Expendables 3

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Nandrolone

Bas du front

Nandrolone (Serial Killer - 693 critiques)
8
 

Très bon film d'action bas du front, aussi bon voir meilleur que le deuxième, l'action est toujours outrancière mais bien dosé entre chaque acteurs, ça pète de partout, c'est jouissif.

Le scénario ne vole pas bien haut mais l'histoire - avec la nouvelle équipe - est intéressante à suivre même si encore une fois c'est très bas de plancher.. Mais ça permet une évolution bienvenue dans la série. J'ai bien aimé l'humour du personnage joué par Antonio Banderas. Il m'a juste manqué un duel final comme dans le deuxième.. Les cascades et les environnements sont de toute beauté. Un très bon divertissement !

publié le 23/03/2018 - 02:17
Portrait de Gory Freddy

Putain c'que c'est intellectuel !!

Gory Freddy (I am Legend - 1755 critiques)
9
 

"Putain c'que c'est intellectuel !!". Je ne sais combien de fois je me suis répété cette phrase, et ce jusqu'à l'obsession, plus le film avançait ! Dramatiquement con, ce film est une merveille régressive qui va mettre votre cerveau à rude épreuve, encore plus qu'un concert de rap, un match de foot ou un marathon de tv-réalité. Le film commence par le néant total, que de l'action bien débile, un embryon de scénario tentant une timide apparition seulement à la 25e minute. Entre dialogues couillus de "vrais mecs qui en ont et des sévères" bien grosses et poilues, humour bas-du-front qui ferait honte à une maternelle et action aussi décérébrée qu'outrancière, l'intellectuel qui sommeille en chacun de nous en a pour son argent, et va bander comme un âne. Dommage cependant que la nouvelle équipe ne soit pas constituée de réelles têtes d'affiche, le principe de la série "Expendables" reposant à la base sur la réunion de ces stars de l'action. Sympathiques, mais ne tiennent pas la distance avec les autres... Pour le reste du casting, beaucoup beaucoup de vieilles connaissances qui foutent le bordel pour notre plus grand plaisir. Néanmoins il est assez scandaleux de voir comment le formidable Jet Li est ici sous-exploité. Il était annoncé un temps l'ami Steven Seagal dans ce film, visuel à l'appui (http://nsa33.casimages.com/img/2014/08/14/140814030820503184.jpg). Mais finalement ça n'aura pas dépassé le stade du fantasme. Après moults négociations devant une bonne table, j'imagine les producteurs lui dire: "- On te prend, mais il faut que tu ressembles au mec sur l'affiche retouchée. Tu vas t'entraîner avec Sylvester pour perdre du poids !" ("- Ben c'est moi !" "- Non. C'ÉTAIT toi !") Et puis, dialogues quotidiens entre Stallone et Seagal: Stallone: "- Bon il est 7 heures, on commence l'entraînement !" Seagal: "- OK je passe vit' fait par les cuisines et j'arrive..." 5 heures ont passé: Stallone: "- Ah te voilà enfin, faut-y mettre là !" Seagal: "- Il est midi, c'est l'heure de déjeuner. Je passe aux cuisines, et je reviens tout de suite !" 16 heures de l'après-midi: Stallone : "- Ah t'es enfin revenu ?" Seagal: "- Ouais mais je me sens un peu ballonné là. Je vais chercher une tisane, y'en a sûrement en cuisines..." 20 heures: Stallone: "- Putain tu fais yèch', il ne reste plus qu'une heure d'entraînement !" Seagal: "- Faut que je prépare le menu pour ce soir et demain matin, mais je t'ai envoyé ma doublure..." Et ce, tous les jours pendant les 3 mois d'entraînements... Résultat : Stallone: 0.0000000001% de graisse, Seagal: 139 kilos... en plus de son poids en début "d'entraînement" ! La production a préféré repousser son éventuelle participation au déjà annoncé 'Expendables 4' pour "différents artistiques". Selon des informations très sérieuses, 'Expendables 4' pourrait se dérouler en mer et Steven interpréterait le monstre marin, un cachalot géant... Bref, en attendant fébrilement le numéro 4 qui sera assurément bien débile, je vous conseille fortement de savourer ce 3e opus, sommet de connerie décomplexée à base de testostérone bovine et d'action surréaliste. La fin est un monument de n'importe quoi, mais est tellement spectaculaire que l'on n'est plus étanche à force de jouir à répétition. Mel Gibson est assurément LE point fort du casting, volant la vedette à tout le monde dans son rôle de salopard fier de l'être. Dommage que son affrontement avec Stallone à la fin soit un peu expédié... Mais le spectacle parvient aisément à se hisser bien au-dessus du niveau habituel des films réservés à l'élite intellectuelle. Le scénario est signé Stallone, on l'a connu plus subtil ou émouvant, ça a dû être torché vite fait après minuit sur un coin de table en deux tâches de vin en reniflant de la coke sur le cul d'une pute; mais avouons qu'il a su relativement bien équilibrer les apparitions de chacun. Et vu le nombre d'intervenants, c'était déjà une gageure !

