L'Emprise du Démon

5.0/10
L'Emprise du Démon

Critiques spectateurs

Réalisateur: Oliver Park Avec Nick Blood, Paul Kaye

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Geoffrey Geoffrey
America's Most Wanted - 289 critiques
publié le 24/01/2023 - 09:44
5
 

Avis paresseux

Alors qu’ils attendent leur premier enfant, Claire et Arthur décident de renouer les liens familiaux. Le jeune couple s’installe dans la vétuste entreprise de pompes funèbres tenue par Saul, le père d’Arthur. Mais l’arrivée d’un mystérieux cadavre va les faire basculer dans l’horreur : la dépouille contient une entité surnaturelle, Abyzou, qui une fois libérée, veut posséder l’enfant à venir du couple. Face à ce démon, personne n’est à l’abri...

Un lieu clos, un démon antique et un soupçon de mythologie (ici juive), on ne peut pas dire que L'EMPRISE DU DÉMON fasse dans l'originalité, mais pourquoi pas ? Après tout, le film de démon/possession est un genre tellement surchargé qu'il devient difficile de proposer une histoire originale (ceci dit je vous conseille de jeter un oeil sur le plaisant LA PROIE DU DIABLE et son école de prêtres).

L'EMPRISE DU DÉMON réussit-il à être bon malgré tout ? En soi, il n'est pas mauvais, le scénario se tient et les acteurs font le job, mais (parce qu'il y a un mais) il apparaît terriblement anachronique et d'une banalité confondante. En gros, si vous avez déjà vu 3 films de démon dans votre vie, vous serez en territoire connu et rien ne vous surprendra.

Dans un tel cas de figure, il faut donc tout miser sur la réalisation. Pas de chance, celle d'Oliver Park manque de maîtrise. Certaines séquences sont réussies, mais la plupart du temps il a du mal à créer la tension nécessaire à son film. En résulte un métrage particulièrement quelconque et oubliable, que je ne vous recommande que si vous avez 12 ans et qu'il s'agit de votre premier film d'horreur.

Vous souhaitez soutenir Horreur.net ? N'hésitez pas à faire un don, même symbolique, sur Tipee.

Thématiques

Les clowns tueurs au cinéma