Snowpiercer : Le transperceneige

Portrait de Lebreihz

Lebreihz (I am Legend - 2184 critiques)

Alors certes il ne faut pas voir dans ce film une once de réalisme !

Vous me rétorquerez que la science fiction est par essence de la ...fiction !

Mais peu importe !, ce film est un symbole a lui tout seul. Déjà il évoque la hiérarchie sociale.

ce train tourne autour du monde sans arrêt, et les classes sociales qui composent ses passagers sont répartis de la queue du convoi , les "intouchables". curieusement cet aspect là du film vous rappel un peu les trains de la mort de la solution finale , et l'élite en tête de convoi, et ce mystérieux timonier (sans rapport avec un l'autre "grand timonier"), que personne ne rencontre jamais.

Et puis ce train qui fait le tour du monde sans arrêt, c'est en fait le mouvement perpétuel !, le cycle du monde , le cycle de la vie , bref un film plein de symbole.

Plein de symboles !, oui ! et aussi plein de surprises , car comme vous l'aurez compris les intouchables de révoltent, et c'est normal , les opprimés finissent toujours par se révolter contre leurs oppresseurs, surtout quand ces derniers ne peuvent justifier du pourquoi de l'oppression .

Et la nos opprimés , tout en remontant le convoi vont de surprises en surprise , en rencontrant toutes sortes de personnages loufoques.

car en fait le film loin d 'être sombre, est limite parodique !

Et c'est avec un intérêt croissant que vous spectateurs ! voudront savoir qui est qui est donc à la tête de ce train.

Et la les choses seront encore plus surprenantes

publié le 02/04/2017 - 22:04
Portrait de el-thedeath

el-thedeath (Newbie - 7 critiques)

Snowpiercer est un film post-apocalyptique, en quasi huis-clos (vus que toute l'action de passe dans un train) adapté à partir d'une bande-dessiné française.

- La dictature pour les nuls -

Le film nous explique d’abord qu'en 2014, une tentative de géo-ingénierie contre le réchauffement climatique entraîne un cataclysme : une glaciation de toute la planète, détruisant la vie et exterminant presque toute l'humanité. Puis l'histoire débute vraiment en 2031, des passagers enfermés dans un train forcé à rouler continuellement sont les seuls survivants sur Terre. Les habitants des derniers wagons, contraints de vivre dans la promiscuité et le rationnement, se révoltent.

- Des bulles à l'écran -

Bong Joon-Ho sort ici son film le plus cher (39 200 000 de dollars, pas grand chose pour les USA mais énorme pour la Corée du Sud) ainsi que sont premier film tourné en anglais (85% anglais et 15% coréen). C'est en 2004, au moment où il vient de finir le chef d’œuvre qu'est Memories of Murder et juste avant la production de The Host qu'il découvre la BD française de Le Transperceneige créé par Jacques Lob et dessiné par Jean-Marc Rochette (qui d’ailleurs est en caméo dans le film, seules ses mains apparaissent en train de croquer les portraits), il lui aura fallu quatre ans pour développer ce projet et trois ans de plus pour le produire. Sont talent n'est plus à confirmer et il nous le prouve une nouvelle fois avec Snowpiercer. Il a été aidé pour le scénario par Park Chan-wook (autre mythique réalisateur sud-coréen) et Kelly Masterson (qu'il dit avoir choisi après avoir vus 7h58 ce samedi-là). Il n'a eu que 72 jours pour tourner ce film et, pour l'anecdote, a dus construire un train de plus de 500 mètres de long (26 wagons de 25m chacun).

- Peuplade du train, peuplade du monde -

Niveau casting je vous le dis directement : même les figurants sont géniaux!! Cela est sûrement dû à la superbe réalisation!
Tout d’abord on a Chris Evans en leader des derniers wagons qui signe peut-être son meilleur rôle ici, il commence à avoir une carrière assez chargé mais ici il est vraiment parfait. Octavia Spencer joue le rôle d'une mère de famille qui rejoint la révolution pour sauver son fils. Jamie Bell viens jouer le rôle du meilleur ami de Chris Evans. Ed Harris a quant a lui limite supplier le réalisateur pour pouvoir jouer dans le film.Tilda Swinton fait aussi partie de l'aventure (elle s'est liée d'amitié avec le réalisateur lors du festival de cannes 2011) pour y jouer une sorte de Premier Ministre. Song Kang-ho et Ko Ah-sung sont deux acteurs fétiches du réalisateur et viennent donc logiquement compléter le casting pour ne pas oublier le côté sud-coréen du film.

- Anarchy in the Train -

On est donc devant un film qui nous prend aux tripes des le début, il nous montre d’abord comment les personnes des derniers wagons vivent en étant tous entassés les uns sur les autres à manger une sorte de patté ou gelé bizarre, cela est une sorte de bidonville sans fenêtre où quand les soldats arrivent ils ne peuvent rien dire sans en subir les conséquences même quand on enlève leurs enfants. Ils vont donc se décider à se rebeller mais ils doivent arriver à libérer un prisonnier qui peut ouvrir toutes les portes, il est quelques wagons plus loin enfermer dans des casiers digne d'une morgue mais il est malheureusement accro à une sorte de drogue faite de déchet industriel.
Le chemin ne sera pas sans sacrifice et surtout très compliqué. On suit avec plaisir cette avancé wagon par wagon pour faire tomber cette dictature qui leurs est imposé depuis trop longtemps.

