Candyman

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Cyrille Meyer

mon film d'ambiance/horreur préféré !

Cyrille Meyer (Newbie - 1 critiques)

Je n'apporterai rien aux fans de ce pur chef d'oeuvre en le défendant, et je le présenterai donc simplement comme une tragédie horrifique.

j'ai découvert les films d'horreurs a 16 ans, quand j'ai pu regarder la télé en cachette dans ma chambre dans la fin des années 90. ce film a été une tuerie pour moi, (surtout après un paquets de nanards tels que Puppet Master).

je l'ai redécouvert plus de 10 ans plus tard en achetant le DVD. L'héroïne ne semble être qu'un outil pour découvrir la légende urbaine, la légende urbaine n'est aussi qu'un outil pour l'héroïne !

Bon, si'il faut aussi dire que certaines images de ce films sont indélébile, tout le monde acceptera !

Ce qui manque a la description de ce film est la qualité du commentaire proposé: des artistes libres, faisant vivre un projet avec ses contradictions.

publié le 21/03/2019 - 23:55

Mon avis

Orion666 (Graine de psychopathe - 188 critiques)
10
 
J'avais entendu parler de ce film depuis quelques temps sans trop croire qu'il était faramineux. Et ben, je me suis bien planté.

Splendide, sombre, gore, sans concessions, c'est une pure beauté du genre. Reprendre le croque-mitaine n'a rien d'exceptionnel, sauf si on réussi à en faire un nouveau parangon de la terreur. Et là, c'est réussi au-delà de toute espérance. L'histoire suit son bonhomme de chemin tranquillement et délivre son lot d'horreurs à petites bouchées. La descente au enfers d'Helen se fait sans panache et sans douceur. Nul humour, noir ou pas, ne vient teinter le récit violent à tous points de vues qui, pourtant, est aussi empreint de passages oniriques et subtils, accompagnés d'une musique envoûtante avant d'arriver à un final superbe et tragique à la fois.

Mais ce film ne serait rien sans son Candyman, effrayant, inquiétant, doté d'un talent d'orateur très dans le ton.

Candyman est devenu pour moi une icône au même titre que Freddy où Jason, mais cela ne tient qu'à chacun d'en faire ce qu'il veut, le laisser dans l'oubli au milieu d'un tas de personnages effrayants sans profondeur où lui donner sa place au panthéon des boogeymen.

publié le 17/06/2013 - 22:02
Portrait de Lebreihz

Celui dont on ne prononce pas le nom

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)
10
 
Moi qui m'attendais à un énième slasher avec une bande d'ados égarés poursuivi par je ne sais quel SK indestructible. Et puis en fait non. ca commence par l'évocation d'une légende urbaine, celle d'un mystérieux assassin, dont si on prononce 5 fois le nom devant une glace il apparaît. Et bien sur notre héroïne va le faire, comme ça !, sans évidement y croire . Et là on a quelque chose d'assez démoniaque, si évidement on vous dit de ne pas le faire, c'est là précisément que vous allez le faire !. Maius ne pas s'attendre à ce que Candyman apparaisse comme ça, immédiatement en traversant le miroir façon "tallman". non c'est beaucoup plus subtil que ça, et les évenements vont prendre une tournure franchement inquiétante avec la visite de cet imeuble. Et là curieusement je n'ai pu m'empêcher de faire un parrallèlle avec ce qui se passe dans nos cités ou les "cailleras" squattent le l'entrée des imeubles, eh, bien dans ce film on est au etats-unis dans les années 90, et c'est exacteemnt la même chose, le réalisateur a-t-il voulu ainsi délivrer un message, Pour revenir au film je disais donc qu el'on a quelque chose de fracnhement malsain, et ça commence très fort avec le visage de cet homme de couleur peint sur un mur évoquant un être torturé à mort. D'ailleurs le réçit de la mort, et aussi les rasions font franchement froid dans le dos, on croirait entendre les propos de "mademoiselle" dans "martyr" quand elle évoque les supplice infligés à certaine personne "les victimes sont courantes, les martyrs rares". ça rappel un peu ce qui fu infligé à Alain de Monéys dans le village d'Autefaye non pas en 1070, mais en 1870 !, témoignant ainsi de dont quoi sont capables les êtres humains quand ils sont frappés de folie collective. Mais dans le film qui nous intéresse le réalisateur ne fait que l'évoquer, et ç'est déja pas mal. Et alors c'est vrai que le film a tendance à virer au gore, mais là croyez-moi, c'est sans humour, et c'est parfois franchment dérangeant comme la séquence avec le nouveau né. Je ne vais pas tout raconter mais sachez qu ele réalisateur maitrise très bien son film, en réalisant quelque chose qui sort de l'ordinaire, en mettant dans l'ensemble une bonne dose de fantastique, mais aussi une bonne interrogation en ce qui concerne les légendes urbaines, qui sont parfois vérifiables.Là je pense à cette légende qui circulait dans les années 60 à quimper qui voulait que les commerçant juif de la ville se livrai à la "traite des blanches" en faisant paraîtil disparaître des femmes dans leurs magasins. Ou encore plus proche de nous, ce jeune homme, qui habitant une banlieu française assez délabré faillit de sefaire lyncher par les habitants en colère pour des meurtres d'ebnfants qu'ilaurati commis, alors qu'aun meurtre n'avais été signalé à la police. C'est en gros ce genre d'hystérie que ce film met en avant.
publié le 23/04/2013 - 22:52
Portrait de Warhammer

