Le Retour De Chucky

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Hades Hades
Newbie - 15 critiques
publié le 11/12/2021 - 23:58

Chucky 7 ou film de transition

Ce film est particulier car il sert à introduire la série TV sur Chucky tout en exploitant la trame de Chucky 6.
Cette fois, le film se centre sur un hôpital psychiatrique, toujours avec le personnage de Nica en vedette.
Nica, à l'image d'Andy dans les premiers films, est considéré comme instable et folle. Néanmoins, son psychiatre réussi à la convaincre que son vécu avec Chucky était une image de sa culpabilité pour avoir massacrer sa famille.
S'adaptant à l'idée de cette responsabilité, Nica est transférée dans un centre à la vie plus confortable et des règles plus flexibles.
On voit ici une satyre de la psychiatrie.
On dépeint plusieurs personnages avec des troubles différents auquel Nica doit s'adapter.
Entre-temps, on voit le retour D'Andy Barclay, adulte solitaire, n'arrivant pas à construire de relations amoureuses, obsédé par les armes, sa maison est une vraie armurie. La tête de Chucky est gardée tel un trophée et Andy joue les bourreaux. Chucky garde son côté sacarstique et provocateur malgré tout. Il est amusant justement de voir leur rapport ainsi inversé, Andy n'est plus l'enfant fragile du premier film, c'est maintenant un homme, un soldat.
Mais un autre Chucky surgit à l'hôpital, oui un autre Chucky, la surprise est alors total.
On peut alors se rendre compte que l'espace très géométrique de ce centre a un côté très oppressant.
Au fur et à mesure de l'histoire, la présence de Chucky se fait de plus en plus sentir et affecte le groupe de façon différente mais introduit un chaos réel.
On découvre aussi une facette du psychiatre très sombre car on voit qu'il profite de Nica durant des séances d'hypnose, se prêtant à des jeux malsains, la encore on peut y voir une critique du monde de la psychiatrie, de la relation du psychiatre avec son patient qui lui est plus ou moins assujetti.
La grande révélation sur l'origine de plusieurs Chucky est vraiment montré comme un gag donc on a du mal à prendre ça au sérieux bien que la menace soit réele.
Andy ne sert pas à grand chose dans le film, ce qui est dommage.
Tiffany revient encore une fois, avec une présence plus longue, mais son impact dans l'histoire reste faible. Il y a quand même cette échange entre elle et Andy qui reste mémorable.
Le passage de Chucky dans le corps de Nica est un grand moment et on peut avoir un plaisir coupable à voir la nouvelle Nica tuer le psychiatre.
Néanmoins, ce film n'a pas une grande intensité. Son approche est plus froide que dans les autres films. Ici on est avec un groupe de gens ayant des troubles et qui sont chacun dans leur Bulle. Le blanc des murs, les surfaces géométriques, le ciel grisatre, la froideur de Andy et son isolement. Tout est si froid que même les remarques de Chucky ont du mal à faire rire. Et le rythme souffre de beaucoup de longueur.
La fin est une fin ouverte, on reste du coup sûr notre faim, on veut en voir plus.
Je peux apprécier ce film en tant que prolongement du Chucky 6, ou comme introduction de la série mais il peine à vivre pour lui même.
En soi, ce Chucky peut être considéré comme novateur dans son ton plus froid et plus conceptuel mais cela peut aussi être vu comme un défaut de taille par rapport à ce qui avait été proposé avant.

Dernières critiques spectateurs

Thématiques