Terminator

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Fab-4

I'll be Back...Sarah Connor !

Fab-4 (Serial Killer - 802 critiques)
10
 

En 2029, la guerre entre les hommes et les machines fait rage. Mais "avant" cela, en 1984, deux types sortis de nulle part se mettent à la recherche d'une certaine Mlle Connor... pas pour les même raisons.

Le premier des nombreux très grands films de Mr James Cameron (Aliens, Abyss, Titanic etc...). Un film de SF et d'anticipation majeur dans l'histoire du cinéma moderne, et pourtant nous ne sommes qu'en 1984...impressionnant !

De l'action, du suspens et une dose d'humour dans cette oeuvre apocalyptique avec un Shwarzy qui explose alors, tout en délicatesse... Gros pétards et high tech pour une histoire bien anticipée et pas si improbable que cela de nos jours. Un scénario simple mais inventif et bougrement haletant soutenu par de bons acteurs et une grande mise en scènes. Certaines répliques, certains passages sont devenus cultes.

Un thriller métallique inspiré et inspirant jusqu'à son final brûlant, explosif, froid comme l'acier et enfin sous-pression ;-)

Le début d'une saga mythique. Énorme !!!
A voir avant que les machines ne se révoltent !!!

publié le 10/02/2019 - 19:34
Portrait de Ratafouille

Film culte

Ratafouille (Graine de psychopathe - 81 critiques)

Rha... ce film, c'est toute mon enfance. Je ne sais combien de fois je l'ai vu. J.Cameron signe avec Terminator le film de SF quasi parfait. Les effets spécieux sont convenables, l'histoire est passionante, les scènes d'action dépotent bien, la musique est épique, etc. Terminator premier du nom reste malgré tout un film très noir, sans humour (contrairement à ses successeurs) et propose une vision du monde et de l'avenir assez déséspéré. Ce qui est fou, c'est que J.Cameron va signer une suite qui elle aussi fera date dans l'histoire du cinéma. Un must.

publié le 09/06/2016 - 19:24
Portrait de Ratafouille

Le film de SF ultime

Ratafouille (Graine de psychopathe - 81 critiques)

Que dire de ce film qui n'a pas été déjà dit ??? Pas grand chose, ce métrage est véritablement géant, c'est le mètre étalon du cinéma d'anticipation. Le film est littéralement porté par le Terminator, alias Schwarzy, robot indesctructible dans le rôle de sa vie. Un chef d'oeuvre absolu.

publié le 09/06/2016 - 18:35
Portrait de VonRolling

350ème : Ya! Ya! Ya! Ya!

VonRolling (America's Most Wanted - 369 critiques)
10
 
Alors qu’il boucle sa « petite apparition » dans Red Sonja et qu’il tringle au passage Brigitte Nielsen (pire actrice, pire second rôle et pire révélation de l’année à l’époque, mais qui se fera ensuite posséder par l’étalon italien), Arnold Schwarzenegger ne s’attend pas au succès fulgurant de The Terminator. C’est ce qu’il dit en tout cas. De retour à New York, on l’interpelle dans la rue pour entendre sa nouvelle phrase culte : « I’ll be back ! », qu’il avait tant de mal à prononcer.

The Terminator a beau être le premier épisode d’une franchise qui va encore faire un paquet de séquelles, je trouve qu’il a un style très proche du cinéma underground. Il a un esprit unique et propre aux 80’s. En effet, le manque de budget pousse le jeune James Cameron à être très inventif et très rapide tout en cachant la misère dans l’ombre. Il en résulte un film révolutionnaire pour l’époque : très surprenant dans le concept d’une guerre temporelle et très flippant dans son approche métallique et froide.

J’ai beau connaître le film sur le bout des doigts, la machine me fait toujours frissonner et j’accompagne les héros jusqu’au polaroid final avec autant de plaisir à chaque fois. Parmi les différents rôles de Schwarzenegger, celui du tueur métallique sans âme est sans doute mon préféré. D’ailleurs, s’il avait choisi d’incarner Kyle Reese, comme s’était prévu au départ, le monde du cinéma fantastique aurait peut-être oublié l’œuvre de Jim à l’heure qu’il est.

Je me rappelle que plus jeune, mes deux références bien huilées étaient Robocop et Terminator. C’est assez étrange quand je revois la noirceur de leurs univers et à quel point la machine tueuse est horrible… Mais tout comme j’ai eu tendance à plus m’intéresser à Freddy qu’à Nancy, je ne me suis jamais vraiment projeté dans le personnage de Reese. Il est pourtant très réussi.

Bref, ce monument qui a failli se retrouver écrasé sous le poids de la sortie d’Amadeus, mérite bien de figurer parmi les 10 meilleurs films de l’année selon Time. De l’exigence de James Cameron résulte un spectacle magistral. Dommage que les effets spéciaux souffrent un peu avec les années. Mais quand on aime, on ne se focalise pas sur les rayures de l’œuvre.

