Child's Play : La Poupée du Mal

6.4/10
Child's Play : La Poupée du Mal

Critiques spectateurs

Réalisateur: Lars Klevberg Avec Aubrey Plaza, Brian Tyree Henry, Gabriel Bateman, Ty Consiglio

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Hades Hades
Newbie - 15 critiques
publié le 12/12/2021 - 13:31
7
 

Un remake nécessaire ?

Je sais que ce film a divisé à sa sortie. En soi, les remakes divisent toujours et sont en général loin d'égaler leurs aînés, bien que pour ma part j'ai adorer les remakes de Massacre à la tronçonneuse et Halloween qui ont su bien réinventer leur univers respectif, et une mention spécial pour Ça de Andy Muschieti.
Qu'on ne se mente pas, les remakes et reboot, oui car la il s'agit vraiment de repartir sur une nouvelle direction, ont un intérêt commercial certains qui joue sur le succès de leurs aînés pour en profiter un maximum.
Ce film pourtant cherche son autonomie tout en s'accrochant malheureusement à l'identité de Chucky, ce qui à mon sens est superflu.
Hormis le fait que la poupée s'appelle Chucky, que l'enfant s'appelle Andy et que la poupée tue, rien ne correspond à l'univers de Chucky.
Ok on pourrait parler de la relation toxique de Chucky et Andy qui conduit à un isolement progressif de celui-ci qui est un rappel du premier film, sauf qu'ici Chucky cherche vraiment à être l'ami d'Andy, il ne se sert pas de lui pour assouvir une vengeance et cherche à l'aider. La haine qu'il éprouve ensuite pour Andy n'est que le résultat du rejet de celui-ci.
On le rappelle, Chucky à la base est un tueur en série coincé dans un corps de poupée qui manipule Andy et tue son entourage. Ici c'est une intelligence artificielle détraquée suite à la manipulation d'un concepteur de jouet fou.
Le film est plus à rapprocher de films comme la créature de Frankeinstein ou de A.I. Ce Chucky est une intelligence artificielle qui devient ce qu'il à cause de ce qu'il voit, telle un petit qui mémorise ce qu'il voit et entend il se construit par ses repères. Ici son seul modèle est Andy, un ado solitaire et dépressif, qui déteste l'amant de sa mère, qui n'aime pas son chat, qui regarde des films gores des qu'il se fait des amis, Chucky évolue dans un milieu chaotique et il cherche à séduire aider Andy mais ses actes sont guidé non par cruauté mais par ce qu'il a apprit.
Rejetter et débrancher par Andy, Chucky est réparer par un homme malsain. Par la suite, Chucky devient plus inquiétant et souhaite vraiment faire du mal à Andy. Au final, le responsable du drame est Andy, ainsi qu'indirectement le type qui a détraqué son intelligence. Chucky devient cruel car il a vu la cruauté et au final il apparaît plus comme un personnage pathétique qu'un vrai antagoniste.
Ce film est agréable à regarder en tant que film indépendant de la franchise, je pense qu'il aurait eu un impact plus fort en se détachant de cette saga.

Portrait de Warhammer Warhammer
I am Legend - 1058 critiques
publié le 02/10/2020 - 12:34
6
 

Made in china

Remake=faire du neuf avec du vieux.
Reboot =faire du neuf avec du vieux tout en changeant l'idée originelle du film dont il s'inspire.
On oublie donc cette histoire de serial killer qui transfert son âme dans une poupée non cette fois ci c'est un vilain chinois qui met toute sa haine dans la fabrication d'un robot car licencié juste avant par un autre chinois encore plus vilain.
Ensuite il se jette par la fenêtre, c'est assez idiot je trouve comme intro et vite expédiée.
Nous avons donc droit à un chucky robotisé pour cette nouvelle version ça semble logique on voit mal un adolescent de nos jours jouer à la poupée.
De fait chucky est une sorte de mini terminator cela laisse pas mal de possibilité aux scenaristes pour varier les plaisirs en revanche cela déshamunise le chucky et pour ce qui est de l'humour vous l'aurez compris il y en aura très peu dans cette version modernisée.
Dans l'ensemble c'est pas trop mal il y a notamment deux très bons passages et bénéficie en outre de trés bons effets spéciaux, je me demande si tout cela est possible je parle surtout de la faculté de chucky de commander aux autres jouets robotisés par je ne sais quelle application bref j'y connais rien moi(mais je pense pas ).
Je regrette aussi un scénario trop prévisible.
Enfin ça se regarde c'est juste dommage que la fin manque cruellement d'imagination mais je suppose qu'il y aura une suite.

Portrait de Gory Freddy Gory Freddy
I am Legend - 1887 critiques
publié le 08/11/2019 - 19:45
7
 

Du bien et du mal...

Je suis sorti particulièrement mitigé du visionnage de ce remake.
Après une séquence d'ouverture marrante, mais franchement trop expédiée pour être crédible (tout le nouveau concept du "déconnage" de Chucky repose dessus quand même), le film est réellement épatant jusqu'à sa 1ère moitié, et vaut un bon 9/10 à mon avis.