Un tueur tout sucre

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)
8
 
Sans doute l'un des tous meilleurs films d'horreurs des années 90,avec un tueur psychopathe qui pour le coup a une histoire fascinante et bien cruelle,cela nous donne une légende urbaine terrifiante,originale,lugubre à souhait. On peut saluer les bonnes performances de Tony todd et virginia madsen qui jouent un couple improbable tel un pére fouetard et sa blanche colombe. Le scénario est franchement inatendu,la photographie superbe,des scénes gores peu nombreuses mais saisissantes. Candyman en bien des points aurait pu devenir l'un des montres sacrés du cinéma gore mais hélas les suites ne seront pas du tout à la hauteur. Dommage un seul bon film mais excellent bien sur.
publié le 29/10/2012 - 22:56
Portrait de K-nife

Repeter 5 sois candyman.....

K-nife (Graine de psychopathe - 132 critiques)
8
 
Ca faisait un petit moment que je voulais le revoir... c'est toujours agreable de revoir un film de mon enfance. J'ai pu en faire des cauchemars... le charismatique Tony Todd est impressionant dans ce role de"boogeyman" ,mais aussi Virginia Madsen en victime, joue vraiment bien. Le scenario est propre, tout dans la finesse sans jamais lasser. Mais de la à le mettre interdit aux moins de 16 ans, c'est un petit peu exageré. Mais pour l'epoque, j'avoue c'etait assez crade. Aujourd'hui je dirais que plus rien ne choque.... la violence dans les films est devenu banalité. Bref pour ceux qui ne l'ont pas encore vu, jetez vous dessus.
publié le 04/09/2012 - 02:11
Portrait de Fab-4

J'en attendais plus

Fab-4 (Serial Killer - 817 critiques)
8
 
J'aime bien mais n'en fait pas une icone comme peuvent l'être Freddy ou Jason. Un film très propre avec une belle réalisation et des plans bien trouvés. Une photo originale en pleine banlieue pas très fréquentable. Une ambiance musicale et sonore au petits oignons (le point fort du film selon moi). Tout ceci est nickel. Mais je n'ai pas accroché plus que ça sur l'intrigue d'ensemble et ce personnage de Candyman en manteau de fourrure... Je me suis même ennuyé parfois. Pas tout compris au sens profond du film ; il faut croire en lui pour qu'il existe et donc elle croit tellement en lui au bout d'un moment qu'elle devient lui et donc passe du côté obscure ? C'est ça ? Why not mais tout ceci manque de suspens et de rebondissements, ou alors pas très bien amenés. N'en reste pas moins un bon film surtout pour sa plastique et une idée originale. A voir.
publié le 20/03/2012 - 01:12
Portrait de AqME

