Black Lightning

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Gory Freddy

Manque les rires enregistrés

Gory Freddy (I am Legend - 1756 critiques)
6
 

"Where's the laughing track ?!?" pourrait-on se demander en voyant ce... truc qui pète plus haut que son cul et enfile clichés et facilités avec une précision qui force presque le respect.
Et renforce l'hilarité - ou le désespoir - tant la prétention accentue le décalage.
Je n'attendais pas forcément énormément d'un concept comme ça, juste quelques scènes d'action rigolotes et bien torchées avec un gus qui balance des éclairs un peu partout en beuglant des punchlines de justicier "qui a tout compris".
Peut-être plus si les scénaristes sont à la hauteur...

Vraiment pas le cas !
Non seulement tout est hyper cliché jusqu'au délire, voire l'écoeurement, mais en plus la série se prend grave au sérieux et a la prétention évidente de donner des leçons... et d'une manière aussi balourde que contestable.

Ici, on a le droit au racisme inversé des productions habituelles:
Quasiment que des blacks, quasiment pas de blancs à l'écran. Et les seuls blancs sont souvent des cons ou des malhonnêtes, et décris comme des racistes en mode binaire.
L'excès inverse ne va pas résoudre ou prouver quoi que ce soit. Il est tout aussi con que celui dont il prend le contre-pied, au même titre qu'une féministe exacerbée est aussi minable qu'un macho pur et dur...
La série se veut un pamflet sur la cause noire et la discrimination, mais se prend les pieds en permanence dans le tapis, en se vautrant dans la caricature grossière et bornée, en enculant les mouches avec des dialogues pompeux et répétitifs, et sans la moindre nuance.

Ce qui pourrait sauver la série, du rythme, est justement ce qui lui manque le plus !
Des scènes de dialogues redondantes et interminables (et surtout minables)... et souvent stupides et mal écrites, des acteurs plus beaux que comédiens (pas mauvais, mais transparents, remplacables, la semaine qui suit y'en a un ou deux qui est remplacé, ça gênera pas), des scènes d'action montées au hachoir à viande, des FX pas toujours crédibles à l'écran, un enchaînement d'illogismes visuels ou scénaristiques parfois embarrassants...

L'acteur principal fait l'affaire de temps en temps, et d'autres fois est vraiment nul, voire risible, en se promènant avec sa tête de bovin en avant, le regard hagard, ou alors avec des tics de jeu foireux (je renifle, je fais la moue, je regarde sur le côté même si ça sert à rien, tout ça comme un grand pour montrer que je suis embêté, etc... Actor's Studio quoi...).
Quant au costume... merde, c'est le truc qu'il ne fallait pas louper !
C'est une véritable cata avec ses deux éclairs fluos de carnaval collés sur le torse, et ses lunettes de ski castorama censées le rendre incognito. Le look craignos qui est le seul truc super en fait !

Un des seuls acteurs qui sorte du lot, c'est l'étonnant Marvin 'Krondon' Jones III, acteur (et rappeur) albinos, qui fait vraiment peur.
Notons également un James Remar excellent comme à son habitude.

Précisons qu'à partir du 8e épisode où une grosse révélation instaure un début de mythologie dans la série, l'ensemble tend à être un peu moins médiocre et plus rythmé. Mais on reste loin des grosses fulgurances.
Je mettrai 5/10 aux 7 premiers épisodes, et ensuite 7/10 pour le reste de la saison 1.

Une série qui n'est pas perdue, mais qui nécessite des changements drastiques et immédiats pour lui éviter de continuer à sombrer dans le ridicule.
A commencer par le costume, ensuite des dialogues plus subtils et resserrés et un traitement social moins manichéens. Des dialogues moins convenus, délayés et crétins. Puis des acteurs qui ne soient castés juste parce qu'ils sont beaux. Et puis...
Ouais, faut en refaire une autre en fait...

publié le 15/06/2019 - 09:39

Derniers commentaires