Batman et Robin

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Ratafouille

Mon avis

Ratafouille (Graine de psychopathe - 82 critiques)
Film extraordinairement minable de Schumacher. Comment peut-on foirer un film de la sorte ? Schumi a-t-il maté les 2 premiers épisodes et les a comparés à son étron ? Ce film vaut tout au plus pour s'en moquer et en rire. Affligeant.
publié le 10/07/2013 - 02:36
Portrait de VonRolling

Batman au fond du trou

VonRolling (America's Most Wanted - 369 critiques)
2
 
Si les nanars sont en général des films à petit budget, Joël Schumacher nous prouve qu'on peut aussi en produire avec un gros paquet de pognon et plein de stars ! Bravo Joël ! Quitte à faire une sortie... qu'on la fasse en beauté !

Batman & Robin poursuit donc la descente aux enfer de l'homme chauve-souris au cinéma. Le film débute d'ailleurs sur les erreurs du précédent: le plan cul ! Cette fois, on a droit aux culs de Batman ET Robin, évidemment. Ils sont d'ailleurs un peu plus proches puisqu'ils partagent le style tétons qui pointent. Et on attaque direct, comme dans le précédent: générique => action. Et là, on se marre déjà !

C'est Arnold Schwarzenegger, sous une armure ridicule, qui accueille les 2 compères à l'aide de blagues vaseuses et des jeux de mots du plus bel effet. Et c'est en fait un festival de grosses blagues qui nous attend. Les personnages "brisent la glace": on nage en plein nanar. Et ce n'est pas le stupide Bane (con à bouffer du foin) ou la séductrice/écologiste Poison Ivy qui vont relever le niveau. Joël avait bousillé de grands personnages dans le précédent opus et il ne va pas s'arrêter en si bon chemin.

Passé quelques minutes, le thème de Batman passe au second plan. On est avide de de bonnes grosses conneries. Et des conneries, il va y en avoir jusqu'au bout dans ce carnaval géant ! Car les seuls points d'amélioration par rapport à Batman Forever, ce sont les décors et les couleurs qui sont moins dégueulasses (mais un peu pourris quand même) et un rythme un peu plus soutenu. Tout le reste est bien en dessous: histoire, interprétation, dialogues, etc.

Je ne vais pas énumérer toutes les grosses blagues car cela reviendrait à recopier complètement le scénario. Mais parmi mes moments préférés, il y a la celui avec la carte de crédit de Batman (expiration: Forever), la découverte des 3 bat-véhicules à la fin, le costume de BatGirl fabriqué on ne sait comment par son vieil oncle vicieux d'Alfred, les costumes de singes (... WTF ?) et tous les bat-machins qui sortent toujours au bon moment.

Georges Clooney est un acteur remarquable mais il est aussi capable d'interpréter le Batman le plus fade de l'histoire du cinéma. On lit presque dans son regard de Bruce Wayne qu'il regrette de s'être investi dans ce film. Le Robin a toujours l'air aussi Gay et frimeur. O'Donnell ne s'emble avoir qu'une corde à son arc et elle est loin d'être brillante. Les vilains arrivent sans peine à se hisser au dessus du niveau de ceux du Batman Forever. Mais c'est uniquement grâce à leur humour vaseux qu'ils semblent assumer pleinement. Pour tout le monde: une grosse tache dans leurs filmographies.

Je pense que ce Batman & Robin restera dans les anales de tous les spectateurs qui se sont fait entuber au cinéma (comme moi) ou en vidéo. Mais je ne blâme pas ceux qui ont cette perle chez eux: un Batman nanar, c'est amplement mieux qu'un Batman naze (Forever).

Je mets en garde les spectateurs: ne regardez pas ce film si vous vous êtes drogué. Le mélange risque de vous faire perdre la raison. Vous vous retrouveriez avec une chauve-souris dans le plafond. Ne regardez pas ce film si vous avez trop bu ou trop manger. Vous risqueriez de rendre quelque chose ressemblant à ce film... pas joli joli...

