La Nuit de la grande chaleur

Portrait de Lebreihz

Comme ces temps-ci !

Lebreihz (I am Legend - 2215 critiques)

Je vous préviens vous allez avoir chaud en visionnant ce film, surtout si vous l'avez visionné aux alentour du 21 juin dernier , qui ont été parmi les journées les plus chaudes jamais enregistrée en France !

Effectivement il y a peu d'éléments dans ce film !, une île, des habitants qui se connaissent tous, un écrivain, sa femme et sa maîtresse , et un scientifique assez obscur qui n'est pas là par hasard !,

L'abération climatique que subit cette île , n’ayons pas peur des mots y est pour quelque chose !

néanmoins le film est très plaisant à suivre !l'histoire est linéaire et sans temps mort !

C'est finalement un huis-clos entre tout ce monde là qui crève de chaud , et dont certains semblent aussi être en chaleur eux-même !

Alors certes , le sujet du film comme vous l'aurez compris est ces foutus extra-terrestres !, que le réalisateur a choisi de montrer !

Était-ce nécessaire ?, pas sur ! l'leurs effrayantes capacités suffisent amplement !

publié le 16/07/2017 - 23:56
Portrait de Arkana

Chauffage central

Arkana (Graine de psychopathe - 117 critiques)
8
 
Voilà un film très difficile à critiquer (dans tous les sens du terme) Il n'est pas ennuyeux (mieux même, il est plaisant) et pourtant (et c'est le comble pour un film étiqueté "épouvante") il ne se passe rien. Pour planter le décors = Une île, une auberge, des clients lambdas (bon d'accord pas tous puisqu'y figurent un certain Peter Cushing et un autre du nom de Christopher Lee) et une canicule qu'on se s'explique pas (vu que c'est l'hiver et que sur le continent neige et verglas ont repris leur droit)

Enfin qu'on ne s'explique pas, si, un peu car il serait question d'extra-terrestres (véritables petites bouillottes portatives puisque la grande chaleur, c'est eux) atterris sur l'île pour préparer une invasion (rien moins que) mondiale, seulement voilà on ne voit rien et tout le film tourne autour de cette probabilité... au moins jusqu'à la fin où enfin on voit quelque chose.

Et pourtant ce n'est pas un film rasoir. Terence Fisher (non, non, malgré cette équipe de joyeux drilles, ce métrage n'est pas sorti de la Hammer) nous offre une série de personnage inégale, parfois même inutile mais convaincante (à l'inverse d'un certain nombre de scènes totalement incohérentes n'ayant pour seule fonction que de garder tout son petit monde sur l'île) Pour exemple, Cushing passe le film au bar de l'auberge à siroter du whisky 27 ans d'âge en devisant sur la situation dans laquelle sont plongés les iliens. Bref, il n'aurait pas été là, ça aurait été pareil et pourtant... c'est Cushing alors même s'il n'a rien à faire là, au diable ! Il y est et c'est tant mieux !

En résumé, pas un film culte, loin s'en faut mais à voir quand même pour toujours bien se rappeler de remplir le bac à glaçons... on ne sait jamais.

publié le 05/10/2009 - 17:16

George A. Romero : le maître de l’horreur

Diaporamas