Intruders

7.3/10
Intruders

Critiques spectateurs

Réalisateur: Adam Schindler Avec Martin Starr, Beth Riesgraf, Rory Culkin

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de LeWolfer LeWolfer
Graine de psychopathe - 89 critiques
publié le 24/05/2016 - 10:14
8
 

Y a des jours, comme ça...

... où on f'rait mieux d'se casser une guibolle.
C'est probablement au cours d'une de ces journées que l'idée de ce film est venue à son créateur. Non qu'elle soit daubesque (bien au contraire), mais parce qu'il faut vraiment être en pleine galère version carabinée pour avoir l'idée d'envoyer 3 pauvres cambrioleurs pas trop teigneux (sauf 1) dans un tel cauchemar.
Scénaristiquement parlant, c'est solide. Il est sûrement possible de trouver des couacs ici ou là, surtout sur les pathologies multiples, mais seuls les psychiatres (et quelques-uns de leurs patients) auront les compétences pour les déceler, tant les caractères de chacun ont été creusé (ça n'empêche pas les stéréotypes, mais mêmes ceux-là sont crédibles, ce qui est aussi rare qu'appréciable). Seul gros bémol à cet éloge : la prévisibilité. Si les révélations sont inattendues, le bilan final, lui, ne l'est pas vraiment.
Réalisation efficace. Pas d'originalité, pas d'extravagances. C'est par moments un peu regrettable, mais l'ensemble tient bien la route.
Fx invisibles. Ce qui est une qualité (et pas la plus anodine, loin de là). Le scénar ne leur fait pas la part belle (les amateurs de gore seront déçus), et le réal ne s'en sert que lorsqu'ils sont nécessaires, sans s'appesantir dessus pendant 3 plombes ni grosplaniser quoi que ce soit (sauf un plan vers la fin... mais j'ai beau m'creuser, j'voie pas comment il aurait pu montrer ce qu'il voulait montrer sans passer par un gros plan).
Bien qu'aucun acteur ne soit vraiment mauvais, on ne peut pas non plus qualifier leur jeu autrement que par bon dans l'ensemble. Si certain sont bons de façon constante, d'autres passent du très bon au médiocre d'une scène à l'autre. Etant donné le cadre en huis clos, c'est l'ensemble des jeux des acteurs présents qui s'en trouvent dépréciés. Ceci dit, le rythme du montage, assez rapide sans être hystérique ou confusionnant, permet de pallier cette impression. (Note pour les féministes : oui, la zéroïne est une femelle, mais vu qu'il n'y a en tout et pour tout que 2 donzelles dans tout le film, dont une n'a que 5 minutes (en comptant large) à l'écran, j'me permet de mettre tout c'paragraphe au masculin sans m'faire chier... mais bon prince, j'vous autorise à manifester d'vant ma fenêtre... d'toutes façons, j'dois m'exercer au tir).

Un bon petit film, misant peut-être un peu trop sur l'étude de cas et la crédibilité au détriment de l'inattendu, mais suffisamment bien raconté pour mériter d'être vu.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?