publié le 07/09/2012 - 16:57
Portrait de AqME

De la déliquescence d'un super héros

AqME (America's Most Wanted - 604 critiques)
4
 
Après deux premiers films relativement réussis de la part de Tim Burton et un troisième film plutôt raté de la part de Schumacher, le voici qui revient en force avec un quatrième film de Batman en proposant de nouveaux méchants ainsi qu'une nouvelle alliée. Mais qui a dit que faire dans la surenchère était une bonne chose et un gage de qualité? Visiblement, c'est que l'on a dit à Joël Schumacher et il l'a cru le con! Effectivement, maintenant Batman a, en plus de Robin, une jeune fille qui va l'aider dans son combat contre les vilains as beaux. Mais les vilains pas beaux sont trois eux aussi et pas des moindres puisque nous avons Freeze, Poison Ivy et Bane. Sauf que le jeu des acteurs est absolument abominable, Schwarzenegger en tête qui surjoue à mort un Freeze complètement loupé qui ressemble plus à un des trois mecs bleus qui faisait la pub pour Apple à une époque qu'au super méchant du comics. Uma Thurman est méconnaissable en poison Ivy dont le pouvoir consiste simplement à souffler du pollen avec la paume de sa main et à manipuler un Bane ridicule, pas impressionnant et complètement effacé. Clooney n'a pas la carrure adéquate pour incarner notre héros et O'Donnel en fait encore des tonnes. Alicia Silverstone est d'une platitude rare et n'est même pas sensuelle. Le seul point positif que j'ai pu trouver dans le film, c'est la film de Gotham avec tous ses colosses de pierre qui soutiennent notamment l'observatoire de la ville. Le scénario est aussi mauvais que le troisième opus avec des méchants qui veulent détruire la ville sans grandes raisons apparentes et il n'est que prétexte à afficher des combats et des explosions inutiles et futiles. Au final, Batman et Robin ne mérite même pas le détour avec des couleurs criardes, des acteurs en roue libre et un scénario moisi. Il s'agit bien là du plus mauvais Batman et même ceux qui ont fait le coffret avec les quatre premiers films méprisent visiblement ce film en écrivant sur le résumé le prénom de Bane en Ben. Bref, c'est mauvais.
publié le 23/12/2011 - 21:57
Portrait de Sweeneytodd

Mauvais!!!

Sweeneytodd (Graine de psychopathe - 115 critiques)
2
 
Le plus minable des Batman, l'un des super heros les plus connus se fait ridiculiser dans ce film ennuyeux. A eviter
publié le 07/07/2011 - 20:59
Portrait de Hazem

Pourquoi j'adore ce film ?

Hazem (Graine de psychopathe - 76 critiques)
Avant toute chose, laissez-moi vous préciser que l'avis que j'ai posté précédemment n'était pas terminé et n'était pas non plus sensé apparaître ici. Je me permet donc de rédiger un avis plus complet, plus personnel et plus réfléchi sur ce film puisque le précédent avait davantage été influencé par des idées reçues d'un peut partout et par une pression qui faisait qu'"en tant que fan de Batman, je ne pouvais faire d'éloge à ce film !".

Bien, maintenant, je me prépare à écrire l'avis qui vous semblera sans doute le plus étrange, le plus insensé à propos d'un film sur lequel tout le monde a craché, qui a été descendu par la critique, lapidé par le public mais qui ne fut pourtant pas un cuisant échec commercial l'année de sa sortie... Sachez d'abord que je n'ai toujours pas vu "Batman forever" et que Joel Schumacher est un réalisateur que je connaît pas bien, je n'avais donc, à la base, aucun préjugé, aucun à-priori sur ce film. Je savais juste que beaucoup de gens considèrent ce film comme la pire chose qui soit arrivé à Batman, ce qui n'est pas du tout mon humble avis...

Car, en effet, mesdames et messieurs, je n'ai plus honte de le dire, j'adore Batman & Robin ! Quoi ? Vous me traitez de fou monsieur ? Vous dites que je mérite d'aller à l'asile d'Arkham madame ? Serais-je sous l'effet de substances illicites, me demandez-vous, monsieur le critique ? Laissez-moi m'exprimer car j'ai (vraiment) beaucoup à dire sur ce film qui représente à mes yeux une des plus grandes curiosités et un des films les plus incompris du cinéma !

