La Secte des Cannibales

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Un bon moment à ne pas prendre trop au sérieux.

Daniel (America's Most Wanted - 326 critiques)

On est loin de l'excellent Cannibal Holocaust de Deodato et assez proche du Cannibal Ferox du même réalisateur. Le film emprunte d'ailleurs la même bande originale. Le film se laisse regarder et comporte une bonne dose de scènes gores, faites d'époque, donc pas nécessairement des plus réussies mais bon, les films d'horreur doivent se voir au second degré et ce n'est que du cinéma, faut pas demander de charcuter réellement de vrais acteurs ! Outre le gore, j'aime assez le côté aventure, les paysages ( c'est sensé se dérouler en Nouvelle-Guinée), le prétexte de la secte rajoute un peu de piment dans le scénario et le gourou n'est pas plus sympathique que les cannibales. Un bon moment à passer sans trop vouloir se prendre la tête car certaines scènes se succèdent parfois sans réel fil conducteur ni suite logique.

publié le 05/08/2014 - 13:59
Portrait de Punisher84

Viande périmée

Punisher84 (I am Legend - 1390 critiques)
4
 
Et un de plus ! Même si ce film est sorti avant le très mauvais CANNIBAL FEROX, il n’en reste pas moins encore plus mauvais. Mais y-a-t-il vraiment un bon film de cannibale ? Pour certains, oui. En la présence du surestimé CANNIBAL HOLOCAUST. Mais si l’on regarde ailleurs l’on verra aisément qu’il n’y a jamais eu quelque chose de bon à se mettre sous la dent. Ironique pour un film mangeur d’hommes ! En fait c’est toujours la même chose. Des gens de la ville perdus dans la jungle qui se font bouffer. Le scénario ? Toujours un prétexte idiot pour une succession de scènes rallongées à l’extrême et des séquences de cannibalismes extrêmes. Mais de dernier mot ne veut pas dire qu’elles sont réussies pour autant. Les effets sont les seules choses vraiment bonnes à sauver. Par contre, la gratuité de ses passages est vraiment navrante. Vu que le scénario est déjà très mince, il ne faut pas compter sur lui pour justifier quoi que ce soit. D’un autre côté, je ne vois pas comment il aurait pût justifier le fait qu’il faut « baiser » les femmes pour les cérémonies religieuses, pour celles qui s’échappent, pour celle qui désobéissent,… A croire que tous les indigènes sont en manques de sexe (rires). Pire, une scène de viol par sodomisation qui en plus d’être mal filmée n’est que le reflet du manque d’intérêt du réalisateur. Lorsque l’on voit des choses pareils, nous ne pouvons que nous dire que le metteur en scène n’était attiré que par le gore. Mais à force devoir en gros plan des nichons mangés et des entrailles extirpés, la limite de l’ennui vient rapidement s’installer. Pareil au niveau de l’érotisme. Une femme nue se laissant pénétrée par un objet sous l’effet de la drogue, c’est bien. Mais s’il n’y a rien derrière ou que du vent pour soutenir un moment pareil, à quoi cela sert-il ? Du voyeurisme pur et simple. Et dire que l’on appel ça un film… Il ne s’agit là que d’un piètre film d’aventure cannibale flanqué d’une musique affreusement hors du coup et de comédiens du pauvre ne faisant passer rien d’autre qu’un misérable salaire à l’écran. Il faut dire qu’ils ne sont pas non plus aidés par de grosses incohérences. Le coup de la corde même pas attachée, hein ! Chère Janet Agren, tu as de beaux seins mais cela n’est pas suffisant pour nous arracher de l’intérêt, nous spectateurs.
publié le 23/12/2009 - 00:22

Film de cannibales...à la fin!!

Dr West (I am Legend - 1362 critiques)
8
 
Un film de cannibales assez long à se mettre en place, le sujet principale étant la recherche d'une fille enrôlée dans une secte, le thème des cannibales étant utilisé à la fin lors de l'évasion des héros!! De bonnes scènes gores tout de même pour relever la note!!
publié le 15/04/2009 - 12:23
Portrait de Crowdead

Quelle originalité, c'est incroyable !

Crowdead (Graine de psychopathe - 231 critiques)
4
 
Un film de cannibales parmi d'autre. Rien d'extra ordinaire, avec une histoire bidon, des personnages aussi riche qu'une feuille de PQ et une musique horrible. Les scènes gore sont rigolotes, mais sont trop rares. chaque scène est plus ou moins prévisible, beaucoup ne servent a rien ( le massacre des animaux, pompant cannibal holocaust, n'apporte rien, pas même pour l'ambiance ) et le film souffre de quelques longueurs. mais rien de bien dramatique, ça se laisse regarder le temps d'un soir.
publié le 15/02/2009 - 16:06

J'ai jamais vu un film aussi dégueu !

