Douce Nuit, Sanglante Nuit 3: Coma Dépassé

2.8/10
Douce Nuit, Sanglante Nuit 3: Coma Dépassé

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Jojo-reactor Jojo-reactor
Graine de psychopathe - 186 critiques
publié le 15/09/2013 - 20:19

C'est quoi ce délire?

Je suis d'accord pour dire que ce film est un véritable ratage. Le scénario est vraiment débile, genre Ricky revient malgré tout ce qu'on lui a tiré dessus comme balles. Bon d'accord à la fin du 2ème opus il fait son second souffle et ça se termine comme ça mais pourquoi avoir complètement détruit son personnage?

Il pouvait très bien revenir pour tuer, mais il fallait une vraie raison. Franchement j'ai été très énervé qu'ils détruisent ce personnage de la sorte, il est grotesque.

Le film est mou, avec un début très long, des dialogues nazes et des acteurs qu'on se demande d'ou ils sortent... En gros c'est horrible! J'ai détester la fin, on nous fait galérer tout le long du film pour avoir cette fin minable? Nan mais faut arrêter les conneries... Je suis un grand fan de cette saga "Douce nuit, sanglante nuit" (que les vrais) mais cette suite est détestable. Eric Freeman a eu raison de ne pas reprendre son rôle!

C'est dommage, "Douce nuit, sanglante nuit" est un film culte, le second tout aussi culte (malgré que ce soit "un recyclage" du 1er), puis vient le 3ème qui est l'une des pires suites que j'ai pu voir. Sans oublier "l'initiation" et "les jouets de la mort" qui n'ont aucun rapport avec les autres. Et récemment le remake du premier "Silent Night" qui est assez fun.

Donc si vous voulez découvrir ce "Douce nuit, sanglante nuit 3", c'est fortement déconseillé car ça va vous donner la nausée.

Portrait de AqME AqME
America's Most Wanted - 604 critiques
publié le 13/03/2012 - 20:53
2
 

De la difficulté scénaristique

Bonjour, je me présente, je me nomme Steven Gaydos, je suis scénariste, et je vais vous raconter mon histoire à propos d'un très grand film d'horreur dont je suis l'inventeur. Tout le génie qui imprègne cette pellicule, c'est mon génie. Et pourtant, je reste parfaitement inconnu! Pour pallier à cette erreur monumentale, je déverse par écrit toute l'histoire qu'à du traverser ce film pour enfin arriver sur vos écrans. Il aurait été plus que préjudiciable si la majorité de la population des années 90 ne voit pas ce chef d'oeuvre du septième. Alors voilà, je ne comprends pas pourquoi toute cette haine s'est déversée sur moi et sur mon bébé, mais pour bien cibler l'imbécilité des grandes boîtes de production, j'écris cette lettre qui pourrait sembler être un testament. A vous de vous faire une idée! Seulement n'oubliez pas que je suis un génie et que bien souvent les génies restent incompris.

Première étape: Hollywood pictures (parce qu'il faut toujours viser plus haut). Bonjour monsieur, je me permets de venir vous déranger pour le plus grand film d'horreur que vous n'avez jamais produit. J'ai eu une idée de génie. Vous vous souvenez de douce nuit sanglante nuit 2? Non! Bon, je vous fais un petit topo. Dans le deuxième film, on a le frère du premier tueur, qui joue donc dans le premier film, qui pète un câble comme son frère et qui dézingue tout un quartier en poussant de terribles rires sardoniques. Ça ne vous dit toujours rien? Toujours pas! Bon, je continue. Ricky, c'est le nom du frère qui tue dans le premier, il se fait buter à la fin par des flics. Mais tout mon génie est là! Dans le troisième film, on le fait revenir à la vie en reconstituant partiellement son cerveau. C'est possible, je l'ai lu dans "la médecine selon Spock", c'est un éminent chercheur dans le domaine de la médecine neurologique, et notamment sur le lien entre les oreilles pointues et l'intelligence. Mais je ne m'arrête pas là! Ricky reprend vie et il entre en contact permanent avec une médium aveugle et il va la courser pour la tuer! Bien sûr on va mettre un flic sévère à sa recherche et un médecin utopiste. Comment ça je dois sortir d'ici!? Comment ça mon idée, c'est de la merde! Comment ça je suis un gros con! Vous ratez un génie mon vieux, un génie!!

Deuxième étape: MGM (parce que j'aime les lions), après avoir raconter mon scénario. Alors là monsieur, je vois que mon histoire vous plait. Si, si, je le vois à la façon que vous avez de vous frottez les tempes avec vos index, c'est un signe qui ne trompe pas. Alors pour l'ambiance, je vois vraiment un truc énorme, un truc du genre qui se passe dans la nuit et que l'on voit rien du tout! Parce que je sais que la plupart des gens ont peur du noiret notre film se fera exclusivement dans le noir. Après, on filmera un hôpital plutôt vieux, avec des couleurs décolorés, comme ça, les gens, ils auront l'impression d'être dans un lieu assez malsain et pas propre. Et il ne faut pas oublier que comme c'est un film d'auteur dont je suis l'auteur et le génie, il faut que ce soit lent. Lent mais avec des discussions existentielles notamment sur la condition des meurtriers, que l'on peut remettre sur le droit chemin grâce à des discours mystico-prophétique et une grosse dose d'électricité. Si c'est possible, je l'ai lu dans "l'électricité selon les neurologues Bogdanov", de grands génies incompris dont le cerveau se trouvent dans le menton. Comment ça je sors d'ici? Comment ça je suis cinglé! Vous ratez un génie, pépère, un génie!

