Liste des Critiques pour Jack et la mécanique du coeur

Il n'y a aucune critique enregistrée pour ce film. Vous pouvez aussi ajouter votre critique !

La Forme de l'eau - The Shape of Water
Défiant le pare-feu des apparences jusqu’à celui de l’espèce, l’histoire d’amour presque impossible entre la belle et la bête n’est pas une thématique née d’hier. Du classique de Jean Cocteau au légendaire King Kong du duo Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, le cinéma de genre regorge de ces amourettes inter-espèces allant du meilleur – telles les...
Hemlock grove
Tout comme les vampires et autres créatures de la nuit, les loups-garous disposent d'un capital sympathie indéniable et ont depuis longtemps inspiré la culture populaire. Le cinéma n'échappe pas à la règle, la télévision non plus. En général, les séries laissent notre bon vieux lycanthrope au second plan, notamment dans les adaptations de la bit-lit ( Vampire diaries , True blood ...). On...
Warm Bodies : Renaissance
R est un zombie parmi tant d'autres dans un monde qui n'a plus rien à offrir que de longues journées d'errance entrecoupées de petits casse-croûtes cannibales. Enfin, c'était jusqu'à ce qu'il rencontre Julie. Après s'être fait remarquer avec le slasher Tous les garçons aiment Mandy Lane (un peu trop surestimé à mon goût), Jonathan Levine semblait avoir déserté le...
All through the house
La période de Noël associée au slasher a connu son succès (et son déclin) avec la saga Douce nuit, sanglante nuit . Il en résultait des productions inégales où chaque suite sombrait toujours un peu plus dans la nullité. S’il existe d’autres incursions similaires telles que Very Bad Santa , le genre et le contexte ne se prêtent guère à des films notables, mais à des productions au mieux généreuse...
Train
Le Torture-Porn c'est un peu comme le slasher : en général les scénarios sont bidons et uniquement prétextes à nous présenter un enchaînement de scènes-chocs. Quand c'est bien fait ça nous donne Hostel ou Saw 3 (ce dernier étant également le summum du scénario-prétexte au service de la violence graphique) mais pour ces rares réussites, combien d'erzatzs mal foutus avons-nous vus...