Aileen Wuornos: American Boogeywoman

7.0/10
Aileen Wuornos: American Boogeywoman

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Gory Freddy Gory Freddy
I am Legend - 1901 critiques
publié le 22/01/2022 - 22:00
7
 

Intéressant, mais...

Ce film aurait mieux fait de ne pas se présenter comme une biographie d'Aleen Wuornos de la partie pré-meurtres avant qu'elle n'exerce "ses talents" sur les routes, à l'époque où elle s'est mariée avec un gars qui aurait pu être son père, voire son grand-père.

Le film se fait souvent éreinter, notamment parce qu'il présente une version fausse de la réalité.
À cette période, la vraie Aileen était particulièrement turbulente (au point qu'elle a tabassé son croulant de mari avec sa canne et que le mariage aura tourné court rapidement), mais n'a tué personne avant de se prostituer sur les routes. Alors que là, elle fait un vrai massacre.
À ça je répondrais que le film comporte des problèmes de logique, mais que celui-là n'en est pas un, puisqu'elle raconte cette histoire bien plus tard à un journaliste dans le couloir de la mort, à un moment où elle avait bien perdu la tête et racontait tout et n'importe quoi.
(Attention, spoilers:)
Le film n'est en fait qu'un immense flash-back qu'on peut considérer comme un mélange entre vrai et faux puisqu'elle est "dans son trip". Le journaliste lui fait d'ailleurs remarquer: "Mais votre frère n'est pas mort d'une balle que vous lui avez mis dans la tête, il est mort d'un cancer !".

J'ai spoilé, désolé, mais quiconque connaît un peu son histoire, sait qu'à la fin de sa vie elle fabulait, se sentait persécutée, et en plus était revenue sur ses dires de son procès sur la légitime défense, pour affirmer finalement que tout était volontaire (ce qui est faux quand on regarde les documentaires, cette femme n'en pouvait plus et voulait mourir, et donc faisait tout pour que sa peine soit "enfin" appliquée).

Donc le scénariste est parti de ce principe où dans la réalité, dans son dernier entretien avec le journaliste Nick Broomfield, elle était complètement secouée de la cafetière, et en plus s'accusait d'être effectivement une tueuse de sang-froid prête à recommencer (en avouant en off, croyant caméra et micro éteints que c'est pour être sûre que son exécution ne soit pas annulée).
Avec cette "facilité" scénaristique, elle aurait pu rencontrer des extra-terrestres ou jouer à la pétanque avec Jésus, cela serait resté "cohérent" vu que c'est elle qui raconte toute l'histoire... de son point de vue, avec un état mental nettement dégradé.

Seulement voilà, si les critiques sur le fait qu'on la voit tuer alors que ce n'était pas le cas, sont rendues caduques par là même, cela créé un autre problème d'envergure qui décrédibilise autant le film:
Pourquoi présenter ce film comme une biographie puisque - Spoiler - la Aileen de celui-ci y raconte pas mal de conneries (cela reste toujours implicite, jamais dit ouvertement, mais bien sous-entendu) ?? - Fin du spoiler -
Donc le film N'EST PAS ce qu'il prétend être !
Et le scénariste/réalisateur n'a d'évidence rien compris à la vraie Aileen Wuornos...

Autre gros défaut du film: des incohérences parfois embarrassantes.
D'accord, si on part du principe qu'elle est cassée de la tête et peut passer du coq à l'âne, y'a un spectateur quand même, censé s'immerger dans une histoire, y croire jusqu'à douter quand il voit le bestiau de plus en plus atteint vers la fin dans la prison (1. Le film commence sur elle dans le couloir de la mort qui raconte son histoire, 2. Toute l'histoire en flashback complet, 3. Retour au présent, à nouveau sur elle faisant ses commentaires au journaliste).
Donc faut quand même que tout tienne debout pour que cet effet marche.