publié le 16/09/2014 - 00:59
Portrait de VonRolling

The Expendables Reloaded

VonRolling (America's Most Wanted - 369 critiques)
7
 

The Expendables 3 – Patrick Hughes II – 2014 – 7/10

Après une déception et un film extrêmement jouissif, c’est entre les mains d’un inconnu (Patrick Hughes II) qu’arrive le troisième projet Expendables. On pouvait donc s’attendre à tout…

Bonne nouvelle ! La Team Stallone offre un spectacle explosif décomplexé qui assume complètement sa démesure avec humour. Ça ne fait pas dans la dentelle mais c’est diablement réjouissant ! Et ne nous voilons pas la face : que cherche-t-on vraiment en allant voir un tel film ?

Bien supérieur au premier opus, Expendables 3 ne retrouve cependant pas la puissance du film de Simon West pour différentes raisons.

D’abord, le métrage se veut plus long. Entre de généreuses scènes d’action, l’histoire laisse de la place aux acteurs pour approfondir leurs personnages. Perso, je n’ai pas ressenti de longueurs mais plutôt une perte d’intensité à mi-parcours. Par contre, j’ai pris un grand plaisir à revoir des acteurs mythiques faisant écho aux moments cultes de leur carrière. Je pense bien entendu à Sylvester Stallone (on en apprend toujours plus sur Barney Ross), Arnold Schwarzenegger, Mel Gibson (bad guy de grande classe que j’aurais voulu voir un peu plus), Wesley Snipes (quel retour en force !), Antonio Banderas (de loin le plus drôle du film), Harrison Ford (finalement très présent) et Kelsey Grammer.

Ensuite, Expendables 3 impose une transition. On sait que contrairement aux diamants, les gueules-cassées old school ne sont pas éternelles. L’équipe s’étoffe donc de jeunes recrues aptes à reprendre le flambeau : Kellan Lutz, Ronda Rousey, Glen Powell et Victor Ortiz. Généralement plus reconnus pour leurs talents sportifs que pour leurs jeux d’acteurs, ces nouveaux Expendables se montrent sympathiques mais beaucoup moins charismatiques que leurs ainés. De plus, leur arrivée dans le scénario alourdit l’ensemble des clichés intergénérationnels habituels… Je me serais bien passé du karaoké par exemple…

Même si le montage du film laisse de la place pour chaque personnage, l’ajout des nouveaux (et vieux nouveaux dont Robert Davi) éclipse quelque peu les habitués comme Jason Statham, Dolph Lundgren, Jet Li, Randy Couture et Terry Crews. Bien entendu, tout le monde aura droit à son heure de gloire dans une castagne finale aussi destructrice que WTF ! Gardons en tête que c’est décomplexé et assumé…

Expendables 3 tranche avec l’esprit des deux précédents épisodes pour imposer un style différent. Malgré une réalisation efficace et l’atteinte de ses principaux objectifs, dont l’introduction de nouveaux personnages et des affrontements toujours plus généreux, le film n’évite pas les facilités scénaristiques et les clichés. Heureusement, le plaisir est bien au rendez-vous !

Ps : Bruce Willis n’est plus dans le scénario…

publié le 25/08/2014 - 11:07

Derniers commentaires