des meilleurs films de Tarantino qui excelle en tout point à raconter son western spaghetti en l'honneur de deux de ses cinéastes favoris, Sergio Leone et Sergio Corbucci, pères de ce sous-genre. Le cinéaste, épaulé par un casting première classe, rend une copie soignée qui souffre seulement par quelques détails mineurs mais qui brille par son histoire, ses personnages et sa mise en scène. Tarantino est de retour et ça fait du bien !

publié le 25/01/2013 - 15:34

Django... J'insiste sur le "D"

Captain Nono (America's Most Wanted - 327 critiques)
8
 
Ça y est, le nouveau Tarantino pointe le bout de son nez et voilà que la presse s'enflamme : Tarantino par çi, Tarantino par là... Des réactions souvent excessivement positives et parfois à la limite de l'objectivité, comme si tout ce que touchait ce réalisateur ô combien médiatique se transformait instantanément en or... Bon, j'avoue être moi-même un tantinet excessif, mais je pense sincèrement que Quentin Tarantino est un réalisateur surestimé, et ce malgré d'évidentes et nombreuses qualités, ainsi qu'une passion pour le cinéma qui transpire dans chacun de ses films.

J'avais moyennement apprécié Inglorious Bastards, et cette nouvelle monture m'apparait être une transposition de la Seconde Guerre Mondiale à l'époque du Far West, du film de guerre au western, des vilains nazis aux cruels esclavagistes. Même fil conducteur, la vengeance, même suspense, même violence complaisante et outrancière, même manichéisme, mêmes dialogues qui traînent en longueur - façon théâtrale - et surtout toujours ce même manque d'empathie que semblent dégager tous les personnages évoluant dans les films de Tarantino. Certains en raffolent, moi pas vraiment...

Mais bon, je suis un fervent adepte des westerns, et le casting ne peut qu'attirer tout amateur de cinéma qui se respecte. En prime, la présence de Leonardo DiCaprio dans le rôle du méchant et cruel propriétaire sudiste esclavagiste : mon acteur préféré ! J'ai également adoré la prestation d'un Samuel L. Jackson méconnaissable en esclave de maison - sorte d'Uncle Ben's version salope du coin... La scène que j'ai préféré reste celle avec Don Johnson et ses cavaliers cagoulés : un grand moment !

Sur la forme, Django Unchained est une incontestable réussite. De magnifiques paysages, des décors très réalistes, de sacrées "gueules" à l'écran - content au passage de retrouver un acteur comme Walton Goggins (The Shield), même dans un rôle secondaire - des dialogues pertinents quoique parfois redondants... Mais je n'adhère pas vraiment à la philosophie "tarantinesque", avec cette vision si manichéenne et complaisante des choses, à la manière d'une sorte de propagande simpliste et dépourvue de la moindre subtilité ou quelconque profondeur.

J'ai passé un bon moment de cinéma devant ce western moderne et dynamique, mais sans ressentir ce besoin - fréquent chez moi - de revoir ce film un jour.

publié le 23/01/2013 - 20:22

Derniers commentaires