Troisième étape: Lionsgate (parce qu'ils ont fait plein de films d'horreur et qu'ils sont canadiens et qu'ils sont moins prétentieux et beaucoup plus intelligents que les américains), après le scénario et l'ambiance. Vous voyez que vous appréciez mon génie, si, si, je le vois à votre bouche grande ouverte et à la bave qui s'écoule sur la commissures de vos lèvres. Vous voyez, moi, je suis fan d'un certain type d'acteur. Le genre bad guy, à la gueule bien particulière, un peu comme Ron Perlman, mais le problème, c'est qu'il est trop cher tout comme le premier acteur qui incarnait Ricky. Non, là j'ai discuté avec Bill Moseley, on s'est rencontré dans un bar à putes et il cuvait un vieux whisky parce que sa septième femme l'avait quitté. Bon, il a trouvé mon idée géniale et il a accepté le rôle. Bon le problème, c'est qu'il est sur la pente descendante et il doit faire une cure de désintox, mais après le film. Bon après, j'ai un petit problème, c'est que je me suis inspiré des membres de ma famille pour faire le scénario. Ma grande soeur est aveugle, mon cousin est gros avec les cheveux frisés et les poils qui dépassent toujours de la chemise, à et ma grand-mère à Alzheimer et elle oublie tout le temps qui est qui, du coup, tout mon scénario comporte des gens comme ça, donc le mieux c'est de les embaucher. En plus, j'ai lu quelque part que c'était de travailler avec sa famille, c'était dans "le manuel de survie en famille de Bush", un grand philosophe amateur de bretzels. Comment ça je sors! Comment ça je ne suis qu'un imposteur? Vous ratez un génie, vieille bique, un génie!

Quatrième étape: Europacorp (parce que Luc Besson a peur de rien, la preuve il a produit Taxi 4), après le scénario, l'ambiance, les acteurs. Oh je crois que vous allez signer un contrat. Si, si, je le vois à votre tête baissé à la recherche d'une feuille et d'un stylo. Bon, alors pour les effets spéciaux et les effets gores, parce qu'un film d'horreur sans effets gores, c'est comme un homosexuel sans vaseline, ça fait mal pour où ça passe. Bon alors, je vois déjà un effet du tonnerre qui va déchaîner les foules. Comme on a reconstituer le cerveau de Ricky, on va lui mettre sur la tête un faux cerveau dans un bocal avec du sang qui s'agite à l'intérieur. Ça fera un putain de rendu de malade, et puis ce ne sera pas ridicule, vous imaginez vous, un type qui se balade avec un verveau dans un bocal, il y a de quoi devenir fou. Ensuite, je pense faire que de l'abstrait, ça pourrait plaire aux bourgeois et puis de toute façon, vu que c'est dans la nuit noire, les gens ne verront rien. Donc on mettra que les conséquences du meurtrier. Je pense à une tête sur une table par exemple ou à une vieille morte (même si ça me fait chier de tuer ma grand-mère). Parait que faire du suggéré, c'est mieux, je l'ai lu dans un très grand ouvrage, ça s'intitule "montre mais ne fait pas de Rihanna", bon maintenant, elle a sorti une suite qui montre et fait tout, mais je ne l'ai pas encore lu. Monsieur, monsieur Besson, vous dormez monsieur Besson.

Je jette un regard à gauche, je jette un regard à gauche. Je contourne le bureau. Trouve le tiroir des contrats. Prends la main de Besson et fait une fausse signature. Je file en douce. Malheureusement, je me fais choper à la douane avec tout le nécessaire pour faire mon film d'horreur. Les douaniers trouvent l'histoire, la lisent et prennent ça pour des aveux. C'est alors qu'arrivent des personnes qui m'entourent dans une chemise blanche immaculée. Sublime d'ailleurs la chemise. Mais c'était assez bizarre car les manches s'attachaient dans le dos. Ils m'ont emmenés dans une charmante demeure, bien qu'un peu bruyante car les autres hôtes étaient assez agités, et j'ai eu une chambre toute tapissée en blanc et très silencieuse. Bon entre temps, j'ai eu le temps d'envoyer le scénario à mon pote, Richard Gladstein, le deuxième scénariste. Et voilà mon film en 1989, exactement comme je l'avais vu. Je suis une génie, un génie!!!!

Portrait de Dexter Dexter
Serial Killer - 475 critiques
publié le 30/11/2010 - 14:13
2
 

Douce nuit, sanglante nuit et bonne nuit

Complètement endormant, ce 3ème opus n'apportera que satisfaction aux fans de Bill Moseley. Effet spéciaux inexistant, dialogues creux, (le producteur voulant faire plaisir à son fils en CE1 a du les lui laissé) et stupide. Le tout ce veux trop sérieux pour être vu au 36ème degré. Pratiquement tous jouent comme des quiches et si ce n'est pas le cas, le reste de la troupe se la pète avec un sérieux comme ce n'est pas permis. Puis un gars sortant de 6 ans de coma et qui arrive à marcher comme si de rien était sans passer par la case rééducation ... (y'a pas que les dialogues ecrit par un enfant ... toute l'histoire aussi !) à ce niveau la, ce n'est plus le coma de dépassé, mais la connerie.
Evil nico
Newbie - 14 critiques
publié le 01/01/2007 - 00:00

Coma du spectateur

Sous titré Coma dépassé, ce troisième opus des Douces nuits n'offre qu'un rattage complet, où le tueur est celui du 2 mais il ne lui ressemble pas, et il marche toujours malgrè une balle dans la tête ! bref tout ça ne tourne pas des masses, on décroche après 5 minutes, et on se demande le rapport avec les précèdents.
Vous souhaitez soutenir Horreur.net ? N'hésitez pas à faire un don, même symbolique, sur Tipee.