(Attention, je spoile comme un gros porc:)
Alors encore totalement inconnue, Aileen est invitée trop facilement par Jennifer Fell, l'autre protagoniste du film (fille du vieux schnock Lewis Fell qu'elle va épouser après), surtout après sa démonstration de violence.
Le vieux débris tombe amoureux au premier coup d'œil et la saute le soir même, pour se marier avec elle une semaine plus tard, en lui donnant accès à tout son fric apparemment en toute confiance.
À la fin pourquoi Jennifer, la fille du vieux qui vient de se faire agresser, revient se confronter à Aileen au lieu de partir avec son père et son boy-friend ?
Elle se fait sauver in-extremis par... son père qui pourtant s'est littéralement fait défoncer peu de temps avant.
Que fait-il là alors que les deux filles ont changé de lieu de dispute ? Et pourquoi le petit ami, plus à même d'intervenir et qui avait emmené le père hors de danger, n'est plus là ? Entre autres...

Maintenant passons aux choses positives, car malgré des critiques désastreuses sur imdb, il y en a !
L'interprète principale Peyton List (la méchante Tory Nichols dans 'Cobra Kai') est excellente. Moins quand elle est (relativement bien) maquillée dans sa version âgée dans le couloir de la mort, car elle en fait un peu trop.
On sent qu'elle a dû beaucoup étudier Aileen Wuornos dans ses interviews, on retrouve ses postures et tics, notamment avec la langue, mais parfois ça manque un peu de fluidité et on la sent encore se regarder un peu jouer. Mais cela reste plus qu'honorable.
Dans sa version jeune, elle est impeccable.

Repassons à du négatif:
Impeccable elle, oui, mais pas son personnage !
Car on touche une autre grosse erreur du film:
C'est une vrai salope méchante et calculatrice qui mérite tout ce qui lui arrive. Quand elle tue, ça a beau être quasiment à chaque fois suite à une agression "censée" la victimiser, c'est elle qui a créé une situation qui dérape, et c'est finalement difficile de la plaindre.
L'avocat qui l'agresse en est un bon exemple. Vu ce qu'elle a fait et ce qu'il a découvert, et la manière dont ELLE réagit, comme on le comprend...
Grosse erreur du film, elle n'est jamais sympathique. La vraie Aileen Wuornos est touchante malgré ses erreurs et est une vraie victime de la vie.
Celle de ce film est une pure connasse égocentrée, point !

Mais il y a encore du positif:
Car soulignons également l'excellente interprétation de Tobin Bell (hé oui, notre ami farceur Jigsaw), surtout vers la fin quand il découvre le pot-au-rose. Tout en subtilité mais avec une grande présence, il est épatant !

Si ce film n'avait pas été une "biographie", cela passerait mieux. Les conneries passeraient plus facilement et on accepterait mieux les raccourcis (bien qu'ils nuisent au "twist" final qui sous-entend que dans ce qu'elle raconte, y'a à boire et à manger).
Car l'ensemble est pas mal rythmé, comporte de bonnes scènes, et il faut reconnaître que le climax, bien que totalement incohérent, est très bien mise en scène, rythmé et avec des images absolument magnifiques (jugez plutôt: https://www.horreur.net/sites/default/files/upload/aileen_wuornos_americ... ) !

Donc ça fait mal au cœur, car en fait on se rend compte qu'avec un bon scénario, vu ce qu'il arrive à tirer d'un climax médiocre sur le papier, mais qui devient rythmé et visuellement splendide; le metteur en scène aurait sûrement livré un très très bon thriller.
Et c'est pour ces passages que je monte à un généreux 7/10, bien que le scénario vaille bien moins.

Je vous conseille cet excellent - et touchant - documentaire sur la vraie Aileen Wuornos:
https://youtu.be/d4NzanJ8WCQ
(fiche https://www.horreur.net/film/aileen-wuornos-vie-et-mort-d-une-serial-kil... )
Également que le célèbre film "Monster" (2003), qui avait fait sensation à l'époque, notamment grâce à une Charlize Theron méconnaissable et à l'interprétation absolument bluffante !
Ainsi que (et surtout) l'excellente critique de Gory Freddy:
https://www.horreur.net/node/186947/talk/186947#comment-62671
Je viens de la lire les gars, écoutez c'est top moumoute. Quel style, quelle plume, quelles z'envolées (le z, c'est pour que vous n'oubliez pas de faire la liaison en lisant, sinon c'est pas beau) empreintes de poésie, de lyrisme et de ... (à compléter vous-même, je voulais mettre un autre qualificatif, mais j'ai pas trouvé et fallait que j'aille pisser) !
À cette lecture tellement enrichissante, j'avoue j'ai bandé !!!

Thématiques