Shadowz - la plateforme de VOD

Evilenko

8.2/10
Evilenko

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Warhammer Warhammer
I am Legend - 1014 critiques
publié le 26/03/2021 - 11:53
7
 

Un monstre oui et le mot est faible ! !

Certainement le pire des tueurs en série de l'histoire ce monstre est un homme.
Comment imaginer qu'un individu pareil ait pu exister non seulement pédophile mais aussi cannibal faisant une cinquantaine de jeunes victimes.
Mais Dahmer, Bundy, Gacy ou autres Henry Lee Lucas sont presque des enfants de coeur en comparaison.
Évidemment rien que le sujet du film se révèle choquant mais le film en lui-même pas vraiment, il y ressort malgré tout un certain malaise surtout grâce à la bonne performance de Malcolm Macdowel qui décidément excéle dans des rôles de personnages controversés (Caligula et orange mécanique entre autre ).
Par ailleurs vous n'y trouverez pas de scènes gores dans ce film qu'on qualifiera plutôt de thriller psychologique dont un face à face final assez troublant avec l'enquêteur chargé de cette affaire hors norme .
Bon la déception vient parfois d'un manque d'intensité et passage sanglant digne de ce nom, au vu du cursus du bonhomme ça peut paraître décevant.
Mais honnêtement voir un gars dévoré plusieurs enfants y compris dans genre horreurs c'est de fort mauvais goût.
Cela n'empêche pas Evilenko d'être un très bon film réalisé avec soin.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Fab-4 Fab-4
Serial Killer - 960 critiques
publié le 02/11/2013 - 10:28
8
 

Brrr

Le sang, le gore, les coups de flippe, les esprits, etc... tout ceci ne me perturbe plus trop dans les films. Je sais relativiser, ça n'est que du cinéma. Mais là il faut dire que je ne suis pas tout à fait sorti indème de cet Evilenko. Le sujet est vraiment dur : un tueur pédophile cannibale, qui plus est qui a vraiment existé, il n'y a pas si longtemps que ça. Ca vous la coupe si je puis m'exprimer ainsi. La réalisation est en plus à la hauteur de l'horreur de la chose. Lente, étrange, prenante...vraiment très bizarre, voire malsain. Un film à ne pas mettre entre toute les mains. A découvrir.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Satyr Satyr
America's Most Wanted - 494 critiques
publié le 25/11/2010 - 16:08
10
 

L'effroi est de mise

Un excellent film tiré de l'histoire vraie du "Monstre de Rostov", un homme normal aux premiers abords, instituteur, marié bref une vie "normale" jusqu'à ce qu'il éprouve des pulsions qu'il ne peut réfréner.

Dès le début du film on est mis dans l'ambiance, avec un passage pour le moins choquant ou Andrej Romanovic Evilenko de son vrai nom Andrei Chikatilo se montre sous son vrai visage en se dénudant devant une jeune écolière. A partir de ce moment le film est lancé, le portrait de l'homme se construit au fer et à mesure du métrage, et peu après une vague de meurtres une enquête est ouverte. Un personnage diabolique, froid , précis.

Dès lors plus rien ne peut l'arrêter, entre viols, meurtres et antropophagie , le monstre de Rostov est lâché. Après un interrogatoire avec de nombreux autres personnes il sait se montrer convaincant, et au-delà de tout soupçon et peut alors continuer son cheminement sordide. Le réalisateur réussit et de belle manière à retranscrire l'horrible parcours de ce serial killer , de par une mise en scène appliquée.

Il est sûr qu'à la longue le film paraît plus que monotone, rien de bien palpitant, rien de sensationnel si ce n'est Malcom McDowell qui livre une prestation hors norme, s'accaparant le rôle et de quelle manière!

Un homme qui jusqu'au bout saura se montrer persuasif, mais ne pourra jamais aller contre sa nature, finira par avouer ses monstruosités, sera pour le coup reconnu conscient de tous ses actes enfin c'est ce qu'il est dit à la fin du métrage et exécuté d'une balle dans la nuque.

Pour conclure, David Grieco signe là un film remarquable, une mise en scène en adéquation totale avec son sujet qui fait que le malaise et l'effroi s'installe dès les premières minutes.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Dr West
I am Legend - 1410 critiques
publié le 28/07/2009 - 12:09
8
 

Mon avis

Un bon film sur l'histoire d'un véritable serial killer russe, une bonne histoire et un bon suspens avec une bonne interprétation de Malcolm McDowell!!!