Evidemment, si l'on compare ce film aux premiers opus de Tim Burton, ce film est une énome farce, une blague géante, un gros doigt d'honneur à tous les fans de la chauve-souris ! Comment a-t-on pu passer de l'univers sombre de monsieur Burton au monde joyeux et coloré de Joel Schumacher ? N'est-ce pas là un des plus gros foutages de gueule cinématographiques qui soit ? A mon sens, il n'en est rien, je pourrais commencer par dire que ce film n'est pas sorti à la bonne époque, ce qui est en partie vrai, mais aussi une excuse un peu bidon et un argument facile. Je pourrais également dire que, malgré tout, Batman & Robin est un véritable plaisir nanar. Non, je ne dirai pas ça non plus, ce serait encore plus facile et, ironiquement, pas vraiment très valorisant. Quand j'ai regardé ce film, j'ai compris qu'il y avait vraiment du potentiel dedans mais que toute cette ambition tomba à l'eau à cause d'un aspect visuel déroutant et d'une écriture terriblement mauvaise. Une fois que le cinéphile lambda a affaire à ces défauts, stop, tout espoir est fini ! Oublions le reste ! "Oublier le reste ?", "tout est à jeter ?", c'est vraiment triste de lire ou d'entendre ça car derrière ces défauts se cachent quelques qualités non négligeables, c'est pourquoi je vous propose de traverser le film en profondeur et déceler toute cette qualité qui passe totalement inaperçue...

Tout d'abord, les acteurs ! Donc, nous avons George Clooney en Batman, ce qui est assez inattendu mais pas spécialement mauvais, reconnaissons en Clooney un bon Bruce Wayne et un Batman assez moyen, ce qui n'est pas vraiment grave, son jeu d'acteur n'est pas mauvais et le récit ne tourne pas autour de lui. Il faut également dire que la seule bat-référence qu'il avait à l'époque, c'était le dessin animé des années 60 ! Il a même dit qu'il aimait son ton constamment ironique et, le film voulant s'écarter de l'aspect Burtonien, il s'inspira donc du héros des années 60, ce qui explique beaucoup de choses et donne une toute nouvelle ampleur à son personnage ! Chris O'Donnell incarne son coéquipier, Robin, il joue bien son rôle, il n'y a pas grand-chose à dire mais soulignons que son Robin paraît beaucoup moins "tapette" que dans toute version confondue. C'est étonnant que personne n'aie remarqué cet aspect-là ou, du moins, cela démontre que le public est prêt à tout jeter lorsque leur première impression exprime du dégoût ou de la déception ! Les méchants sont Arnold Schwarzeneger et Uma Thurma, respectivement Mr Freeze et Poison Ivy. On a tendance à croire que ce sont les pires acteurs du film mais en fait... non ! Arnold passe du méchant délirant qui cabotine au méchant déprimé, triste et émouvant, il demeure assez "cool" dans son rôle. Uma Thurman, elle, se débrouille comme elle peut en Poison Ivy, charmante et belle mais cruelle. Ils auraient pu devenir deux excellent méchants mais un obstacle évident les en empêche : leur rôle est franchement très mal écrit ! C'est un peu la même chose pour Alicia Silverstone : elle joue plutôt bien le jeu mais son personnage ne sert pas à grand-chose. Enfin, Bane est un méchant bien sympa mais est quand même loin de la version du comics et ne sert qu'à faire un jouet de plus... Dommage ! Avec une meilleure écriture, il y avait moyen de faire quelque chose de vraiment excellent !

Maintenant, je vais vraiment dire ce que j'aime dans ce film et ce qui fait que je le considère comme bon. On a souvent reproché à la série animée "The Batman" de ne pas exploiter assez de thèmes psychologiques. Certains vont même jusqu'à dire que cette série peut s'apparenter à ce film ! Ah ! Permettez-moi de rire ! C'est faux ! Archi-faux ! Que faites-vous de l'histoire d'amour entre Freeze et sa femme au bord de la mort ? De la relation qui lie Alfred et Bruce ? Du parcours initiatique de chaque personnage ? ... Comment ça "rien de cela n'est exploité tout le long du film" ? Excusez-moi mais ce n'est pas parce que l'on ne parle comme un docteur que la psychologie n'est pas présente dans un film ! Pensez au centre de l'histoire : Batman et Robin, la bat-famille. Robin est comme le fils de Batman, c'est pour cela que "Brid boy" se plaint tout le long de l'aventure contre Batman, ça vous rappelle rien ? Oui, dans l'adolescence, on veut faire tout ce qu'on veut comme on veut mais comme "papa ne croit pas encore en nous, papa est un sale con" ! Batman va également apprendre à faire confiance à ce fils spirituel et Robin va mûrir pour devenir un vrai héros, à l'image de son "père". Bruce va devoir, une fois de plus, faire face à la probable perte de tout ce qui lui reste de sa "vraie" famille : Alfred. Malgré tout, il garde espoir et réussira à le sauver grâce au méchant qui se trouve dans la même situation que lui ! Cela démontre que le héros et le méchant sont tous les deux des hommes partageant les mêmes sentiments, ils sont confrontés aux mêmes problèmes mais ont fait des choix tout à fait opposés l'un à l'autre pour finalement se retrouver plus proche que jamais et cela, mes amis, va totalement à l'encontre des critiques qualifiant les personnages de ce film de "caricaturaux" ! L'amour est également un sujet très présent dans ce film : Freeze est insensible aux philtres de Poison Ivy et prétend que c'est parce qu'il est un "coeur de glace" ! Ou, plutôt, n' est-ce pas sa fidèlité envers Nora qui l'immunise à ces poisons ? Ce poison n'est-il par comparable à celui de la tentation ou de l'adultère ? Notons également que Batman n'est, au début, pas insensible à ce charme parce qu'il mène une double vie, qu'il ne peut pas entretenir une relation profonde avec qui que ce soit et que, dès lors, l'amour ne représente pas grand-chose pour lui...

