Elysium

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Fab-4

5 jours pour survivre

Fab-4 (Serial Killer - 842 critiques)
9
 

Un peu de District 9 et d'Universal Soldier dans ce film. De la SF, de l'action, du thriller, de l'émotion et une part de réflexion.

La terre délabrée est laissé au pauvres qui se meurent sans biens médicaux. Les privilégiés eux se lovent dans une station spatiale, paradisiaque et équipée au possible. Le pouvoir des riches contre la volonté des pauvres. La lutte de Max (mourant) contre un agent infiltré pour le gouvernement du paradis spatial...L'histoire de Max, Fray et sa fille...

C'est superbe visuellement. Les FX sont très bons. L'action est omniprésente. L'histoire est belle et la fin est émouvante, aspirant à la réflexion. Un très bon (beau) film.

De la très bonne SF, et plus encore. Avec un bon Matt Damon, comme souvent. Un film à voir absolument !

publié le 05/07/2015 - 21:07
Portrait de Lebreihz

Tous à l'élysée !

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)

Très franchement on reconnait la patte du réalisateur de district 9 ....c'est à dire une recherche assez poussé en ce qui concerne la réalisation et le déroulement de l'histoire.

Et en parlant de l'histoire justement , on se retrouve quand même avec un concept futuriste assez récurent au cinéma de science fiction....c'est à dire un monde que je qualifierai de bipolaire....Les très riches et les puissants vivants dan une station spatiale out tout le monde il est gentil tout le monde il est beau....voyez les enfants sont propres et bien habillés, les pelouses sont vertes, ....bref c'est l'olympe des Dieux....l'Elysée en sorte...d'où le titre;

Et puis le monde au-dessous, ou l'on se tape dessus, comme disait le regretté Devos dansun sketch , eh bien c'est un monde ou l'herbe est moins verte que chez le voisin si j'ose dire....On est a L.A, ville qui aujourd'hui dan notre phantasme collectif représente assez curieusement le monde que j'ai évoqué plus haut. enfin si on fait abstraction de certaines choses....sauf que on pourrait être aussi bien a Bagdad, Calcutta, ou n'importe quelle ville d'un pays en voie de développement.

Et pis bien sur ...tout le monde rêve de l'élysium, car tout le monde vit sur une terre stérile, qui ne produit plus rien.

Dommage qui malgré ce préambule intéressant le film va virer au classicisme le plus évident .En gros on se retrouve avec une surenchère d'action, de bagarre de fusillades. On se retrouve avec des méchants....très méchants ! le psychopathe de service interprété par le même acteur qui joue dans "district 9".Jodie Foster en politicienne avide de pouvoir, prêt a n'importe quelle manœuvre ....quoique j'aime bien le concept du "coup d'état numérique", prendre le pouvoir en piratant un ordinateur !....qui sait dans l'avenir la source du pouvoir après avoir été : génétique (le roi), populaire (la démocratie) serait ...numérique !

Tout ça ,pour nous dire que nos méchants riches auraient pu faire en sorte que les gentils pauvres du dessous aient accès a la technologie...et non pas que c'est même pauvres gens viennent pendre de force ce qui leur revient de droit....Car il est interdit au gens du-dessous d'aller a Elysion...et c'est normal sinon gare au surpeuplement.

Oui c'est assez ridicule , car on ne voit pas pourquoi les un ne feraient pas en sorte que les autres aient accès à la technologie pour soigner leur maladies.

C'est sur c'est une vison assez personnel du réalisateur, mais comment dire, le film ne va pas assez loin dan s la réflexion .

publié le 12/04/2015 - 00:40

Mon avis

Seifer (America's Most Wanted - 642 critiques)
8
 
On reste un peut déçu du resultat final : manque d'action et long à démarrer. Après, on se régale mais faut survivre au début. Matt Damon est toujours aussi bon et Jodie Foster pas mal, comme pour le reste, et les effets spéciaux aussi, mais on est bien loin de District 9 du même réalisateur. Donc à voir comme un blockbuster !
publié le 12/09/2013 - 03:21
Portrait de Hooka Hey

Blockbuster estival

Hooka Hey (Newbie - 10 critiques)
6
 
Nous sommes en 2154, et le fléau qu'est l'Humanité pour la planète bleue a bien fait son travail : surpopulation et pollution à grande échelle ont poussé les plus fortunés à émigrer vers des cieux plus cléments. Elysium, sorte de gigantesque station spatiale en orbite autour de la Terre, capable d'accueillir des millions de personnes dans un cadre idyllique, à l'opposé de l'environnement néphaste de la Terre.

Difficile de décrire clairement ce qu'est Elysium, étant donné le peu de précisions et de détails donnés par le film, hormis une belle floppée de clichés légèrement gonflants. Pour faire simple, Elysium ressemble à une banlieue huppée de Los Angeles, genre Beverly Hills ou Malibu. Villas de luxe, pelouses impeccablement tondues, lacs artificiels, population blanche tirée à quatre épingles. Chaque maison contient un appareil médical de pointe, capable de guérir en quelques instants la moindre maladie ou autre blessure corporelle, mêmes les plus graves. Neill Blomkamp étant sud-africain, sûrement a t-il voulu faire un parallèle entre Elysium et les quartiers huppés et hautement sécurisés d'Afrique du Sud, où la population blanche aisée se réfugie de plus en plus depuis la fin de l'Apartheid, pour échapper à une criminalité galopante. Un parallèle intéressant, mais trop peu exploité par le réalisateur de "District 9", qui a privilégié ici les ingrédients inhérents au blockbuster estival classique, dopé aux gros moyens techniques et aux scènes d'action spectaculaires qui vont avec...