Une très très bonne idée, qui déplaira aux grincheux intégristes de la série, mais qui apporte un souffle nouveau à la franchise et offre des possibilités inédites jusque-là:
La poupée déglinguée de la tête ne l'est plus parce qu'elle est possédée par un serial-killer un peu trop vénère, mais parce que tous les filtres informatiques de son programme ont été levés, et que donc elle peut apprendre n'importe quoi, l'interpréter à sa façon sans recul, et réagir comme bon lui semble.

Hyper prometteur, surtout quand le début de son éducation se fait devant "Massacre à la Tronçonneuse 2", en compagnie de 3 gamins hilares !
De là à ce qu'il considère que ce qu'il voit à l'écran est donc fun et source de nombreux jeux potentiels à proposer à son jeune propriétaire, il n'y a qu'un pas... que Chucky franchit vite sans complexes pour notre plus grand bonheur !!!

Toute la première partie est franchement jouissive, et utilise relativement bien les ressorts, même si l'évolution est un peu bancale.
Le comédien qui interprète le jeune héros est vraiment très bon, dommage que le reste du casting ne soit pas au diapason.
Contrairement à certains internautes, je trouve que ce nouveau Chucky a de la gueule et est à certains moments vraiment flippant (je parle de la poupée, qui est loin de plaire à tout le monde sur le net apparemment).
Le dosage comédie/horreur se défend, même si parfois un peu déséquilibré, le cul entre deux chaises.

C'est dans la deuxième partie que tout se complique. Après que les enfants pensent lui avoir fait la peau au Chucky un peu trop turbulent.
Ça se complique toujours dans ce genre de films à twists et surenchères, mais ici, pas pour les bonnes raisons.
C'est le scénario, jusqu'alors bien pensé, qui se met à déconner jusqu'a un point de non retour dans un final absolument portnawak !

Une autre idée très intéressante amenée avec ce nouveau Chucky, c'est qu'il est connecté sur le Cloud.
Et on frétille d'avance à tous les délires que cela peut amener !
Encore faut-il garder une certaine cohérence avec les règles établies. Ce n'est pas parce que c'est un film fantastique (plus SF en fait), qu'on peut faire n'importe quoi. On établit dans l'histoire un certain nombre de possibilités qui n'existent pas dans la vie courante, mais une fois cet univers créé il faut rester logique avec cette nouvelle réalité.

Ce n'est absolument pas le cas ici !
Chucky se met à pouvoir contrôler tout et n'importe quoi, n'importe comment à distance, et sa dimension "d'apprentissage de la vie" raté par mauvaise interprétation de ce qu'il voit - vraiment très très bien vue - est complètement abandonnée pour en faire une bête poupée méchante qui s'amuse et se venge, alors que le nouveau concept n'est pas une personnalité, mais un logiciel informatique qui simule une personnalité, qui a été désinhibé par malveillance, et interprète ce qu'il voit, et apprend, de manière très contestable, sans aucune référence valable.

Donc outre cette incohérence gravissime avec le concept exposé dans la 1e partie, Chucky se met à pouvoir faire des choses beaucoup trop grosses pour qu'on puisse y croire. Ça ne fonctionne pas dans cet univers SF.

Alors c'est relativement fun, mais ça ne va pas aussi loin qu'on pourrait l'espérer. Outre d'être incohérent et stupide, ça manque franchement d'imagination !
Une idée à laquelle on ne croit pas un instant - Chucky qui se met à contrôler toutes les nouvelles poupées, les versions 2.0, que le public de moutons dociles est venu acheter avec la plus grande impatience - mais qui offrait de purs délires potentiels, est incroyablement sous-exploitée et bâclé !
J'étais prêts à avaler des couleuvres sur ce coup-là, mais bon sang, fallait me donner du costaud à voir pour ça !!

N'importe quoi, dans le scénario, mais pas visuellement. Ça délire correctement, mais y'avait tellement plus à faire. Et puis c'est tellement expédié !
Jusqu'à un final décevant, qui irait pour une scène mi-film, mais pas pour une fin censée se terminer en apothéose. C'est le principe du climax, c'est censé aller plus loin que tout le reste.

À cela ajoutez des comportements peu crédibles et l'impression désagréable qu'il manque des choses, que tout n'a pas été bouclé, et vous sortez finalement du visionnage terriblement déçu, d'autant plus que la première moitié était terriblement prometteuse.

De mon 9/10 initial je descends à un 7/10 bien payé, j'ai failli mis 6.
Mais vu qu'il peut faire n'importe quoi apparemment, je ne veux pas que Chucky débarque chez moi pour se venger et foute le bordel. Alors...

Portrait de Daroun53 Daroun53
Graine de psychopathe - 133 critiques
publié le 01/10/2019 - 21:50
6
 

Astro boy

C'est une vision différente frisant fortement avec de la science fiction qu'expérimente Lars Klevberg.

Malheureusement c'est ce qui m'a plus et déçu à la fois.

Apprécier pour cette vision neuve et "androïdofuturiste"

Mais qui fait dans la surenchère au point d'atteindre la crédibilité de l'inspecteur gadget.

Ajouter à ça une scène d'ouverture aussi vite expédiée qu'un gif humouristique et d'une pellicule polissé à souhait pour élargir la cible au grand public lui fait louper l'essai.

Dommage ce vent un peu "nouveau" me paraissait intéressant au premier abord.

Dernières critiques spectateurs

Thématiques