En ce qui concerne l'aspect visuel de "Batman & Robin", c'est sans doute ce qui a le plus déplu à la sortie du film. Le film n'est effectivement pas sombre, il s'agit sans doute même du film le plus coloré de l'histoire du cinéma. Quoique si les couleurs tirent toutes vers le fluo, elles participent à l'ambiance : du bleu pour Freeze, du vert pour Ivy, du mauve pour Batman et Gotham city (son territoire). On remarque également que Gotham city a l'air d'un ville très très haute entourée d'immenses statues grecques, le réalisateur a également justifié la présence de têtons sur les bat-costumes en déclarant que c'était une référence aux statues de la Grêce antique, certes, il n'a jamais caché son homosexualité et je comprends tout à fait que le film puisse être critiqué sur ce point. En revanche, j'apprécie cette volonté de donner au film un aspect plus coloré qui tire vers l'ambiance "jouet", ce qui est ne partie voulu d'un point de vue marketing. Mais il ne faut pas oublier que les deux premiers Batman ont été inspirés par Frank Miller et certains autres auteurs de la période qui fit de Batman le plus sombre de tous les héros. Ainsi, Batman & Robin ressemble davantage au Batman original crée, écrit et dessiné par Bob Kane qui racontait des histoires exploitant certains thèmes psychologiques sans rendre le ton trop dépressif comme on a tendance à le faire maintenant.

Voilà, vous pouvez dès lors comprendre pourquoi j'aime ce film. Bien sûr, je reconnais qu'il est nettement moins bon que ceux de Burton mais je ne le considère pas comme un mauvais film car, bien que mal écrit et pourvu de personnages parfois inutiles, "Batman & Robin" est un bon moment à passer, un film distrayant et, si l'on y réfléchit bien, pas si mauvais que ça. Reconnaissons enfin que, pour un jeune public, le film est excellent et c'est pourquoi je suis content que ce film existe bien qu'il aurait mérité d'être meilleur, vous pouvez déguster chaque bat-minute de ce film avec votre famille car je vous assure que, s'ils aiment les super-héros, vos enfants seront ravis!

Voilà, c'était ma critique de "Batman & Robin" ! J'espère, chers amis, qu'elle ne vous laissera pas indifférents si vous avez pris le temps de la lire jusqu'au bout et que, peut-être, vous regarderez le film d'un autre oeil. Un peu comme une preuve que l'on ne réfléchit pas souvent assez devant son écran, , une preuve que voir n'est pas comprendre et qu'il suffit de s'interroger, se remettre en question par rapport à l'évolution de chacun des personnages de ce bat-film pour enfin comprendre qu'il n'est pas aussi nul que l'on voudrait le faire croire... 8/10

publié le 17/04/2011 - 20:19
Portrait de Hazem

Pourquoi pas Adam West le retour ?

Hazem (Graine de psychopathe - 76 critiques)
"Batman et Robin" a connu un succès assez relatif l'année de sa sortie, ce fut le deuxième opus de Batman réalisé par Joel Schumacher, qui avait déjà réalisé l'abominable "Batman forever" qui fut un énorme succès à l'époque. Tout d'abord, pourquoi avoir changé de réalisateur ? Et bien tout simplement parce que le deuxième opus réalisé par Tim Burton, nommé "Batman le défi", ne fut pas le blockbuster attendu par la Warner tant il était trop sombre pour atteindre le jeune public. Burton fut donc remercié et ils laissèrent place à Joel Schumacher qui laissa tomber les développements psychologiques des personnages, les histoires complexes et l'ambiance sombre de Gotham city pour laisser place à un monde totalement décomplexé coloré qui tranche tout à fait avec la Gotham city de Tim Burton qui se rapprochait plus de ce qu'on attendait d'un film Batman... Mais comme il fut un succès, Schumacher put réaliser le film suivant...