"Elysium" m'a déçu à presque tous les niveaux. Le contexte futuriste est prétexte à nombre de clichés qui m'ont le plus souvent paru grossiers. Les riches égoistes d'un côté, les pauvres malheureux de l'autre... Le concept de l'impressionnante station spatiale orbitale n'est pas assez exploité, de même que la situation réelle de notre bonne vieille planète. L'action reste en effet cantonnée à Los Angeles, désormais peuplée à 90% de latinos, et réduite à un bordel ambulant à grande échelle. Qu'en est-il du reste du monde ? On n'en saura pas plus, dommage... Neill Blomkamp préfère coller au plus près de son personnage principal, Max, interprété par un Matt Damon tatoué et taillé comme un boxeur professionnel pour l'occasion. Un personnage quelconque et finalement guère attachant, à l'image des autres protagonistes du film. L'ensemble manque d'âme, de profondeur et d'intensité émotionnelle. Même le bad-guy psychopathe du film, incarné par Sharlto Copley (le héros de "District 9"), verse dans l'outrance et le carricatural. Les personnages dans l'ensemble manquent d'originalité et de finesse.

"District 9" avait été une méchante claque, mais l'effet de surprise s'est estompé, et une fois n'est pas coutume, davantage de moyens ne sont pas forcément un gage de réussite. Neill Blomkamp est certes très bon dans tout ce qui touche à l'esthétique visuelle, au réalisme brutal des scènes d'action, mais son dernier poulain pâtit d'un flagrant manque d'identité, qui l'empêche de se hisser au niveau des meilleures productions de Science-Fiction. Divertissant, mais j'en attendais davantage de la part d'un réalisateur aussi talentueux et au potentiel tout de même encourageant.

publié le 20/08/2013 - 20:09
Portrait de Plissken

Gâchis

Plissken (Newbie - 6 critiques)
6
 
Oblivion et Elysium: même combat. Une idée de départ vraiment intéressante, une plongée évidemment réjouissante dans un univers imaginaire et excellemment mise en image grâce à des effets spéciaux de très haut niveau (d'où ma note supérieure à la moyenne), une histoire prometteuse, deux acteurs de classe A aux filmographies ponctuées de grandes compositions, bref, on se dit qu'on a peut-être affaire à des grands frères de Blade Runner ou 2001, Odyssée de l'espace. Mais voilà: c'est oublié qu'on est en 2013, que le cinéma se doit de rapporter du fric, que pour durer à Hollywood une star est obligée de porter un blockbuster efficace en s'astreignant des heures de musculation qui masquent son talent et qu'un film se voulant ambitieux se doit de toucher un public à spectre intellectuel très (trop) large. Alors on plonge dans le film qui dégouline de testostérone et de gros calibres à en être dégouté tellement ça n'en finit plus, oubliant les belles idées philosophiques et intelligentes du début. Et on sort de la salle déçu d'être déçu, recherchant en vain une once de respect pour des ½uvres qui promettaient tant au niveau du fond et qui s'avèrent n'être que des démonstrations de forme. N'est pas Kubrick ou Scott qui veut. Mais ça, on le savait déjà.
publié le 18/08/2013 - 15:14
Portrait de VonRolling

Mais qu’est qu’il avait dans la tête ?

VonRolling (America's Most Wanted - 369 critiques)
10
 
Elysium est l'un des rares films que j'ai été voir pour le nom de son réalisateur et celui de son premier rôle. Après m'être fait rouler par les critiques élogieuses du ratage de Star Trek into Darkness, je me suis dit que j'allais me fier à mon intuition.

J'ai bien fait: Neill Blomkamp confirme qu'il est bel et bien un excellent réalisateur doublé d'un excellent scénariste ! J'avais déjà adoré son premier film, alors comme sa nouvelle création s'inscrit dans la lignée, ce ne fut que du bonheur !

Pour faire simple, Elysium réunit toutes les qualités de District 9. A mon goût, il est juste un peu plus mielleux et légèrement moins punchy au niveau de l'action. Mais la puissance du cinéaste sud-africain est bien là: une touche perso qui donne une vraie âme à ce blockbuster, un scénario astucieux et travaillé, des personnages développés, une dimension sociale percutante, de la SF de grande qualité, de l'humour, de l'action, du suspens, des sentiments, des effets spéciaux magnifiques... et tout ce qui est bon dans le cinéma qui respecte son public.

Aux côtés de Matt Damon, impeccable dans son rôle d'antihéros, ce n'est pas Jodie Foseter qui m'a le plus bluffé (même si elle est toujours géniale) mais plutôt Sharlto Copley. Il est hyper déstabilisant dans le rôle du vilain puisqu'il arrive à jouer sur une palette de sentiments ultra-large. Vraiment, il mérite d'avoir sa photo sur Horreur.net...

Au final, Elysium est un excellent film de SF. Neill Blomkamp est partit pour faire une très belle carrière. Espérons qu'il gardera le cap. En attendant, Sony Pictures espère voir le film décoller, après les bides de White House Down et de After Earth...

publié le 16/08/2013 - 19:08

Derniers commentaires