Terminons : alors qu’Arnold pense devenir incontournable avec Conan The Destroyer (idée qu’il va abandonner au cours du tournage), c’est le film plus modeste de Cameron qui le fera vraiment rentrer dans l’histoire. Visionnaire, froid et sans concession, The Terminator est une référence indéboulonnable ! Alors faites péter Linn Van Hek (que j’ai mis dans les vidéos de cette fiche) avant que tout foute le camp et que nos inventions nous retombent sur la gueule !

publié le 15/05/2014 - 10:22
Portrait de Nandrolone

- °

Nandrolone (Serial Killer - 693 critiques)
10
 
C'est avec presque 30 ans de retard que je me décide enfin à regarder THE TERMINATOR !! et je suis vraiment con d'avoir attendu autant de temps...

Je me suis rarement intéressé aux films d'Arnold Schwarzenegger, pour moi Schwarzy, c'est avant tout le culturisme, c'est mon Monsieur Olympia préféré et je l'idolâtre dans Pumping iron, finalement le seul de ses "films" auquel je me suis vraiment passionné. Mais depuis la lecture de son livre "Total Recall" tout à changé en moi, j'ai maintenant envie de tout regarder et c'est naturellement vers Terminator que je me tourne en premier...

Bon... Ce film est excellent !! j'ai pas vu le temps passer... Bien qu'il ne parle pas beaucoup, Schwarzenegger interprète grâce à son physique hors norme, à sa présence et à son charisme extraordinaire magistralement ce robot à enveloppe humaine envoyé dans le passé depuis l'an 2029 pour y buter Sarah Connor et ainsi empêcher la naissance futur de John Connor, son fils, futur leader de la résistance humaine contre la folie meurtrière des machines...

Je vous conseil de le regarder d'urgence, ce film est presque parfait, il se dégage une tension et un suspense très agréable, je ne met pas 10 car de mon avis personnel, même pour "l'époque" comme on dit, il y avait plus efficace en effets spéciaux, c'est le seul point noir du film, ça casse un peu la magie quand, notamment vers la fin, je n'ai pas pu m'empêcher de rire à la vision du Terminator qui avance en saccadant, enfin comme d'hab je chipote et j'ai hâte de regarder Terminator 2.

publié le 16/01/2013 - 17:13
Portrait de Warhammer

Le cyberhunter

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)
10
 
Ah, quand j'étais jeune,je ne jurais que pour ces films bien bourrins de shwarzy,stallone,bruce lee ect... De la violence et de l'action basé sur un scénar qui tient sur un timbre-post,sans subtilité certes mais ultra-efficace dont ce fantastique terminator qui a marqué ma jeunesse,même si maintenand je suis devenu plus exigeant,je reconnais que c'est toujours avec bonheur que je revois ce SF sans concession. Basé sur une géniale histoire devenue culte,schwarzy dans un rôle que je lui préfére,celui de la brute épaisse et il faut reconnaitre qu'il n'y avait pas meilleur que lui. Evidemment aujourd'hui les FX,quand on les revois,sont trés largement dépassés mais pour l'époque c'était incroyable avec une musique cyber-synthétique qui lui sied parfaitement. Un grand merci à james cameron,ce monsieur est un visionnaire.
publié le 27/06/2012 - 13:45

Naissance d'un mythe

Captain Nono (America's Most Wanted - 327 critiques)
10
 
Début des années 80 - Alors que sort dans les salles sa première et modeste réalisation, Piranha 2 : Les Tueurs Volants, un illustre inconnu nommé James Cameron rêve une nuit d'un squelette métallique menaçant émergeant d'une explosion... Genèse d'un projet basé sur une perception sombre et anxiogène de l'avenir, où l'intelligence artificielle d'un méga-ordinateur engendrerait la quasi-extinction de l'espèce humaine...

Basé sur un univers cyber-punk et formellement orienté vers l'action, Terminator est à l'image de la décennie qui l'a vu naître : musclé et manichéen. Mais à l'époque où les mâles dopés aux hormones envahissaient les écrans avec une sulfateuse dans chaque main, une nouvelle héroïne allait émerger dans le paysage "viril" du cinéma d'action - Sarah Connor, interprétée par la jolie Linda Hamilton - et qui ne prendrait sa pleine mesure que dans Terminator 2, Le Jugement Dernier, six ans plus tard. Car la figure incontournable de ce premier opus, c'est bel et bien l'ex-Mister Univers, alias Arnold Schwarzenegger, déjà remarqué dans Conan, le Barbare en 1982. Un rôle de méchant taillé sur-mesure pour le colosse autrichien, et qui le propulsa définitivement sur le devant de la scène à Hollywood. Effectivement, Schwarzy est juste parfait dans la peau du T-800, autant par sa présence physique que par l'expression faciale qu'il adopte pour rendre son personnage froid, menaçant et imperturbable.