Tout d'abord, parlons de Batman lui-même. Dans "Batman Forever", l'acteur l'incarnant n'était autre que Val Kilmer qui dans son costume avait l'air... stupide... Il avait fait de Batman une grosse tapette... Heureusement, Keaton avait échappé à la "Schumacherisation" de son personnages et Val Kilmer ne fut pas rappelé. Qui allait donc incarner le justicier de Gotham ? Tenez-vous bien car cette homme n'est autre que le docteur Ross, c'est ça, monsieur Nespresso, George Clooney himself ! Tout d'abord, quel est son problème ? Eh bien, le rôle de Batman ne lui va absolument pas, il transforme alors un héros sombre se glissant discrètement dans la pénombre de Gotham en un héros joyeux, blagueur et qui apparaît en public pour participer à des shows ! D'ailleurs, quand il s'agit d'affronter des ennemis, ça ne s'arrange pas, il aborde le grand méchant du film en lui disant "Salut Freeze ! Je suis Batman !"... Franchement, il ne manquerait plus qu'il lui demande "Tu veux être mon ami ?"

Parlons ensuite de son acolyte, Robin. Il est interprété par Chris O'Donnel comme dans l'épisode précédent et ne sert toujours pas à grand-chose à part se plaindre... Mais ce n'est rien comparé au tragique destin qui les attend car voilà qu'arrive Barbara qui, vous l'aurez deviné, deviendra Batgirl. Mais le grooos problème, c'est que non seulement, contrairement au comics, ce n'est pas la fille du commissaire Gordonn, mais la nièce d'Alfred, mais en plus, elle ne sert absolument à rien dans l'histoire ! Elle n'apparaît que quelques secondes pour jeter Uma Thurman, incarnant Poison Ivy, dans une plante carnivore et faire l'andouille au côtés de Robin...

Maintenant, le plus gros morceau pour la fin ! Parlons des méchants... Tout d'abord, sachez que celui qui interprète Mr Freeze, un méchant à l'esprit torturé, triste, mélancolique et vengeur, n'est autre que ce bon vieux Schwartzy... A lui non plus, son rôle ne lui va pas... On sent bien qu'il est heureux de jouer ce rôle et qu'il s'éclate à mort mais il a fait de ce personnage, à la base cruel mais touchant, un sacré farceur qui, en parallèle de ses cambriolages et ses tentatives de création d'un remède pour sa femme gravement malade, s'amuse à balancer des vannes et de jeu de mots sur, évidemment, la glace ! Il passe aussi son temps à faire le chef de chœur d'une chorale composée de tueurs à sa solde dont les répétitions ont lieu dans un magasin de crèmes glacées géant entouré de voitures majorette... Vous pensez qu'on a touché le fond ? Eh bien non ! Car voici qu'arrive, un peu plus loin dans le métrage, Poison Ivy, interprétée, comme dit précédemment, par Uma Thurman. Son jeu d'acteur est juste délirant, encore pire que celui de Schwartzy !

publié le 08/01/2011 - 12:13
Portrait de Satyr

Mauvais de chez mauvais

Satyr (America's Most Wanted - 494 critiques)
2
 
Revu hier soir, et l'ayant vu en 1997 à sa sortie en salles, disons que le souvenir que j'en avais s'est vite envolé et a laissé place à l'ennui devant tant de déchets. Pour commencer tous les acteurs sont loin de leur meilleur niveau et c'est peu dire, à commencer par George Clooney transparent dans son jeu, quant à Chris o'donell alias Robin, c'est le plus flagrant parmi tous, il est insupportable , chiant à à en mourir, Schwarzy ne fait rien pour arranger les choses avec des répliques vraiment lourdingues, Uma Thurman de même, bref pour un castinG de renom, le résultat est on ne peut plus risible. Le scénario n'est guère mieux, une réalisation nonchalante, pour un piètre résultat au final. Pour un tel personnage, Batman est tombé bien bas par le biais de ce film cousu de fil blanc.
publié le 03/11/2010 - 19:01
Portrait de DorianGray

Restez cool les batphiles !!!

