Zebraman

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Alol7

Faire voler un zèbre, c'est possible !

Alol7 (America's Most Wanted - 505 critiques)
6
 
Zebraman, c'est : un film mélangeant Batman et SOS fantômes.

Le film pose son histoire lentement sans qu'il soit ennuyeux pour autant. Le personnage principal qui essaie d'avoir une place plus importante dans la vie en se comportant en héros car il est au début présenté comme un homme largué (entre les bizutages qui subit par ses élèves, sa femme qui le trompe et ses enfants qui l'ignorent).

Les scènes d'actions sont un peu trop répétitives (déjà qu'elles ne sont pas fascinantes) : Zebraman affronte un humain, il le bat en deux coups et c'est terminé. Pourtant, sa façon de combattre, qui elle varie, n'est pas mauvaise. Ah oui ! Et le fait de voir Zebraman courir en pleine ville m'a bien fait délirer. Il faut voir aussi la scène finale où Zebraman affronte les extraterrestres. Ces derniers sont trop petits et passifs pour vraiment inquiéter un vrai héros (ils n'ont pas d'armes, rien). La scène finale avec le boss final fera penser à SOS fantômes. Je ne savais pas non plus que les zèbres savaient voler mais bon "qu'on y croit, tout est possible".

Malgré que le film fasse série b avec un personnage manquant de charisme, le film reste bien correct et sympathique. J'attends tout de même plus de la part du deuxième volet.

publié le 23/10/2011 - 17:47
Portrait de Spawn

Decalé et marrant

Spawn (Serial Killer - 702 critiques)
8
 
Un film vraiment étrange que ce Zebraman mais réellement trippant et agréable a suivre. On suit donc l'histoire d'un père enseignant dans un école qui est presque rejeté et ignoré par sa famille ainsi que part les élèves de l'école. Il trouve donc refuge dans son super-héros favoris de son enfance, un héros oublier de tous qu'il vaut faire revivre, du moins pour lui. Il confectionne donc un costume a l'image de son idole pour oublier sa petite vie misérable en intérêt. Un jour après avoir eu le courage de sortir dans la rue avec son costume, il se trouve en prise avec un méchant vilain pas beau et il se découvre de drôle d'aptitude. Le Zebraman connait une renaissance en chair et en os. Le scénario du film est loin d'être ce qu'il y a de plus recherché mais comporte de très bonne idées et remplis d'humour, plus ou moins volontaire et un peu concon mais vraiment agréable.

Les acteurs sont convaincants dans la mesure ou il peuvent l'être dans ce genre de film, dont le ton est plus parodique que vraiment sérieux mais s'en sortent bien et l'on rentre sans problème dans cette histoire. Par contre le métrage est assez inégal dans plusieurs domaines, comme la mise en scène, qui va parfois être vraiment bonne et inspirée et d'un coup plus rien. pareil pour le rythme, bien speed et pouf d'un coup tout retombe à plat. Les effets spéciaux dans la mesure ou le budget était plutôt restreint restent très correct et passe très bien, le numérisation des petits machin tout vert et de bonne qualité et colle parfaitement à l'aspect et à la direction du film et ainsi que le costume final est vraiment superbe, je l'ai trouver très beau, dommage qu'on ne le voit que si peu. Malgré ses défauts j'ai vraiment passé un super moment devant Zebraman et je pense qu'il faut le voir au moins une fois rien que part curiosité.

publié le 23/04/2009 - 22:49

Mon Avis

Dr West (I am Legend - 1291 critiques)
10
 
Excellent film du plus fou des réalisateurs asiatiques Takashi Miike, il rend ici hommage au serie tv asiatique qui ont fait aussi le bonheur de la France (Bioman, San Ku Kai et autres). Le film est superbe visuellement et le héros est attachant en héros qu'il a toujours voulu être!!! Encore un sans faute Mr Miike!!!
publié le 24/03/2008 - 15:35

