Liste des Critiques pour Never Hike Alone

Never Hike Alone
Genre: Slasher
Année: 2017
Réalisateur: Vincente DiSanti
Musique: Ryan Perez-Daple
Durée: 54 mn
Budget: 18 934 $
Pays: États-Unis
Tags : -
Appartient à la série:

Il n'y a aucune critique enregistrée pour ce film. Vous pouvez aussi ajouter votre critique !

After Earth
Le nom de M. Night Shyamalan est raccroché à des perles du septième art de genre telles que Sixième sens , Incassable ou Signes . Des films qui laissent une empreinte nostalgique dans l'esprit des cinéphiles. D'aucuns considèrent qu'il s'agit là de ses meilleurs projets et que, depuis, le réalisateur a bien du mal à réunir les foules sous sa bannière. Même si ces derniers métrages...
Puppet Master
Les poupées, au même titre que les requins, les serpents, les fantômes et les psychopathes, font partie du folklore et du paysage cinématographique d'horreur. Sont-elles l'objet d'un fantasme inavoué ? Je ne saurai répondre à cette question. Cependant, elle représente un danger potentiel, car malgré leur faiblesse, elles sont petites et peuvent en silence se faufiler partout. On se...
Les Oiseaux
Si l’on ne compte plus les chefs d’œuvre d’Alfred Hitchcock, il subsiste des films emblématiques qui ont marqué le septième art. Fenêtre sur cour , Psychose , L’Inconnu du Nord Express , Rebecca ... Cette dernière production était d’ailleurs une adaptation d’un roman de Daphne du Maurier. L’auteure avait aussi écrit une nouvelle dont l’illustre...
Délivrance
Il fut un temps où le cinéma était innovant, et où les scénaristes, tout comme les réalisateurs avaient de grandes ambitions pour faire avancer le septième art. On se souvient encore de 2000 maniacs ! , premier film gore sorti en 1963 sous la direction de Herschell Gordon Lewis et qui a initié et inspiré un bon nombre de cinéastes aujourd'hui encore. John Boorman, le papa d' Excalibur et de...
La créature des bermudes
Quand on s’appelle SyFy, on dispose d’une certaine notoriété dans la production de seconde zone. Digne concurrent et parfois collaborateur d’Asylum dans la démarche du «toujours plus nul, toujours plus absurde», la firme multiple la quantité au détriment de la qualité. Certes, l’on ne s’attend jamais à une surprise ou à un sursaut d’orgueil (environ moins de 5% de leur filmographie), mais ce...