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Punisher84 Punisher84
I am Legend - 1390 critiques
publié le 20/05/2009 - 01:16
8
 

Kill Kill Kill !

Avant de m’attaquer à EVILENKO je m’étais souvenu d’un film similaire avec Malcom McDowell: le mauvais THE BARBER. Sujet intéressant et rempli de potentiel mais malmené par une réalisation sans punch et interprété avec une passivité incroyable. C’est donc avec cet état d’esprit que je me suis attelé à la tâche de regarder le film de David Grieco. Ce n’est pas « juger » un long-métrage avant de l’avoir vu mais juste des petits indices qui nous laisse présager un produit pas très digeste. Malcom McDowell, une histoire vraie, la période communiste, un tueur et violeur d’enfants,… A mon avis, peu de gens pouvaient se targuer d’avoir un esprit tranquille avant de voir le film. D’autant plus que le réalisateur n’est pas très connu. Même si je suis d’avis qu’il faut toujours avoir vu avant de dire quoi que ce soit de définitif, je n’ai pas su m’empêcher de penser le pire. Voilà un bon résumé… Pour dire qu’encore une fois que les préjugés sont dangereux pour la santé ! Il ne s’agit pas non plus du « direct-to-vidéo » du siècle mais il fait certainement partie de ceux méritent un statut que le public ne lui a pas donné. Grâce notamment à la qualité de sa mise en scène car certaines séquences du film font froid dans le dos. Prenez ce passage du début ou ce professeur assez louche abaisse son pantalon devant une fille de +- 11 ans ! Ou même encore ce psychanaliste égorgé sans concessions devant un gosse au fond des bois ! Le film prend aussi son temps pour nous présenter non seulement la vie d’un homme « blessé » qui à pété un câble (si je puis m’exprimer ainsi) mais aussi la peinture d’une société russe linéaire et « pauvre » dut au communisme. Le film avance donc sur deux tableaux et ne tombe jamais dans l’excès de l’un ou de l’autre. Mieux, il arrive facilement et sobrement à jongler sur les deux. Un long-métrage très bien documenté et fort instructif qui n’est pas qu’un énième « killer movie » de bas étage. Les comédiens jouent à merveilles et Dieu sait que Malcom McDowell n’est pas toujours très convaincant sauf… Quand il en veut ! Et bon sang que nous as t-il fait là ? D’une froideur frisant les hivers sibériens, il transcende l’écran à toutes ses apparitions. Et pourtant quelque chose d’étrange m’a dérangé… Peut-être ais-ce le coté froid du film qui m’a fait trouvé certains passages répétitifs et inutiles alors que d’autres étaient très réussis. Une histoire racontée en dents de scie mais assez bien troussée de par ses comédiens talentueux et quelques séquences proprement choquantes pour que l’on garde un bon souvenir. L’atout majeur d’ EVILENKO reste sans aucun doute sa terrifiante histoire de ce tueur russe qui viola et tua prés de 50 enfants. Il fallait donc un talent certains pour ne pas tomber dans la guimauve… Chose faite pour un curieux ovni à découvrir pour ces qualités certaines qui pallient en partie ces défauts de mise en scène et ses quelques longueurs.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Lebreihz Lebreihz
I am Legend - 2308 critiques
publié le 14/11/2008 - 14:15
10
 

Camarade evilenko

Evilenko alias chikatilo" le monstre de Rostov" est le premier cas de SK avèré avoué par les autorités Sovietiques. Ce film retrace son sanglant parcours. Et quel parcours !, si on ne voit que très peu de scènes gores, le films se concentre surtout sur le personnage de Evilenko, quelle gueule !, des yeux hypnotisants qui semble littéralement lui sortir de la tête, des séquences sordides comme celle du début avec l'enfant, qui franchement est à vomir, et puis celle de l'interrogatoire finale complètement hallucinante. Et si il n'y avait qu'un acteur pour interpeté un tel personnage autant que se fut un acteur sulfureux que j'ai déja placé dans une autre critique dans la catégorie des "acteurs maudits", un acteur qui n'a plus rien à craindre, j'ai nomé le tordu, le diabolique et l'imense Malcom Mac-dowel ! que je ne présente même plus!. Ce film est une descente aux enfers, sensation renforcée par la réalisation peu de films parle de cette époquie dans ce pays qu'était la Russie Soviétique des années 80. Là on s'y croirait !, rue sans gaité !, maison aux décors tristounets, endroit isolé. En revanche les explications sur le phenomène sont un peu courte, en gros on nous explique que c'est à cause de la disparition de "l'homo sovieticus", que tout cela est arriivé; soyons clair !, cet homme souffre d'une patologie mentale non-détectée, au cause des carences du système, et a su profité de l'incapacité de la police a traiter le phénomène criminel. Curieux pays que cette Russie qui aime cultiver l'art du secret. Un jour dans les années 60 le chef de la police Moscovite avait dit :"Nous autres Russes, aimons pas avoir le réçit de faits divers dans nos journeaux"., C'est tout dire.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Hellando
Newbie - 6 critiques
publié le 06/08/2008 - 15:50
10
 