DOLLY_DEAREST (Graine de psychopathe - 101 critiques)
2
 
Wash ! Dégueulasse ! Je n'en reviens pas comment ce film ne mène à rien. Comme l'autre avis, ce film est très sale ! Mal joué, mal fait ! Je ne l'ai même pas regardé en complet car c'était trop affreux. NE GASPILLEZ PAS VOTRE ARGENT POUR CETTE COCHONNERIE !
publié le 19/05/2008 - 14:09

Mon Avis

Sir Gore (America's Most Wanted - 526 critiques)
4
 
Tourné un an avant son fameux Cannibal Ferox, cette Secte des Cannibales offre une fois de plus l'occasion à Umberto Lenzi de saisir la remorque de la mode: des cannibales, mais aussi le milieu des sectes (le film s'inspire d'ailleurs très librement du Temple du Peuple, drame religieux véridique, qui défraya la chronique dans les années 70). L'on a donc affaire a un joyeux petit foutoir scénaristique (une jeune héritière états-unienne part pour l'Amérique du Sud à la recherche de sa sœur disparue, la dite sœur est sous l'emprise d'un gourou - ridicule -, des cannibales surgissent de là on ne sait vraiment pourquoi) pondu par un réalisateur en l'occurrence visiblement peu intéressé par son entreprise. Censé se dérouler en Nouvelle-Guinée, La Secte des Cannibales a en réalité vraisemblablement été tourné, outre ses intermèdes new-yorkais, au Sri Lanka, cela s'expliquant par l'allure des indigènes peuplant le métrage. Et lorsque ces derniers changent de look, c'est tout simplement parce qu'il s'agit de stock-shots d'oeuvres (encore peut-on qualifier ces films ainsi) antérieures, dont La Montagne du dieu Cannibale, Le Dernier Monde Cannibale ou Cannibalis - Au Pays de l'Exorcisme; des réutilisations abusives de séquences appartenant à d'autres bandes loin de rendre dupe, car indiquant clairement de flagrants changements de photographie. On peut sourire devant tant de maladresses et de je-m'en-foutisme (la très jolie Janet Agren, positionnée dans un radeau au milieu d'un fleuve, mime le dégoût en regardant devant elle, alors qu'elle surprend soi-disant l'attaque d'un petit singe par un boa, scène - dure - se déroulant en pleine jungle et tout droit reprise du Dernier monde cannibale, ou encore un 'gentil' indigène détachant un Robert Kerman en mauvaise posture, alors que l'on peut apercevoir une corde que l'on n'a pas même pris la peine d'attacher), mais ce qui frustre davantage, c'est le rythme particulièrement mollasson de l'ensemble, les nombreux temps morts, longueurs, et autres bavardages complètement stupides et inutiles, achevant de reléguer ce La Secte des Cannibales au rang de minable petit film d'aventures à l'exotisme de pacotille. La réalisation médiocre (éclairages moches, zooms lourdingues, mouvements de caméra bidons) et les nombreux sévices gratuits sur les animaux ne sont pas pour améliorer l'affaire. Seules quelques jolies scènes Gore émergent de cette série Z bis ringarde, comme une castration (moins corsée toutefois que celle de Cannibal Ferox) et surtout un magnifique gros plan sur une éviscération totale, ponctué par un écartèlement de la cage thoracique du même cadavre; ceci mis à part, les trucages sont bien trop rudimentaires pour émoustiller l'amateur d'atrocités sanglantes. Quant au suicide collectif final au sein de la secte, il se révèle d'un grotesque et d'une incrédibilité absolus, tout comme la scène de viol lors du dénouement, par ailleurs fort inoffensive. L'intérêt de La Secte des Cannibales se limite à une ou deux incartades Gore efficaces, une sympathique bande-son, ainsi que les beaux yeux de Janet Agren. Pour le reste, ce recueil vieillot de longueurs, d'incohérences et de mollesse, à l'interprétation pitoyable et au machisme aussi galopant que nauséabond (la Agren se reçoit au moins trois robustes gifles au cours du film par son accompagnateur, et elle l'embrasse encore...) s'avère plus chiant et dispensable qu'autre chose.
publié le 01/01/2007 - 00:00

Derniers commentaires