La BO est sublime et colle parfaitement à l'histoire. Les décors sont magnifique et parfaitement réaliste. Les scènes de combats sont très réussis aussi, il n'y a pas réellement de défaut dans ce film. Je suis près à le conseiller à n'importe qui, ceci est un des meilleurs films de 2013!

publié le 22/07/2015 - 19:00
Portrait de Nemo89

Nemo89 (Copycat Killer - 59 critiques)

Quel film, mais quel film. J'en attendais beaucoup et je n'ai pas été déçu. Le réalisateur arrive à nous emporter dans des émotions passant d'un extrême à l'autre. Surprise, Émerveillement, tension, légèreté, humour, tout cela se mélange pour former snowpiercer. Et c'est cela que j'attend d'un film, pouvoir m'emporter d'en une intrigue sans me poser de questions. je met néanmoins en garde les personnes désireuses de le voir car c'est vraiment un film à part et qui sur certains points pourraient rebutés. 5/5

publié le 07/07/2014 - 11:50

Bliss91 (America's Most Wanted - 545 critiques)

6
 
Malgré les éloges du commentaire précédent, j'ai pour ma part été moins emballé par cette production qui reste somme toute assez convenue dans l'ensemble.

Certes le rythme est assez prenant et on s'amuse à voir cette succession de rame aux facettes totalement différentes, une sorte d'échelle sociale où les pauvres sont en queue de train et les privilégiés en tète de train...

Par contre le scénario reste essentiellement articulé sur les scènes d'action assez violentes mais dans le fond rien de nouveau, ça manque cruellement de finesse, et en terme de crédibilité on a du mal à adhérer car on ne sait pas comment ces gens ont atterris dans ce train et comment la population a pu être organiser de cette manière.

L'interprétation reste correcte, mais aucun des personnages ne se révélé finalement...les quelques effets spéciaux sont réussis et le snowpiercer a quand même une belle gueule.

Le film reste à l'instar de Germinal une mise en relief de la lutte des classes et le héros qui somme toute ne semble pas atteint par la dureté de sa condition reste celui qui va se sacrifier pour la communauté. Rien de bien nouveau l'horizon et la fin du film enterrera très certainement les quelques mouvements d'intérêt que vous auriez pu avoir durant les premières dizaines de minutes du film.

Finalement il n'y a pas de quoi sauter au plafond, au départ c'est agréable à regarder... à la fin on reste très largement sur notre faim.

Conclusion : Quand Marx prend le RER B, ça fait des dégâts !

Bonus Time : la scène dans le wagon qui sert d'école pour les enfants.

publié le 08/05/2014 - 14:54
Portrait de Warhammer

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)

10
 
Dans un futur proche,la terre est plongée dans une ère glaciaire. Les êtres humains qui ont survécus à cet holocauste de glace trouvent refuge dans un train immense et incroyablement moderne conçu par un énigmatique et richissime magnat industriel. Ce train a pour caractéristique de fonctionner sans s'arrêter(ou si peu) à une vitesse hallucinante brisant au passage la glace ou les énormes tas de neiges se trouvant sur ses rails,rien ne semble entraver son tour du monde infernal. Tout semble parfait donc pour les quelques chanceux bénéficiant de cet hébergement de fortune.

Mais en fait pas vraiment, en cette période très difficile pour l'homme ce n'est pas l'entraide qui règne à bord du train mais une véritable dictature. Les pauvres sont à l’arrières du train, parqués, traités et nourris comme des chiens par les riches se trouvant dans les wagons de l'avant. Mais la révolte couve parmi ces pauvres bougres,bien décidés à faire valoir leur droit de citoyens comme les autres et entament une expédition quasi-suicidaire vers l'avant du train qui leur est interdit.

Cette co-production américano-franco-américaine nous présente un film d'anticipation passionnant et violent qui réserve pas mal de surprises. A chaque wagon son propre univers donc la sensation de voir un film en plusieurs parties même si l'intrigue est parfaitement cohérente. Difficile de décrocher du film une fois que la révolte des pauvres a commencé,les scènes d'actions s’enchaînent avec une certaine virtuosité par le réalisateur Joon-ho bong qui confirme une nouvelle fois le talent des ces messieurs du pays des matins calmes(la corée).

Malgré une histoire globalement cruelle il y a des passages parfois amusants qui va embellir un périple pourtant stressant et d'une rare violence pour nos héros qui n'ont rien à perdre. Les acteurs sont impeccables, la sous-estimée tilda swinton a ce talent de rendre un second rôle indispensable,quand à Chris Evans dans le rôle principal il nous fait une prestation intense à la Chistian Bale, je l'en croyais pas capable.

En conclusion ce Snowpiercer mérite absolument une attention particulière de la part des fans d'actions-moderne avec une pointe d'émotions.

A découvrir et plus vite que ça!!

publié le 06/05/2014 - 14:17