Je n'oublie pas Kyle Reese, interprété par le trop rare Michael Biehn, qui constitue l'un de mes personnages préférés au cinéma. Un film aura suffi pour faire rentrer ce héros au destin tragique dans la légende. Un personnage valeureux et discret, au regard triste car conscient de son sacrifice, et porteur d'une des plus belles déclarations d'amour entendues au cinéma : "J'ai traversé le temps pour toi, Sarah." Car malgré son statut de film d'action, dans lequel s'enchainent les courses-poursuites et autres fusillades (celle du commissariat de police est énorme), Terminator n'oublie jamais ses personnages, qui constituent de par leur charisme la base même du film. Alors certes, le poids des années se fait évidement ressentir lors de certaines scènes, mais rien qui ne vienne gâcher le plaisir authentique d'assister à un spectacle puissant, et qui fit rentrer la Science-Fiction dans une nouvelle ère.

L'atmosphère urbaine froide et sombre du Los Angeles de 1984, Schwarzy le zizi à l'air dégommant une bande de punks (dont Bill Paxton et Brian Thompson) pour leur emprunter leurs sapes, les visions marquantes d'un futur post-apocalyptique, l'amour impossible entre Kyle Reese et Sarah Connor, un sens de la mise en scène inégalable, une violence brute (surtout pour l'époque), les prémices d'une suite qui se révèlera grandiose... Diantre, que j'aurai voulu découvrir cette oeuvre au cinéma ! L'impact de ce film sur le cinéma d'action demeure incontestable encore aujourd'hui, et si beaucoup de séries B fauchées ont tenté de l'imiter, aucune ne l'a jamais égalé.

Le film d'action de toute une génération, unique et puissant. Merci Monsieur Cameron !

publié le 12/01/2012 - 21:25
Portrait de G.C.

C-U-L-T-E...

G.C. (Graine de psychopathe - 200 critiques)
10
 
Un des meilleurs films de SF que j'aie vu ; l'histoire est originale et le suspense est maîtrisé de bout en bout, porté par des acteurs grandioses (pour ma part j'ai adoré Linda Hamilton) et des scènes nerveuses et stressantes à souhait. Les effets font parfois vieux mais ça donne un certain charme...
publié le 08/02/2010 - 19:51
Portrait de Satyr

Géniaaaaaaaaaaal

Satyr (America's Most Wanted - 494 critiques)
10
 
Un grand film de SF de james cameron, un role taillé sur mesure pour schwarzy ,une super musique de brad fiedel qui est rentrée dans toutes les mémoires, qui pour moi reste une des meilleures BO. de l'action, du suspense , des effets spéciaux signés du regretté stan winston, même si après tant d'années les effets ont vieilli, il en demeure pas moins un grand film des années 80. à posséder absolument.
publié le 05/01/2010 - 16:45
Portrait de Dante_1984

I'll be back

Dante_1984 (I am Legend - 1124 critiques)
10
 
Dans un monde post-apocalyptique, un robot est envoyé dans le passé afin de tuer Sarah Connor, la mère du meneur de la résistance humaine. Pour la protéger, Kyle Reese est également envoyé en 1984. Film culte de James Cameron, ce premier Terminator pose les bases d’un univers complexe et intense. On découvre que notre avenir est loin d’être rose. Nous avons conçus notre propre objet de destruction : les machines. Se révoltant, elle n’auront de cesse d’anéantir la race humaine pour régner sur la planète. Seulement, en travers de leurs chemins un groupe d’opposants farouches leurs donne du fil à retordre. C’est pourquoi, il décide de voyager dans le temps afin de tuer ce mince espoir, qui réside en la personne de John Connor, en assassinant sa mère. Voici donc, pour l’histoire. En ce qui concerne le film, James Cameron nous offre une course poursuite effrénée entre le Terminator et sa cible, Sarah Connor. Entre science-fiction et film d’action, le déroulement de l’intrigue se veut haletant et d’une efficacité fantastique. Incarné par un Schwarzy incroyable dans le rôle du robot sans âme, il compose une prestation sans égale. De par sa carrure et son expression vide de tout caractère humain, il marque un tournant dans sa carrière avec un personnage à sa mesure. N’oublions pas également, une bande son géniale dont la musique principale sera la signature de la franchise par la suite. En conclusion, Terminator est une petite révolution dans le cinéma. Bien que les effets spéciaux aient quelque peu vieillis, il n’en reste pas moins que nous sommes en présence d’un film indispensable à tout amoureux du 7e art.
publié le 25/11/2009 - 11:38

Pages