Mon avis

Evilenko est la biographie d'un tueur en série ayant sévit durant les annéées 80 en URSS mais qui ce prénomait Andrei Chikatilo. Ce tueur pédophile et cannibale est interprété a merveille par Malcolm McDowell réellement impréssionant en fou furieux complétement perdu à cause de la chute du régime soviétique, le film est certe un peu lent mais l'atmosphère qu'il dégage est malsaine : on est fasciné par ce personnage monstrueux. Bref pour ceux qui aiment les films sur les tueurs en série allez y les yeux fermés quand aux autres regardez le quand même, vous ne perdrez pas votre temps.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Marc.mlc
I am Legend - 1114 critiques
publié le 01/01/2007 - 00:00
8
 

Mon Avis

Evilenko est assez interessant et � voir � mon avis pour ceux qui aiment les films sur les serials killer. Malcom McDowell est vraiment �patant dans le role principal et porte vraiment le film sur ses �paules, l acteur arrive � rendre son personnage de monstre � l apparence humaine touchant. L approche assez documentaire est assez interessante et donne un cachet assez r�aliste au film. En effet Evilenko est loin d etre un produit hollywoodien et b�n�ficie d un vrai point de vue de film d auteur et soul�ve des r�flexions interessantes. Pas vraiment de sc�nes gores � signaler mais par contre il y a une vraie tension psychologique, le face � face � la fin entre Evilenko et le policier qui le traque est d ailleurs assez perturbant. Bref un film injustement m�connu mais qui m�rite vraiment d etre vu!

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Dime Dime
Newbie - 9 critiques
publié le 01/01/2007 - 00:00
8
 

Ouep

Je ne m'attendais pas à un film de ce genre en effet. Je n'ai en effet rien trouvé de subjugant à ce film peut importe le message qu'il a pu te faire passer mais il ne m'a pas laisser de marbre

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Tomlecat Tomlecat
Copycat Killer - 67 critiques
publié le 01/01/2007 - 00:00
8
 

Intéressant à juste titre...

Je ne suis pas d'accord avec la critique précédente. Pire, je crois qu'il n'a pas bien cerné la dialectique du film. EvilEnko n'est pas seulement l'histoire d'un tueur maniaque comme en témoigne l'absence de tout effet gore. Non, c'est autre chose, une sorte de croisement entre la folie d'un homme et la chute d'un doctrine populaire, celle du communisme soviétique. Le tueur incarné avec brio par Malcolm McDowell, plus réaliste que jamais (décidemment abonné aux rôles de cinglés deuis Orange Mécanque...), sombre dans la folie à mesure que le culte du parti s'effrite dans les années 80. Abandonné par ses parents, il découvre en Staline (véritable "petit père des peuples") et sa doctine, une tutelle qu'il suivra avec acharnement. Certes, la cruauté de ses actes ne s'explique pas à elle seule par l'effritement du parti mais sert tout de même de support. Ainsi, il est rappelé à plusieurs reprises (et à juste titre) que la disparition progressive de l'embrigadement communiste risque d'entrainer moultes autres déréglements dans une société soviétique endoctrinée de longue date. Les violences extrêmes infligées aux enfants apparaissent dès lors non seulement comme la rancoeur d'un homme déraciné mais aussi comme une réponse sanglante à la propagation des idéaux capitalistes sur les jeunes générations, évolution qui ronge le modèle soviétique. C'est donc un film hautement plus fin, réfléchi et travaillé qu'un simple étalage de tripes et diffère en cela du leitmotiv de la plupart des films de "serial killing". Notons au passage une réalisation maniée avec doigté (n'y voyez aucune allusion perverse de ma part...) et un style prenant. Un réalisateur à suivre donc…

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Pages