Un superhéros très discret

Sir Gore (America's Most Wanted - 526 critiques)
6
 
En 2004 sort ce qui demeure à ce jour l'un des travaux les plus étranges et difficilement cernables de Miike: Zebraman. On ne sait s'il s'agit d'un « sentaï » remis au goût du jour ou d'un simple hommage au « sentaï » ou encore d'un remake de la série du même nom, qui s'était avérée tellement minable que le public n'avait pas suivi. Ceux qui s'attendent à un équivalent nippon des derniers Superman et Batman peuvent rapidement passer leur chemin: faute d'un budget conséquent, les scènes spectaculaires se révèlent loin d'être légion et on se surprend à jeter pas mal de fois un coup d'œil à l'horloge faisant face au téléviseur. Car les longueurs ne tardent hélas pas à se manifester, après un démarrage excellent où l'on s'immisce dans l'existence minable de ce prof qui ne l'est pas moins (Sho Aikawa dans son meilleur rôle chez Miike). Le bougre va recouvrer le goût de la vie en se glissant dans le costume de son héros d'enfance, Zebraman, et mettre de l'ordre dans la ville, peu à peu assaillie par des entités extraterrestres malfaisantes, représentées par des images de synthèse savoureusement cheapo. Le scénario s'avère plus étoffé et intrigant qu'à l'accoutumée pour du Miike, mais paradoxalement, l'ensemble gagne cette fois à plusieurs reprises l'échelon de l'ennui, ce dernier étant pourtant malicieusement évité in extremis dans pas mal de ses autres films, qui jouaient justement avec le même style de ruptures rythmiques tout en se gardant bien de sombrer dans la torpeur. Dans un métrage tel que Zebraman, on découvre bien vite que ce genre de parti pris n'a en aucun cas sa place, et ce n'est sans doute pas ce qu'a pensé l'auteur de Rainy Dog. La tentative de critique sociale en début de film paraissait pourtant louable, mais il fallait choisir entre cela ou le « sentaï », pitch oblige. Zebraman déçoit également sur le plan artistique: une mise en scène à l'allure de pseudo-documentaire (souvent filmé caméra à l'épaule), avec une photographie des plus ternes; inutile de préciser que cette esthétique ne convient guère à l'atmosphère d'un film qui repose avant tout sur la notion de fantaisie et crée ainsi un rendu visuel plutôt de mauvais de goût. En parlant de Zebraman comme un cru moyennement réalisé et souvent ennuyeux, on pourrait sous-entendre qu'il s'agit d'un simple ratage ou presque. Cependant non, loin de là. Il y a quelques moments forts, quelques instants de poésie décalée et absurde, qui le rendent attachant lorsqu'il ne se montre pas rébarbatif. Et l'assaut final, qui fait dans le spectaculaire avec les moyens du bord, lui permet d'émerger complètement de sa léthargie. Et puis, ce déferlement d'effets numériques foireux tout autant que fun et qui rappellent nos années Sega... quel bonheur kitsch ! Quant à l'épilogue, il est d'une élégance simple, tendre et touchante, si, si. Zebraman, quoiqu'il ne soit – et de loin – pas l'un des meilleurs Miike, demeure une œuvrette dont les « qualités » transcendent les nombreuses maladresses et en font une menue curiosité à voir.
publié le 16/02/2008 - 19:12
Portrait de Carth

Impersonnel

Carth (Serial Killer - 711 critiques)
6
 
Relecture bien maladroite et impersonnelle des kaiju-eiga classiques de télévision. Si le plan final est superbe, l'ensemble manque de rigueur malgré la parabole "relation père/fils" louable.
publié le 01/01/2007 - 00:00
Portrait de Gory Freddy

Etrange film que voilà...

Gory Freddy (I am Legend - 1766 critiques)
6
 
J'ai peine à comprendre que ce film ai raflé autant de prix, tant il est bancal, pas très bien joué, manquant singulièrement de rythme et d'un vrai scénario... Enfin bon, ce qui à peut-etre séduit c'est son coté complètement décalé, aux idées étranges, et avec un héros complètement à la masse... Pour ma part, en dehors de quelques bonnes scènes, je me suis pas mal ennuyé, car j'attendais plus d'action, plus de délires visuels... Et puis le vrai costume de super-héros n'est porté qu'à la fin, avant, il faut supporter des horipaux risibles, que votre petite soeur n'oserait meme pas porter pour Halloween! Quant à l'humour, il est très particulier et bien lourd, on adhère ou pas, moi j'adhère pas...
publié le 01/01/2007 - 00:00

Derniers commentaires