DorianGray (I am Legend - 2000 critiques)
2
 
Après l'improbable épisode de Batman Forever, revoici venir notre vengeur masqué (mister mask ????) et son ami aux collants moulants Robin ... pour la dernière aventure trépidante et stupide de cette série ...

Tout d'abord, avant d'entamer cette critique, il faut noter l'emploi du too much ... 1er film : 1 héros, 1 vilain ... 2ème film : 1 héros, 1/2 héros 1/2 vilain, 1 vilain, 3ème film : 2 héros, 2 vilains, 4ème film : 3 héros, 3 vilains ... encore heureux que la motion s'arrête là sinon on aurait eu Batman, Robin, Batgirl, Badgran'pa, batboy et batdog contre tous les mauvais imaginables ... trop c'est trop !!! D'autant plus que le manichéisme est ici une valeur sure !!!

Le film commence un peu comme le 3 mais en pire ! Les costumes sautent tout de suite à la gueule lorsque Batman et Robin enfilent des tenues collantes et sont fiers de montrer leurs formes à l'écran ! Ensuite, petite dispute entre nos deux tapettes dont le plus jeune voudrait avoir une voiture comme papa Bruce parce que ça fait frémir les filles ... Stupide et encore plus ...

Vient ensuite mister Freeze, mauvais en titre de ce film, interprété par un Arnold en totale roue libre (comme nos deux connards du film précédent !) ... qui caracole dans des dialogues débiles en attendant de nous produire ses "ooooh ouiiii" qui font penser à tout sauf à un film de super-héros : reste cool Robin des Bois, fais dodo, je reste de glace ... et là, nos super-débiles sortent les leurs : Salut Freeze, moi c'est Batman, Freeze t'es givré ! Et là, on remarque que Robin en passant par la porte a laissé un découpage des plus cartoonesques !!!! On se dit qu'on va aller loin à partir de là, et on ne se trompe pas !!!!

L'interprétation est unique en son genre ... si George Clooney et Chris O'Donnel sont littéralement des connards infâmes et têtes à claque décontractés à mort et frisant le brulâge de culottes à tout moment, que dire d'Alicia Silverstone en totale désillusion qui cabotine un max pour obtenir rien du tout, de Schwarzie qui nous livre la pire expression d'andouille de sa carrière qui ferait penser que Jim Carrey avait au moins étudier son rôle, d'Uma Thurman en vamp débile aux charmes de merde qui papillonne des yeux comme des putes le font du cul et qui fait penser qu'elle s'est enfilée des litres de gros rouge avant d'entamer le film (comme une redite de Christine Bravo quoi !), d'Elle McPherson qui ne sert à rien et nous livre des dialogues nés d'un comic-strip pour adolescentes boutonneuses, et du super vilain Bane qui répète comme un perroquet des lignes idiotes après avoir poussé des argh, des beuark, des grrrr et autres stupidités du même accabit !

Passons sur les costumes et les décors hautement improbables qui passent par toutes les couleurs possibles et évoluent monstrueusement depuis le latex moulant aux couilles et aux fesses d'O'Donnel jusqu'aux flashhhhh verdâtres monstrueux de Poison Ivy (Bonjour, je suis Poison Ivy ...) ... tout est cheap et merdique au point qu'on est plus proche du navet que du nanar ... de la merde je vous dis !!!!

publié le 08/08/2010 - 11:02

Mon avis

Evil-pimp (America's Most Wanted - 643 critiques)
4
 
Ce film est pourri, sans aucun intérêt .
publié le 02/04/2009 - 01:25
Portrait de Beetos

Mon avis

Beetos (Graine de psychopathe - 83 critiques)
2
 
Bon, autant être honnête dès le départ : ce long-métrage est tout simplement atroce à regarder. L'histoire est extrêmement caricaturale (encore plus que dans le no 3), les personnages sont creux, avec des acteurs qui les jouent comme des pieds, Batman est réellement mauvais à un point extrême (qu'un bel homme qui se vautre dans ses richesses, où est donc passé le côté torturé????), ses acolytes le sont tout autant (Batgirl est elle aussi assez médiocre) et les méchants ne sont pas dignes de ce nom. Ce film ne devrait pas même pas exister, peut-être les futurs Batman avec Christian Bale pourront ramener ces deux mauvais (ayant tout de même un potentiel intéressant) à un niveau plus décent. En attendant, on doit patienter...
publié le 01/04/2009 - 21:58

Pages

Derniers commentaires