12 Rounds 3: Lockdown

Portrait de Gory Freddy

Knock-Out

Gory Freddy (I am Legend - 1725 critiques)
6
 

A la base le film devait simplement s'appeler "Lockdown". Mais il aurait été dommage de ne pas se foutre de la gueule du monde en ne le raccordant pas à une franchise quelconque, histoire de thuner un peu plus sur le dos des dumbers...

Donc on a engagé une star du catch... Qu'est-ce qu'il y a de dispo et pas trop compliqué pour un mec qui sait pas lire et s'exprime avec des grognements ? ... Allez, va pour les "12 Rounds" !

- "Mais ça n'a aucun rapport. Le scénar pompe plus du côté de "Piège de Cristal". Enfermement, isolement, seul contre tous, des méchants pas sympas, etc etc, et tout et tout..."
- "Euuh, pardon tu me parlais ? J'ai pas fait attention.
Donc le gars c'est un flic pas ripoux, qui en plus a des couilles tellement grosses que tu crois qu'il y a une éclipse; qui se retrouve enfermé dans une tour avec des flics tous ripoux, mais ils ont pas des couilles aussi grosses que lui tu vois ?"
- "Putain sa mère la pute, grave fort ! Et original en plus. ...
Mais le rapport avec "12 Rounds" ?"
- "... Ben il a des couilles pour tirer et 12 chargeurs pour son arme tu vois ?"
- "... Ah ouaiiiiis... ... bieeen... ?!?..."

Donc le film est déjà nanar avant même le premier clap !
Mais si encore c'était fait avec soin...
Le scénar est linéaire, beauf, sans surprise, navrant à force d'accumuler les incohérences (le top étant le méchant qui bute tout le monde avec son arme en croyant qu'à chaque fois il pourra faire accuser le héros... Et la balistique Ducon, tu connais ?!?).
La mise en scène qui abuse de la redoutable caméra à l'épaule "censée" dynamiser un film, alors que ça fait mal aux yeux et rend les séquences souvent illisibles (réservé aux incompétents donc, qui ne savent pas filmer et monter), et "torche" des scènes d'action mille fois vues et revues.

Parfois quelques fulgurances. Le metteur en scène plus inspiré parvient tout de même à présenter des moments sympas. Mais on est loin de "Piège de Cristal".

Jonathan Good (Dean Ambrose pour les intimes, et aller beugler sur les rings de la WWE) ne mérite pas vraiment son nom de naissance mais ne joue pas si mal.
Cependant il manque singulièrement de charisme. Il est plutôt transparent même, malgré le fait d'être assez juste et attachant.

Alors quand le point fort du film c'est un méchant hyper charismatique... Ben le héros se fait voler la vedette en permanence.
Il a effectivement des couilles, mais elles sont dans le potage !

Pour résumer un film pas bien malin, même dramatiquement con, écrit par un enfant de 2 ans torché à la bière frelatée, mais qui sait quand même amuser et distraire, pour peu qu'on sache à quel degré le regarder.

publié le 12/05/2018 - 23:04

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Sur Horreur.net