Du monstre nait du racisme

AqME (America's Most Wanted - 604 critiques)
8
 
J'ai enfin pu voir Candyman. Et cela faisait un petit moment que je souhaitais voir ce monstre sacré du cinéma d'horreur. En effet, je pense que l'on peut classer Candyman comme l'un de ces "monuments" du cinéma d'épouvante au coté de Freddy, Jason ou encore Leatherface. Bien entendu, il y a eu moins de films (seulement 3), mais Candyman s'est imposé d'emblée avec un premier opus sobre, glauque, qui mêle habilement horreur, problème de société, et une certaine poésie qui est propre aux univers de Clive Barker. Le film est un petit peu long à commencer, avec son actrice principale qui est très juste dans son rôle mais le manque d'action se fait vite ressentir. On note cependant la volonté du réalisateur de poser l'histoire de Candyman, un grand méchant monstre noir dans une société américaine raciste avec une héroïne blanche et blonde qui mène son enquête sur une série de meurtres inexpliqués et sur le mythe de ce monstre. Petit à petit, la tension monte crescendo avec notamment une mise en lumière efficace et un lieu, bien qu'inhabituel pour un film d'horreur, relativement malsain et sale. On comprend très vite le coté légende urbaine qu'à voulu instaurer le réalisateur dès le début avec une cité froide en béton et un environnement que le bon blanc craint. La phase d'exploration du premier meurtre est très stressante, tout comme l'exploration des toilettes où le meurtre d'un petit garçon a eu lieu, avec son lot d'images subliminales mettant en scène le fameux monstre. Et d'ailleurs, le monstre en question est joué magistralement pour un Tony Todd habité par son rôle. On le sent vraiment impliqué tout comme sa compagne. Stressant, imposant, effrayant, Candyman se plante en icône monstrueuse que l'homme blanc à créer avec l'esclavage et le racisme. Finalement, on peut donc le voir comme toutes les peurs réunies qu'inspire l'homme noir à l'homme blanc et à l'américain moyen. Le seul défaut que j'ai pu trouvé dans l'incarnation de ce monstre, c'est que l'on ne sait pas de quoi il s'agit. Est-ce un monstre réel? Une image créée par l'esprit de Virginia Madsen? Une fantôme revenant des morts quand on l'appelle? Dans ce cas, pourquoi une telle fin? Bref, les questions se posent et restent en suspens, ce qui peut être rédhibitoire pour certaines personnes. Enfin, on ne peut rester insensible sur cette sorte de poésie qui émane des paroles de Candyman ou de l'œuvre en question qui essaye de mettre en parallèle horreur et racisme. Les effets gores sont rares, mais certains effets de peur sont bien fichus et la tension monte au fur et à mesure des apparitions du boogeyman. Au final, je dirai que Candyman s'impose comme un classique de l'horreur, imposant un nouveau monstre qui rejoint les grands de ce genre et dont la double lecture tant au niveau social qu'au niveau horrifique en fait un film quasi indispensable.
publié le 26/01/2011 - 19:32
Portrait de ED13

Mon avis

ED13 (Graine de psychopathe - 129 critiques)
8
 
J’ai vu Candyman lors de sa sortie en VHS. J’avais 12 ans et j’en ai pris pour une semaine de nuits blanches. Je suppose que ceux qui découvre ce film aujourd’hui le trouve daté par son image et son rythme. Mais si l’on plonge au cœur de la légende urbaine en marchant dans les pas d’Helen (malgré soi car on a pas du tout envie de la suivre en réalité), il est probable que l’on en ressorte pas indemne. La scène de clôture m’a particulièrement perturbé. Candyman est logiquement devenu un personnage culte.
publié le 15/11/2010 - 15:35
Portrait de Vivahorror

Mon avis

Vivahorror (America's Most Wanted - 326 critiques)
10
 
Pas mauvais. Mais il aurait pu tuer plus de monde. Il en tue à peine quelques uns. C'est un meurtrier ou une personne qui se cherche une femme parmi ses descendantes?
publié le 18/08/2010 - 18:53

Mon avis

Robbie777 (Copycat Killer - 56 critiques)
6
 
Il faut quand meme attendre un peu avant de voir Candyman a l'oeuvre et je trouve que le film manque un peu de gore et d'action mais l'histoire est genial puis le scenario captivant jusqu'à la fin.
publié le 19/05/2010 - 17:37

Pages

Derniers commentaires